Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

 

UN ESPRIT DE GRACE ET DE SUPPLICATION !


 

 Zacharie 12/10 -  Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit de grâce et de supplication, et ils tourneront les regards vers moi, celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, Ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier né.

 

Supplication : Prière faite avec instance et soumission. Faire une supplication


Par Naomie, le 12 Décembre 2011.

SHALOM !

 

Depuis quelques jours j'ai en pensée ce terme de supplication, plus encore : je mettrai sur eux un esprit de supplications.

Supplier ; pleurer sur son péché et reconnaître la justesse de la correction mérité, mais dosée dans l'amour vivant de ce Dieu que nous mettons dans les placards, ressortons en fin d'année pour fêter « Noël » et rangeons de nouveau après l'Epiphanie !


Des « chrétiens » (catholiques) brandissent des pancartes afin de manifester devant les théâtres où se joue une pièce ordurière sur Christ Yéshua ; ces pancartes proclamant que la France est chrétienne et doit le demeurer, mais je dirais, moi que tout ceci est illusions, la France ayant cessé d'être terre chrétienne depuis la Révolution Française, la France proclamant la laïcité à tous les coins de rue !

Non ! La France n'est plus ce qu'elle a jadis été à juste titre : Fille aînée de l'Eglise (sans parler d'institution, l'église à ce jour n'est plus qu'une institution)

 Nous critiquons les catholiques, mais, pour une fois, je dois reconnaître qu'ils ont su manifester leur désaveu sur cette ordure injustement proclamée : ART ! Non, la merde n'est pas de l'art et jamais ne le sera ! Navrée pour ceux qui pensent le contraire !

Mais pour revenir à cet « esprit de supplications » nous voyons là un effet de ce qu'est l'Esprit saint de Dieu dont il est écrit : Apocalypse 5/6 - Et je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des vieillards, un agneau qui était là comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre.

Nous sommes pleinement entrés dans cette période que l'on nomme Noël mais qui n'a plus rien de cette merveilleuse fête où l'enfant roi était vénéré, parce qu'en ce temps de jadis la crèche avait toujours sur l'homme la force de la vérité : Dieu fait homme né d'une femme ; pour mourir un jour de la main des hommes alors que cet enfant, Dieu souverain et trois fois saint, Dieu véritable en toute chose, était venu afin d'être Sauveur, Rédempteur et Médiateur de l'humanité pour tous ceux qui l'accepteraient.

La crèche, prélude à la croix, est une nécessite du plan de Dieu, et lorsque, dans nos maisons, nous osons installer cette dernière, pour les chrétiens fidèles, cela n'a strictement rien à voir avec l'acte révélateur d'une fête devenue païenne : l'adoration de la chose plutôt que l'adoration du Créateur ; non , c'est l'affirmation de notre foi en l'enfant Dieu, en Christ Yéshua, venu en chair pour nous apporter le salut en sa mort sanglante et sa résurrection glorieuse.

Je n'ai pas honte de la crèche, tout comme je n'ai pas honte de la croix !

Bien des hommes, se disant chrétiens, n'osent plus affirmer leur appartenance à la maison de Dieu, et oublient ceci : Marc 8/38 - Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l’homme aura aussi honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père, avec les saints anges. Après tout, ces mêmes vont à la messe, à un culte, mais omettent de rendre Grâce parce que cela pourrait être choquant pour ceux qui sont tièdes, pour ceux qui ne croient plus, ceux-là qui ne croient pas !

Lorsque Paul proclamait se faire tout à tous, cela ne revenait pas à dire qu'il devenait voleur avec les voleurs, truants avec ceux-là et encore moins païens avec les autres ! La lumière de Dieu l'accompagnait là où il se rendait, proclamant Dieu encore et toujours.

L'Evangile demeure voilé pour beaucoup qui se cachent derrière des préceptes d'hommes qui n'ont rien à voir avec la Parole divine.

La marche du chrétien véritable commence à Golgotha pour la plupart, mais pour certains, c'est d'abord un arrêt à Bethléem, et les deux sont unis dans la main du Tout Puissant parce que c'est le début et c'est la fin, tout comme Yéshua dira de Lui : Je suis l'Alpha et l'Oméga, le début et la fin !

En Christ sont toutes choses, il y a le début (naissance) et la fin (mort et résurrection)

Les rues sont envahies par la foule active qui n'a plus qu'une pensée en ces jours de débauches festives et alimentaires aussi, alors que dans ces mêmes rues sont les sans abris, les sans papiers, les isolés, les abandonnés à qui ont ne fait même plus la faveur d'un regard, d'un sourire ! Vite vite ! Il faut se précipiter et dépenser en quelques heures le fruit d'un labeur, l'argent même que l'on n'a plus !

Les commerçants se frottent les mains, les banquiers se gaussent parce que bientôt les comptes bancaires débiteurs seront porteurs de frais financiers qui viendront gréver les budgets et enrichir leurs escarcelles.

Est-ce là l'esprit de Noël ou il nous est dit : paix au hommes de bonne volonté ?

Non il est écrit : Esaïe 58/7 - Partage ton pain avec celui qui a faim, Et fais entrer dans ta maison les malheureux sans asile; Si tu vois un homme nu, couvre-le, Et ne te détourne pas de ton semblable.

A quoi pensons-nous ? Quel est ce tumulte qui nous précipite dans une vaste farandole et nous pousse a danser la danse du monde qui n'en peut plus ? Nous avons déjà oublié, en quelques heures, comment des hommes sans scrupules, nous pressent tels des citrons, jusqu'à la dernière goutte ! Nous oublions d'avantage comment nous sommes éreintés dans la détresse pour 8 millions de pauvres en France, sans oublier les miséreux du monde entier ; nous oublions les « Resto du cœur » où il faudra encore faire face à une urgence de plus en plus urgente, et nous levons les yeux aux ciel afin, non pas, de supplier Dieu d'intervenir en notre faveur, mais pour mieux nous égayer devant les illuminations (où sont les avertissements préconisant l'économie d'électricité ?) C'est vrai, ou avais-je la tête, il y a maintenant des ampoules basse consommation !!!

 

Nous rouspétons, nous gémissons, nous comptons aussi notre argent, levant le poing afin de faire savoir que nous sommes en manquement, mais si nous n'étions pas si dispendieux, nous ne manquerions pas, et nous aurions aussi de quoi donner à l'autre - Psaumes 112/9 - Il fait des largesses, il donne aux indigents; Sa justice subsiste à jamais; Sa tête s’élève avec gloire,

J'aimerai vous dire que je n'oublie pas ce que Paul nous dit  dans 1 Corinthiens 6/12 - Tout m’est permis, mais tout n’est pas utile; tout m’est permis, mais je ne me laisserai asservir par quoi que ce soit. 10/23 - Tout est permis, mais tout n’est pas utile; tout est permis, mais tout n’édifie pas.

Nous avons également un autre sujet de distraction (Inattention aux choses présentes. Faire une chose par distraction) : les élections ; d'où qu'elles proviennent, les élections sont sujets de grandes discussions et de querelles, pour ne pas employer le mot : guerres !

Oui ! Chacun y va de son numéro de cirque, peut désireux de savoir si cela correspond aux besoins des peuples ! Si cela était contraire, il y aurait un changement radical parce que sur la surface de la terre monterait les supplications des hommes, supplications adressées à Dieu, supplications des cœurs contrits et humiliés, et non pas attitudes païennes.

Depuis peu, quelques jours, la Russie vient d'avoir ses élections ; celles-ci sont entachées de tromperies et les forces de l’ordre (quel joli mot pour taire les exactions de ceux qui maltraitent les manifestants) tout comme il en est de même pour les élections africaines ou des agitations secouent le Congo  ou encore La Syrie, La France toujours scindée en deux Droite/Gauche avec un Centre timide et frileux, avec des noms d'oiseaux survolants les têtes des candidats...Ah ! Quel beau gâchis que voilà !

Noël ! N'est-ce point le temps de se remémorer l'histoire de la crèche et de faire place dans nos vies à Celui dont il fut dit : plus de place ! En France, la guillotine a laissé des traces sanglantes sur les pavés et depuis, nous aussi disons : pas de place !... Luc 2/7 … et elle enfanta son fils premier-né. Elle l’emmaillota, et le coucha dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie.

Ne soyez pas amères, soyez contrits ! De plus en plus il y aura de moins en moins de place pour ceux qui sont fidèles et saints marchant dans les voies de Yeshua !

Le monde nous rejette mais tout ce que nous connaissons n'est que prélude à ce qui va être, et les hommes pieux qui voudront vivre à l'ombre de la croix seront de plus en plus confrontés à ceux qui deviennent des agresseurs « passifs » avant d'être des agresseurs violents : les islamistes mêmes rebelles à la Constitution française, alors je ne vous dis-pas ce qui en sera envers les Chrétiens sanctifiés. Ceux des mosquées vivent très bien en harmonies avec ceux des cathédrales, mais pas avec les véritables adorateurs de Christ Yéshua !


QU'EST-CE QUE LE MOT SUPPLICATION ?

Je vous ai fais connaître la définition du mot supplication selon le dictionnaire, mais il faut ici se mettre dans la dimension spirituelle du mot.

Le mot supplication (voir Zacharie 12/10) n'est jamais utilisé dans la Bible, sauf lorsqu'il s'agit d'exprimer une détresse profonde, expression par le mot, d'un cri ou d'une prière intense. La supplication n'est pas chose silencieuse, même si le silence est entendu par l'oreille divine. Dans le langage hébraïque, le terme utilisé pour « supplication » est en fait un terme de reddition signifiant la fin des hostilités. C'est en fait une branche d'olivier enroulée dans du tissus que l'on agite au dessus de sa tête, afin de demander la paix ! Reddition totale ! Abandon du belligérant vaincu face à son vainqueur ! Nous devons savoir ceci : lorsqu'à genoux, écrasé par un poids trop difficile à porter ; lorsque le fardeau pesant nous accable, il ne reste qu'une solution : SUPPLIER Dieu et lui dire qu'enfin nous avons compris notre péché (nous sommes les artisans de notre propre défaite) et que nous lui abandonnons tout de nous-même. Dans cette condition, la seule, nous mourrons à nous-même afin de mieux revivre dans Sa vie et la gloire de Dieu. Quand enfin l'Esprit de supplication nous revêt, lorsqu'enfin nous sommes en situation de reddition totale, sans arbitrage de personne (en matière criminelle, les reproches demeurent à l'arbitrage des juges [ils peuvent nonobstant récusation admettre la déposition des témoins) nous sommes fins prêts et parvenus là où nous étions attendus par le Seigneur Dieu Puissant. Le combat va être rude, et ardu, parce que l'ennemi de nos âmes est lui aussi revêtu d'une certaine autorité (dans les limites fixées par le Très-Haut) et nous devons comprendre que nos « petites prières de bien-être » doivent cesser. Je cherche des adorateurs dit le Seigneur au travers de Jean 4/23 - Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Entendez-vous : l'heure vient, plus encore : elle est déjà venue ! Ci-dessous, je cite un frère, D.W. Décédé depuis peu, parce que je suis en accord avec sa vision spirituelle nous concernant vous et moi : « Pendant des siècles, des chrétiens ont crié vers Dieu, remplis de leur propres desseins, suppliant et implorant : “O Dieu, envoie-moi à tel endroit ou à tel autre. Donne-moi ceci ou cela.” Mais dans les derniers jours, le Saint-Esprit va être répandu avec une grande puissance afin de produire un sentiment de ruine spirituelle. Nous allons réaliser le fait que, malgré tout notre argent, notre intellect, nos programmes, nos ministères et nos plans, nous n'avons pas réussi à toucher ce monde. La vérité, c'est que l'Eglise a perdu du terrain, qu'elle est devenue faible et pitoyable. Il doit y avoir une reddition ! Il le faut, c'est une urgence ! Nos cris doivent être accompagnés d'une volonté d'abandonner tout ce qui n'est pas comme Christ dans nos vies. La prière de Daniel nous donne un exemple de ce que doit être notre supplication : “Maintenant donc, ô notre Dieu, écoute la prière et les supplications de ton serviteur, et, pour l'amour du Seigneur, fais briller ta face sur ton sanctuaire dévasté ! Mon Dieu, prête l'oreille et écoute ! Ouvre les yeux et regarde nos ruines, regarde la ville sur laquelle ton nom est invoqué ! Car ce n'est pas à cause de notre justice que nous te présentons nos supplications, c'est à cause de tes grandes compassions.” (Daniel 9/17 et 18)

Un peu de levain des pharisiens à fait lever toute la pâte, pourtant ne fallait-il pas s'en méfier ?1 Corinthiens 5/6 - C’est bien à tort que vous vous glorifiez. Ne savez-vous pas qu’un peu de levain fait lever toute la pâte?

Pilate fit une proposition aux hommes accusateurs virulents pointant le doigt rageur vers Christ : qui voulez-vous que je relâche de Yeshua ou de Barabbas (voleur et assassin) ?

 

Marc 15/11 - Mais les chefs des sacrificateurs excitèrent la foule, afin que Pilate leur relâchât plutôt Barabbas.

Nous connaissons la suite n'est-ce pas ? Le peu de levain habilement dispersé dans la masse fit son œuvre.

Il en sera pareillement lors des choix des Nations : le spirituel de Dieu ou le spirituel satanique ? Ne nous leurrons pas, les Nations ont déjà fait leur choix !

La preuve ? Où est le Noël de Dieu, saint et respectable, devant le sectarisme républicain, devant la nikab musulmane, devant œcuménisme religieux et païen ?

Où sont les paroles prophétiques données à ce monde affamé, paroles disant : MARANATHA ! Celui-là que vous attendez, le Sauveur du monde revient bientôt accomplir ce pourquoi il est mort sur la croix, ce pourquoi il nous est : Il reviendra pareillement qu'il est parti !

Le monde veut autre chose que des « esprits guerriers » qui ne peuvent plus rien pour nous tous !

L'argent vainqueur ! Maman glorifié au sein même de ceux-là qui se disent de Dieu ! Certes, ils sont de dieu, mais du dieu de ce monde ! Il ne sont pas de Ma Maison parce que Ma Maison est Béthel, la Maison de mon Dieu Vivant et tout-puissant !

Un esprit de supplication : oui j'ai été « ointe » de cet facette du diamant précieux qu'est mon Dieu et la louange est sublimée lorsqu'elle est accompagnée par la supplication.

NOEL! HOSANA ! MARANATHA ! Voilà les mots de la prophétie heureuse qui accompagne avec force et puissance l'Esprit de la supplication annoncé par Zacharie.


Soyez bénis dans l'amour de notre Seigneur qui nous voit, qui nous regarde, qui est VIVANT !



NOEL !

HOSANNA !

MARANATHA !

SHALOM !

AMEN !


PATIENCE ! Nous connaitrons comme nous avons été connus.