Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

 UNE SAINTE CONVOCATION


Par Naomie, le 6 Septembre 2012.


SHALOM à vous tous qui lirez ce message ; Sachez que je l'ai écris pour la première fois il y a tout juste 4 ans de cela, très exactement le 12 Septembre 2008.

Cette parole fut reçue à « Béthel » le 8 Juin 2005.


N'est-elle pas d'actualité ?


Ce que je sais, c'est que notre génération participe plus que jamais d'autres avant elle à l'action de la parole vivante.


Avant de nous élancer dans les verts pâturages qui nous sont promis, commençons donc par le commencement, c'est à dire nous rendre à la convocation que Dieu nous adresse ; Il nous appartient de nous y rendre de manière pressente.


D'abord, qu'est-ce donc que cette convocation ?


Le dictionnaire nous donne la définition suivante de l'acte de convoquer, d'adresser une convocation :

Cela consiste à mander, inviter une personne, des personnes, à se rendre de façon impérative à une invitation qui peut s'inscrire dans bien des domaines.

Recevoir une convocation appelle à l'obéissance.

Une sainte convocation : lorsqu'il est fait mention d'une sainte convocation, cela s'adresse à tout le peuple qui est intimé de se rendre, de faire ou ne pas faire, d'entendre, d'obéir.

Aujourd'hui encore, Dieu nous appel à nous rendre impérativement à sa convocation, sainte et pressente, parce qu'il s'est produit un événement unique dans l'histoire de l'humanité : l'homme impie est appelé à la rencontre de son Dieu, tout comme celui qui se prétend de la Maison de Dieu, de Béthel.

De toutes les situations catastrophiques que l'humanité à traversée, il en est peu qui ressemblent à celle-ci ; Tant pis pour les septiques ; Mais le temps de la Mondialisation est actif maintenant, et toutes choses prennent places afin de conduire l'Impie dans son règne terrestre.

Jusqu'à présent, nous parlions de ces choses ; Aujourd'hui, nous les vivons.

Que va-t-il se passer ?

Nous n'allons pas vers une amélioration parce que le monde du travail, soumis à celui de la Haute Finance, perd de sa valeur morale et entre dans une dimension dictatoriale ; l'homme ira jusqu'à prendre les armes afin d'obtenir un travail qui lui permettra de vivre et faire vivre sa famille.

Le visage des guérillas change parce que l'objet de la guérilla à lui-même évolué.

La domination par la misère, afin qu'au temps marqué afin que s'accomplisse la Parole lorsqu'elle nous révèle que le monde lui-même va réclamer la venue du Gouverneur Mondial ; Et ceux qui vont œuvrer à cela font partie de ceux que nous connaissons ; ils ne se cachent même plus, les dictateurs de ce monde.

Ils prennent des « apparats » de solennité mais ce sont des agresseurs agissant non plus pour le compte des Nations, ni de celui des peuples ; Plus même pour leur propre ventre ; Ils agissent maintenant pour leur maître afin que se concrétise rapidement cette venue de l'Impie.


A L'appel divin, nous devons obtempérer et nous rendre à cette sainte convocation afin de rechercher la face du Seigneur, qui se laisse encore trouver le temps qu'il est temps, par ceux qui le cherchent, et par ceux qui ne le cherchent pas - Psaumes 11/7 - Car l’Eternel est juste, il aime la justice ; Les hommes droits contemplent sa face - Lamentations 3/25 - L’Eternel a de la bonté pour qui espère en lui, Pour l’âme qui le cherche - Esaïe 55/6 - Cherchez l’Eternel pendant qu’il se trouve ; Invoquez-le, tandis qu’il est près.

Tandis que Dieu fait retentir sa voix puissante afin que tous répondent à son appel, d'autres voix se font entendre jusqu'aux extrémités de la terre.

Il est une évidence que nul ne saurait taire : nous avons soumis la terre à la loi de l'homme, mais l'homme s'est soumis à la loi démoniaque d'un tyran sans limite, sans principe aucun. Nous adorons ce qui devrait provoquer en nous des répulsions, et nous nous prosternons devons l'être plutôt que de nous prosterner devant celui qui seul est digne d'adoration.

Dieu convoque toute la terre à une sainte convocation ; Qui va se tourner vers lui, l'implorant de tous ses vœux afin que fuient la colère et la sentence qui s'abattent sur nous ?

Nous avons beaucoup d'imagination pour certains, et bien d'autres sont des moqueurs patentés ; Mais qui va entendre la voix qui s'élève au dessus de toutes les autres voix afin que la volonté du Père soit entendue par le plus grand nombre ?

Des hommes de foi, des femmes aussi, avant moi, ont parlé et dénoncé les errances de ce que l'on appelle « chrétienté » ses manquements à la volonté de Dieu, ses manquements aux commandements et aux préceptes divins qui n'étaient faits que pour nous conduire dans une voie droite et non pas pour nous maintenir sous un joug ; Mais là encore, l'homme s'est saisis de l'occasion qui s'offrait à lui afin de renouveler son alliance avec le mauvais et maintenir sous son joug l'homme son frère.

Si, comme par le passé, comme à certaines époques (qui se transformèrent en épopée de la foi) nous revenions sur notre péché, pleurant sur lui avec d'abondantes larmes ; Si nous lavions nos robes grisâtres dans l'eau pure qui sort du sein de Christ jusqu'en vie éternelle ; Si nous faisons notre « méa culpa » alors l'Esprit saint se saisirait de nous, tel il se fit pour Jean ou bien d'autres encore, et nous verrions la parole prophétique de Joël s'appliquer au peuple de Dieu, lui-même régénéré et sanctifié. Les âmes seraient alors sauvées et la louange retentirait dans tous lieux.

Nous avons oublié bien des choses, dont celle-ci :

Exode 34/14 - Tu ne te prosterneras pas devant un autre dieu; car l'Éternel (porte) le nom de jaloux, il est un Dieu jaloux

Entendez les clameurs hystériques et les louanges adressées à l'individu qui sait taper dans un ballon (par exemple) et comment l'adulation dont ils sont bénéficiaires en font des idoles devant lesquelles l'homme se prosterne.

Entendez ces mêmes clameurs, sur d'autres pelouses, qui s'élèvent à la gloire d'autres hommes devant qui le peuple de Dieu se presse afin d'adorer tel où tel, oublieux que l'adoration n'est qu'à Dieu seul! Tu ne sais plus que ton Dieu est Dieu jaloux? Alors attention, tu risques de déchanter en apprenant la leçon - Hébreux 10/31 - C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant.

Chaque fois que tu te permets d'oublier ton Dieu, tu te rends participant, à nouveau , à cette scène terrible - Matthieu 27/29 - Ils tressèrent une couronne d'épines, qu'ils posèrent sur sa tête, et ils lui mirent un roseau dans la main droite; puis ils s'agenouillèrent devant lui en se moquant de lui et en disant: Salut, roi des Juifs!


Notre monde, accompagné par l'humain, baigne dans ce mot : OSTENTATION qui est un fait permanent d'une mise en valeur excessive.


C'EST ICI LA PAROLE DU SEIGNEUR QUI NOUS DIT :

Qu'êtes-vous prêts à sacrifier sur l'autel de vos envies pour me plaire ?


(souvenez-vous, cette parole a été donnée en 2005 à « Béthel »)


« Je vous convoque en ce lieu pour vous poser une question. Qu’êtes-vous prêts à sacrifier sur l’autel de vos envies pour Me plaire ? »


Vous Me dites : nous t’avons tout donné !

Vous Me dites : nous t’avons donné notre vie !

Vous Me dites : J’ai quitté mon pays !

Vous Me dites : j’ai quitté ma famille !

Vous Me dites : j’ai perdu mon mari.

Je le sais ! Je connais toutes ces choses.

Pensez-vous que cela m’aurait échappé ?

Non ! Mais je vous ai convoqués en ce lieu. Je vous avais dit : venez devant Moi toute affaire cessante !

Venez devant Moi et cherchez Ma face.

Et en cet instant Je vous dis maintenant : dans les envies de votre vie, et dans les désirs de vos cœurs : qu’êtes-vous prêts à Me sacrifier pour Me plaire ?

Je vous demande dit le Seigneur de réfléchir, car ma question n’est pas anodine.

Elle va vous permettre d’aller jusqu’au fond de votre cœur ; et de voir ce qui, dans vos vies, est encore établi comme une forteresse inaccessible, ou si vous m’avez déjà donné les clés pour que Je puisse m’installer dans vos demeures.

Les envies de l’homme sont légitimes. Je les connais. Avez-vous oublié que pour un temps Je suis venu vivre au milieu des hommes ? Il n’était pas facile, même en ce temps, pour l’homme d’accepter de Me voir autrement que ce qu’il voyait, c’est à dire : Yeshua le fils du charpentier.

Pour eux Je n’étais que le fils du charpentier. Pendant longtemps pour vous Je n’ai été que le fils du charpentier. Et puis Je suis devenu Dieu, votre Dieu, Yeshua, le Dieu éternel. Le vivant, le ressuscité. Celui que vous êtes venu chercher non pas au milieu des morts. Et vous avez installé vos vies au creux de la mienne.

Toutefois, Je vous pose, aujourd’hui, cette question : dans tous les désirs de votre cœur, qu’accepteriez-vous de perdre afin que Mon nom soit glorifié davantage dans vos vies ?


Souvenez-vous lorsque David pécha avec la femme d’ Urie.

Je lui fis connaître son péché par Nathan Mon prophète. Il était enfant selon Mon cœur, pleinement accepté par le Père, établi selon la volonté de Dieu. Et pourtant il dut choisir dans trois plaies différentes pour payer le prix de son péché.

Je vous ai toujours dit que Je ne laisserai jamais le coupable impuni d’aucune façon. Même si Je déploie sur lui Ma miséricorde et Mon amour. Pour vous Je veux simplement vous poser une question afin que vous alliez au fond de votre cœur. J’ai déjà sondé vos cœurs et Je les connais. Mais aujourd’hui, dans les désirs de votre cœur que parfois vous défendez bec et ongles, car vous dites « ils sont légitimes », ou encore vous dites « Dieu a fait la promesse ».

Mes enfants, Je ne dis pas qu’il n’y a pas de légitimité dans vos désirs. Je ne dis pas que vous n’avez pas eu de promesse. Mais aujourd’hui, Je vous demande simplement : qu’accepteriez-vous de Me donner sur l’autel de vos envies ?

Certains hommes ont eu des actes à faire, sans avoir de choix. David a eu le choix mais il devait poser son acte. D’autres hommes tel Abraham face à son fils, dû poser l’acte. Et tant d’autres. Et vous, quel acte êtes-vous à poser pour Moi ? Ceci n’est pas un jeu ni un caprice de Ma volonté. Je veux simplement vous faire connaître l’état de votre cœur. Souvenez-vous comment J’ai arrêté Mon peuple dans sa marche en exode, aux eaux de Marra, afin qu’il apprenne à se connaître et qu’il sache quel était l’état de son cœur. Et bien aujourd’hui il en est de même pour chacun d’entre vous. Qu’êtes-vous prêts à laisser, à Me sacrifier, à Me donner sur l’autel de vos envies ?


Ceci est une question qui mérite attention et réponse.

Où en êtes-vous chacun pour votre part de ce qui a été demandé ?

Qu’avez-vous fait de Ma demande lorsque Je vous ai dit  « écrivez, posez sur papier ce que vous m’avez donné et Je vous parlerai, et Je vous dirai.

Mais à ce jour vous n’avez pas obéi et vous avez pensé que cela nécessitait du temps.

Et vous avez pensé que rien n’était pressé.

Et vous avez cru, encore une fois que Je pouvais vous comprendre et permettre.

Je vous le dis :

J’ai compris et J’ai permis dit le Seigneur, mais aujourd’hui votre silence m’insupporte !

Et Je veux, ceci est Ma volonté, que vous compreniez que le moindre petit acte que Je vous demande entraîne de l’obéissance et de la fidélité à Me répondre.

Si vous n’agissez pas dans les petits actes, comment croyez-vous que Je Me permettrai de vous « imposer » ce qui vous dépasse ? De vous « imposer » ce qui est fardeau pour vous ? Je vous ai simplement dit : un papier, un crayon et marquez ce que vous m’avez donné. Et Moi Je vous dirai dit le Seigneur si cela est ou si cela n’est pas.

Si cela est, c’est très bien. Mais si cela n’était pas, Je mettrai le doigt sur ces choses que vous pensiez M’avoir données et qui en réalité ont été gardées par chacun d’entre vous. Parce-que Je ne veux pas que vous vous trompiez et que vous vous illusionniez sur ce qui est ou sur ce qui n’est pas.

C’est pourquoi J’ai permis cette période de mise à l’écart en vous convoquant car c’est une convocation.

Et Je vous pose de nouveau la question : qu’êtes-vous prêts à déposer pour Moi, pour Me plaire, en sacrifice sur l’autel de vos envies ?

Ce qui revient à dire que lorsque vous aurez examiné vos cœurs, vous vous apercevrez que certaines envies que vous pensiez légitimes ne le sont pas.

Et qu’il vous faudra Me les donner pour pouvoir continuer à marcher en Esprit, en Vérité, mais surtout en fidélité.

Mon nom est «  Le Fidèle » et Je désire que ceux qui marchent à ma suite soient aussi trouvés fidèles dans les voies que J’ai tracées pour eux

Je veux que votre nom soit aussi «  Fidélité ».

Non pas « Fidélité » pour un temps, mais «  Fidélité » à partir de maintenant jusqu’en éternité. Si vous avez été trouvés fidèles dans ce que Je vous demandais, si vous avez accompli fidèlement ce que Je vous ai demandé si vous avez marché avec fidélité dans les voies que Je vous ai tracées, si en fidélité vous avez travaillé pour votre salut et si en fidélité vous avez accompli les œuvres que Je réclame de vous, alors Moi « Le fidèle » Je vous le dis : Ma parole est fidélité. Ce que Je vous ai dit s’accomplira. Ceci est la vérité. Mais comme toutes choses il y a aussi ce que Je suis prêt à ne pas accomplir en votre défaveur.


Je suis prêt aussi, à vous barrer le chemin. Je suis prêt aussi à M’élever contre vous. C’est pour cela que Je vous dis : ce jour est une sainte convocation. Entendez bien la question que Je vous ai posée et sachez y répondre en Esprit et en vérité, et en fidélité dit le Seigneur »


Je me souviens de ce jour particulier ou Yéshua, par Son Esprit, nous parlait ainsi. Avec le temps, cette parole s’est révélée juste et Le Saint de Dieu nous a barré le chemin.

Ce que nous pensions alors n’était plus dans Sa volonté et parce que le zèle de « Béthel » devenait un zèle amer, nous avons trouvé Dieu devant nous, nous empêchant d’aller plus loin.

C’est ainsi, frères et sœurs, qu’il faut savoir entendre et écouter la voix qui vient de Dieu en avertissement solennel.

Plus que jamais, Dieu convoque son peuple en une sainte convocation ; Qui répondra : me voici pour te servir et faire ta volonté ?

Qui répondra sobrement, mais spirituellement : me voici pour te plaire, t’écouter et attendre que Tu me montre Ta face oh mon Dieu.

Je me souviens d’un frère bien aimé qui me dit un jour : « lorsque Dieu appelle, Il dépouille « l’élu » comme un oignon jusqu’au cœur mis à nu, et c’est après seulement que l’oignon est prêt à cuire. Pas avant. Cette parole me fit sourire, mais elle est pleine de sagesse, sachez-le.

Nous ne servirons pas, nous ne pourrons pas servir Dieu avec pour couverture, notre humanité pécheresse. Non ! Il nous faudra accepter de perdre ce qui nous couvre, qui nous recouvre ; Et lorsque enfin nous serons nus, mis à nu pour ne plus être nous mais devenir Lui, alors notre appel deviendra effectif parce que nous serons morts à nous-même, avec, au bout du chemin, la résurrection en Lui.


Alors, prêts pour une sainte convocation et un saint rendes-vous ?

Il nous attend.


SHALOM.


Aujourd'hui, en reprenant ce message, je m'aperçois combien, avec le recul, cet avertissement s'est appliqué à nous, gens de « Béthel » mais il est valable pour nous tous parce que les temps difficiles nous précèdent, et nous marchons dedans. Il est temps de répondre en vérité à cette convocation.

Des tas de questions me sont posées en ce qui concerne certains actes retenus ; Voyez pourquoi, sondez vos cœurs, et laissez le Saint Esprit sonder vos reins. Vous serez surpris, grandement étonnés de constater que là où vous pensiez la maison ornée et nettoyée s'entassent vieilleries et crasses anciennes qui ont résistées à un nettoyage superficiel.

Nous sommes connus, jaugés et pesés, et nous devons admettre que si le Seigneur n'est pas en notre faveur, ça risque de « chauffer » pour nous.

Dieu est Dieu frères et sœurs, et lorsqu'il convoque son peuple dans une sainte convocation, ne le faisons pas languir, accourons le temps que nous avons encore la possibilité de le faire, avant que le temps qui nous est impartit soit arrivé à son terme.


Prenons cet avertissement au sérieux : Dieu appelle son peuple à une sainte convocation ; Attends toi au pire et au meilleur pour ton âme, pour ta vie.