Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

      REFRACTAIRE


par Naomie le 21 Mai 2012.


shalom à vous qui lirez ou bien relirez ce message qui fut mis sur le site il y a quelques années déjà puis qui "disparu" après le "séisme" rencontré par un piratage il y a plusieurs mois.
Tout remettre en bon ordre occasionne une prise de temps sur ce qui se devrait être et peu à peu je remets ces textes sur le site.

Soyez bénis dans votre lecture, et fortifiés comme je le suis par notre Seigneur Yéshua.

Je reçu les termes de cette étude un Dimanche après-midi juste avant notre culte rendu à la gloire du Seigneur.

Dès le matin, le Seigneur me « parla »  à travers le livre des  Psaumes 39 versets de 6 à 12.
Dans la version "le Semeur" il est question du temps qui passe, et surtout dela réalité humaine devant la face du Seigneur, pécheresse (lorsque cette dernière daigne se reconnaitre telle que)

Tandis que je méditai sur ces passages, un mot s’imprima dans mes pensées : REFRACTAIRE.
Comme j'ai habitude de le faire, je contrôle la terminologie du mot "réfractaire" parce que dans la langue française, il existe de très nombreuses interprétations de chaque mot, selon sa racine (germanique, latine, grecque, etc)...

L'homme n'est qu'un souffle nous est-il précisé dans le psaume 39/6 et 12; Pourtant, combien en hauteur nous plaçons-nous pour la plupart d'entre nous? Un souffle est-il précisé à multiples occasions, afin que jamais nous ne perdions de vue cette vérité attestant que nous sommes poussière; Cependant, nous avons sous nos pieds une stèle qui nous élève tant que nous avons bonne opinions de nous-même. Poussière dit Dieu... poussière tu retourneras et nous devenons des bâtisseurs d'Empires que nous pensons éternels, que nous voulons éternels!
Poussière...

Nous ne sommes qu’un souffle, voilà notre position devant l’Eternel qui nous a créés : un souffle. Rien de glorieux en cela. C’est par le souffle divin que nous vivons. S’il se retire, nous mourons, pas plus compliqué que cela !
Puis ce que je comprends de ce psaume ? C’est la reconnaissance, par DAVID, le grand roi David, de la faiblesse de sa vie, sa fragilité à lui, la fragilité de l’homme et son unique espérance : DIEU.

Pouvons-nous prier et demander à Dieu, notre Roi, de nous faire comprendre le terme de notre vie, afin que nous puissions nous appliquer à bien en comprendre l'importance et de bien vivre notre vie donnée afin de servir le Seigneur du mieux de notre amour qui nous qualifie à le faire?
Eternel ! dis-moi le terme de ma vie, que je sache combien je suis fragile.
Père, dis-moi l’étendue de mes jours afin que je m’applique à bien Te servir… avant que je m’en aille et que je ne sois plus.
Psaumes 115/17  Ce ne sont pas les morts qui célèbrent l’Eternel, Ce n’est aucun de ceux qui descendent dans le lieu du silence; Mais nous, (les vivants spirituels) nous louons l'Eternel dès maintenant et à jamais!

Alors quoi ?
Alors, en vérité, notre faiblesse  dans notre humanité et notre situation devant Dieu devraient nous inspirer les bons sentiments, la bonne attitude à avoir devant Lui, avant que nous ne passions le seuil de notre vie et qu’il ne soit trop tard.

Après cette réflexion, cette méditation,  c’est de nouveau ce mot « REFRACTAIRE »  qui déjà avait fleurit dans ma pensée dès la semaine passée.  Je m'imaginais en avoir fait le tour! Et bien, ce n'était pas le cas, et de nouveau l'Esprit Saint m'interpella vivement par ce mot de réfractaire.

Dans la consultation du dictionnaire dont je me sers le plus, je note les références concernant ce mot, et qui sont lourdes de significations :

REFRACTAIRE :  qui résiste à l’autorité – insoumission – celui qui se soustrait à la loi du recrutement.
Qui désobéi – qui a rompu ses vœux –

Qui refuse – qui résiste au feu, à son action, qui ne fond pas (ou très difficilement)

Devant cette avalanche de définitions, j’ai longuement pensé  quelle pouvait être la pensée du Seigneur dans tout cela, et mettre bon ordre dans mes propres pensées, afin qu’il n’y ai pas interférence entre mes propres pensées, et la pensée initiale et directrice du Seigneur.

Alors, il en est ressorti ce qui suit :

« Celui qui a résisté à l’autorité commet un acte d’insoumission, c’est celui-là qui se soustrait à la loi du recrutement, c’est celui qui ne rejoint pas son corps d’unité, à savoir l’église. »


J’explique :
Après avoir renoncé à une vie qui le conduit loin du Seigneur, l'homme, la femme "régénéré" et baptisé entre dans la dimension spirituelle que trop souvent nous englobons dans une bulle sous le terme de "chrétien"; Moi je préfère dire que celui-là qui fuit, qui vomi son péché en reniant sa vie d'avant entre dans la sphère du salut obtenu par la mort et la résurrection de Christ Yéshua.

Ceux dont le nom est a jamais inscrit dans le "livre de la Vie" vont faire l'objet de l'amour de Dieu qui va les diriger dans la bonne direction, sachant que bien d'entre nous sommes dans l'imperfection totale, pécheurs et loin de Dieu, marchant sur le fil d'une corde si fine que nous pouvons tomber à tout moment. Nous ne résistons plus lorsque nous avons la compréhension de cet amour si grand.

C’est ainsi une réponse à l’appel pressant du Seigneur qui appelle celui qu’il cherche.

Cet appel doit logiquement déboucher sur une reconnaissance d’appartenance au corps de Christ qu’est l’Eglise (pierres vivantes choisies une à une par Jésus, corps dont il est la tête).
Il n'est pas ici question d'une terminologie théologique ni d'une appartenance à une branche quelconque écclésiale, mais bien du Corps de Christ dont il a choisit lui-même les pierres formant un saint édifice; l'Eglise vivante.

Afin qu'un corps d'armée soit utilisable, il doit se soumettre premièrement à l'Autorité dont il dépend. Le Chef d'Etat est le Chef des armées, et le Ministère des armées est puissant. Il doit être "prêt" dans toutes les éventualités d'interventions "guerrières" et les hommes composants les unités de combats doivent répondre comme un seul homme.

En ce qui concerne la vie spirituelle que nous menons dès notre "entrée" dans le Corps d'Unité qu'est l'Eglise franche et vivante, Corps dont Christ Yéshua est la Tête, le Chef d'une armée de "morts vivants" -  Colossiens 2/13 -   Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses... Bien entendu, il s'agit ici d'une compréhension de mort au péché, mort à notre ego, et d'une renaissance en la vie en Christ qui nous lance dans une identité spirituelle. Dans cet optique, nous avons une double obligation : celle de l'engagé volontaire dans le Corps d'armée, et celle de l'appelé qui se doit de répondre de façon favorable à l'appel qui lui est adressé.
Celui qui ne répond pas de façon inconditionnelle à cet appel de Christ est "déserteur" parce que s'est le qualificatif donné à celui qui refuse l'incorporation. Ne pas rejoindre son corps d'armée soumet l'indiscipliné à un autre qualificatif : REFRACTAIRE!

Il faut donc que le Chef des armées soit absolument certain que ses troupes correspondent à son attente et qu'ainsi le combat, qui, je le rappelle, est déjà soumis à la condition victorieuse de la victoire acquise à Golgotha, sera fait dans une seule et même vision de victoire sur l'ennemi commun : Satan le Diable et ses congénères les êtres du monde des Ténèbres.

Si cela ne peut pas être, si après "réflexion" un regret se fait sentir au coeur de la "recrue" la con duisant au renoncement et à la fuite (sans exagération aucune) c'est une constatation de désobéissance. C’est l’état de celui qui a fait des vœux (quels qu’ils soient) et qui ne les tient pas. Le Seigneur nous dit : que ton oui soit oui !!!
Matthieu 5/37 -  Que votre parole soit oui, oui, non, non; ce qu’on y ajoute vient du malin.
Jacques 5/12 -  Avant toutes choses, mes frères, ne jurez ni par le ciel, ni par la terre, ni par aucun autre serment. Mais que votre oui soit oui, et que votre non soit non, afin que vous ne tombiez pas sous le jugement.


On ne peut pas compter sur ce soldat défaillant, qui, par son insoumission à « l’esprit de corps » devient un péril pour ceux qui combattent à ses côtés.
Il met tout le corps en situation périlleuse, et, c’est ainsi que par la défaillance d’un seul, plusieurs peuvent être mis à mal par l’ennemi.

Ces paroles ne vous rappellent rien ?

« C’est par la défaillance d’un seul, Adam, que le péché est entré dans le monde, c’est par la mort d’un seul – Yéshua- que Satan fut vaincu » Romains 5/17 -  Si par l’offense d‘un seul la mort a régné par lui seul, à plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par Jésus-Christ lui seul.

Dans une armée physique, humaine, le soldat fait partie d’un tout et chacun compte, ou doit pouvoir compter sur tous.
C’est une loi de combat. Il en est pourtant qui agissent autrement, de façon unilatérale; ils sont appelés snipers - francs tireurs. Le franc-tireur n’est apprécié par aucun, car non seulement il met sa vie en péril, mais celle des copains aussi. C’est un personnage dangereux. Dans sa persistance, il est digne des tribunaux de guerre.
Dieu dit, dans sa parole, que la désobéissance est pire que le péché d’ignominie. L’obéissance vaut mieux que les sacrifices (ce n’est pas moi qui le dit).- voir 1 Samuel 15/22.

Un homme : Abraham! Un homme? Non, un père! Un père aimant duquel Dieu réclamera le sacrifice ultime : la vie de son unique enfant. Entendez les cris et les gémissements de cet homme qui sert un Dieu dont il ne sait que très peu de chose mais qui lui est fidèle et qui le rend fidèle à ses voeux. Donne-moi ton unique! Donne moi ton fils!
Un coeur qui hurle de désespoir, un coeur à nu, dépouillé de sa propre chair! La même situation vécue à Golgotha où le Père accepta le sacrifice du Fils pour le salut des impies!

Abraham se courbe; Il se plie à cette volonté inflexible dans la demande! Alors dès cet instant ou le oui fut donné par l'homme, Dieu ouvrit les écluses du ciel et retint le bras sacrificiel..
Ce fut l’acceptation qui engendra la bénédiction qui était en réserve, et le ciel s’ouvrit pour Abraham, l’ami de Dieu.

Par contre, il y eut un refus lourd de conséquence pour l’humanité, mais cette fois, c’est Dieu lui-même qui refuse l’offrande de Caïn alors qu’il agrée le sacrifice offert par Abel.

Quoi, me direz-vous ! favoritisme !
Acceptation du « chouchou » au détriment de l’autre ! Dieu ne fait pas de favoritisme Actes 10/34. Devant Dieu, il n’y a pas de considération de personnes, mais en toute nation, celui qui le craint et qui pratique la justice lui est agréable.
Non, d’une part, Dieu connaît le cœur de Caïn qu’il sait mauvais, et, d’autre part, il veut conduire l’homme à savoir que seul, un sacrifice de sang peut nous conduire en présence de Dieu.

Puis, en dernier, nous verrons celui qui refuse.
Qui refuse quoi ? « REFUS » est l’essence du mot REFRACTAIRE

Celui qui refuse résiste à l’action du feu. A l’action de brûler. C’ est la pierre qui refuse de se soumettre à la condition du feu, c’est la pierre ignifuge, qui ne brûle pas, qui ne fond pas ou très difficilement.
Alors, si une pierre vivante de l’édifice ne brûle pas, si elle ne se soumet pas à cette action du feu, elle est totalement REFRACTAIRE, et Dieu ne peut plus s’en servir.
Comment communiquer le feu à l’extérieur si ceux du dedans sont froids, ou tièdes ? Apocalypse 3/14 - écrit donné à l’église de Laodicée qui ressemble fortement à l’église moderne.
De quel feu est-il question ?
Sans préciser, vous avez bien sur reconnu qu’il est question de l’action brûlante du Saint Esprit
Yéshua dit au travers de Hébreux 1/7 : « Je fais de mes serviteurs une flamme de feu ». Donc nous devrions brûler, ce qui me paraît logique !

Réfléchissons un peu  - Croyez-vous que nous aurons l’agrément du Seigneur pour cette attitude de rejet envers Lui et son œuvre préparée d’avance pour que nous la réalisions ?
Arrêtons de nous tromper nous-même, arrêtons de nous leurrer nous-même. Le Seigneur dit, de sa bouche qu’il vomira les tièdes  : tu n’es ni froid, ni tiède, je te vomirai de ma bouche - Appocalypse 3/14.

Pour que nous obtenions l’agrément de Dieu (l’agrément est un diplôme qui donne le droit d’exercer dans une profession), nous devons cesser d’être des pierres REFRACTAIRES, et laisser le Saint Esprit agir avec puissance dans nos vies.

C’est alors que nous serons au bénéfice de la pluie de la première et de l’arrière saison qu’il enverra, et nous verrons ce que sa parole promet : nous verrons le laboureur suivit de près par le moissonneur - Amos 9/13 - Voici, les jours viennent, dit l’Eternel, Où le laboureur suivra de près le moissonneur, et celui qui foule le raisin celui qui répand la semence, où le moût ruissellera des montagnes et coulera de toutes les collines.

Aujourd’hui, point de repos pour nous, quoique nous soyons au bénéfice de son repos.


Mais, sentinelle, que dis-tu de la nuit? Je dis que la nuit vient, mais elle est suivit du jour du Seigneur, jour grand et glorieux, mais jour de ténèbres et de sang. (la Bible).
2 Pierre 3/10
  nous enseigne ceci -  le jour du Seigneur viendra comme un voleur. En ce jour-là, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les œuvres qu’elle renferme, sera consumée .

Mon ami (e) si tu te reconnais dans cette position, aussi bien difficile pour toi et pour ton entourage, confesse au Seigneur de toute la terre ta défaillance, ton zèle amer, et demande-lui pardon avant qu’il ne soit trop tard et qu’il ne voit plus que ta désobéissance qui lui est particulièrement insoutenable (revois le texte de 1 Samuel).
Notre Seigneur, riche en bonté, t’accordera la joie de le servir de nouveau avec le corps de combattants qu’il a lui-même créé pour faire face à l’ennemi de nos âmes.

Que celui qui a des oreilles pour entendre dit le Seigneur, entende la voix de Celui qui a obéi jusqu’à la mort de la croix afin que son triomphe soit éternel.
Amen.