Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

title

 

QU'ETES -VOUS VENU VOIR ?



1 Pierre 1/3 - Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts, à tous les biens aimés de Dieu notre Seigneur, ressuscité d'entre les morts afin d'être le premier entre tous ses frères (et sœurs)



Par Naomie, le 31 Mars 2013.



SHALOM

à tous les biens aimés de Dieu notre Seigneur, Ressuscité d'entre les morts afin d'être le premier entre tous ses frères (et sœurs)


Je suis heureuse d'être une parcelle du corps de notre Christ Yéshua, et qu'ensemble, nous soyons cette parcelle éternelle de l'abondance de son amour pour nous les rachetés, et pour les perdus, ceux-là dont il est dit que c'est pour eux qu'il faut un médecin -

Luc 5/31 - Jésus, prenant la parole, leur dit : Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades.


Depuis des siècles, beaucoup ont été guéris alors qu'ils étaient malades jusqu’à la mort, mais pouvons-nous affirmer sans erreur possible que tous les malades sont guéris pour autant, Si tel était le cas, le Seigneur ne différerait plus sont retour, ne le retiendrait pas, mais nous serions dans la joie, partageant avec lui la promesse de son avènement.

Le monde ne serait plus à l'image qu'il nous offre jour après jour et nous n'aurions plus a souffrir des injustices et iniquités de ceux qui ne savent pas leur maladie funeste.

Nous sommes à ce jour le Dimanche après que Christ fut offert à la vindicte populaire selon ce qui était écrit, afin que la Mort soit enfin définitivement vaincue ; N'est-il pas écrit ceci - 1 Corinthiens 15/26 - Le dernier ennemi qui sera détruit, c’est la mort.


Il est également mentionné, dans les saintes Ecritures, ce qui suit - Actes 26/23 … savoir que le Christ souffrirait, et que, ressuscité le premier d’entre les morts, il annoncerait la lumière au peuple et aux nations.


Voilà, tout est accomplit, la croix est nue, dépouillée de ce corps offert à la vue de tous dans une agonie sanglante, la mise au tombeau a eu lieu selon le « protocole » de l'époque, mais voilà qu'au troisième jour, une constatation s'impose avec force : le tombeau est vide, comme un organisme vidé de ses entrailles ; Les linges sont pliés dans un coin mais c'est tout ! C'est totalement terminé, la Mort est vaincue, et la promesse est accomplie.

Psaumes 16/10 - Car tu ne livreras pas mon âme au séjour des morts, tu ne permettras pas que ton bien-aimé voie la corruption.


Alors dès maintenant je pose une question à ceux-là qui agissent de manière étrange, allant jusqu'à s'infliger dans leur chair la stigmatisation de la crucifixion et ainsi exposé, font pécher le peuple qui vient voir quoi ?... Un spectacle sanglant ?

La curiosité est humaine, mais nous ne devons pas cautionner tous faits et gestes au nom d'une soit-disant piété qui n'a rien de spirituelle, où du moins, qui n'offre en rien à l'homme l'image de la vérité.

Un seul a été crucifié pour le péché de l'homme perdu ; Un seul a été agréé par le Dieu Tout-Puissant que nous nommons « Père », le reste n'est que spectacle morbide et la question demeure : qu'êtes-vous allés voir ?

Lorsque le « Baptise » était au milieu des gens de la maison d'Israël, la même question fut posée en ce qui le concernait - Matthieu 11/7 - Comme ils s’en allaient, Jésus se mit à dire à la foule, au sujet de Jean : Qu’êtes-vous allés voir au désert ? un roseau agité par le vent ?


Lorsque les contemporains de Christ vinrent au tombeau afin de constater la réalité, la question pourrait aussi se poser : qu'êtes-vous aller voir en ce lieu désert ? Est-ce que la joie inondaient vos cœurs jusqu'à la défaillance ou bien êtes-vous venus assister à la gloire de Dieu concrétisée dans la résurrection du Seigneur ?


Je n'irais pas accuser ces femmes fidèles qui dès le matin, voulurent savoir si leur espérance était bien réelle, malgré que le tableau qui nous est dépeint est empreint d'incrédulité, voyez par vous-même  la description faite au travers de Jean 20/1 ou il est expliqué que Marie de Magdala est venue très tôt le Dimanche matin, et voyant la pierre roulée, courut avertir les disciples, et dit à Pierre, accompagné de Jean « on a enlevé le Seigneur de la tombe, et nous ne savons pas ou il a été déposé » 

Elle fera la même réponse aux deux anges venus pour attester que la promesse avait été accomplie et même lorsque le Seigneur s'adresse a elle, elle ne le reconnaît pas – Jean 20/14.

Incrédulité ? Oui ! Le Seigneur avait annoncé toutes ces choses afin que nul n'en soit surpris, et pourtant, l'incrédulité a marqué le pas sur la foi.

Thomas, surnommé « Didyme » procèdera autrement, en affirmant haut et fort son incrédulité : si je ne mets pas ma main dans ses plaies, je ne croirais pas Jean 20/ 24. Il faudra, pour le convaincre, que le Seigneur s’adresse lui-même à cet homme incrédule - Jean 20/27 et 28 - Puis il dit à Thomas : Avance ici ton doigt, et regarde mes mains ; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté ; et ne sois pas incrédule, mais crois.Thomas lui répondit: Mon Seigneur et mon Dieu !

Parce que l'homme incrédule à besoin de voir afin de croire, Christ dira ceci en réponse à la « profession de foi » de Thomas – Jean 20/29 – Parce que tu m'as vu tu crois (ce qui est bien) lui répondit le Seigneur ; Heureux ceux qui croient sans voir.


L'Epitre adressée aux Romains par Paul commence par une salutation, qui ne ressemble en rien à nos salutations modernes qui se résument par « bonjour » et parfois « soyez bénis » mais là Paul souligne un trait de la vérité biblique concernant le Seigneur Yéshua en ces termes :

Elle ( la bonne nouvelle de l'Evangile ) parle de « son Fils » (celui de Dieu) qui, de part son humanité, est de la branche de David, mais qui est déclaré Fils de Dieu (donc Dieu par les attributs divins) avec puissance lorsque l'Esprit Saint l'a ressuscité des morts – Romains 1/1 à 4.


Si nous comprenons notre nature spirituelle, nous comprendrons alors cette parole exprimant la volonté de Dieu le père Créateur a notre encontre, à savoir que si déjà, dans la chair, nous sommes acceptés fils et filles de la maison de Dieu par rapport à notre résolution spirituelle de marcher avec Christ Yéshua, après l'avoir reconnu comme Seigneur et Dieu, nous serons déclarés tout pareillement à lui, le premier né d'entre de nombreux frères, dans la résurrection spirituelle qui est le marche pied à la résurrection des corps.

Colossiens 1/18 - Il est la tête du corps de l’Eglise ; il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier.


Si nous sommes reconnus au travers de l'acceptation du sacrifice sanglant qui conduisit Dieu a accepter le don de la vie du Seigneur sur terre pour le salut du plus grand nombres (de ceux qui croiront et ainsi seront régénérés dans une « vie nouvelle ») nous le serons d'autant plus dès que notre être spirituel glorifiera Dieu le Père au travers du nom du Fils glorieux, parce que la chair verra la corruption alors que notre être spirituel ne côtoiera pas la Mort vaincue.

Nous mourrons a nous-mêmes certes, mais ce ne sont pas les morts qui louent et glorifient le Seigneur.

Notre « ego » doit mourir parce qu'il nous empêche d'accepter la réalité du Seigneur, mais l'être spirituel qui renait de la mort de la chair est vivant à l'image du Seigneur, ressuscité dans la vérité, et devenu glorieux, peut d'ores et déjà louer le Seigneur dans sa Grâce excellente - Psaumes 115/17 - Ce ne sont pas les morts qui célèbrent l’Eternel, Ce n’est aucun de ceux qui descendent dans le lieu du silence ;


Quel est cet être « intérieur » dont il est fait mention dans la Bible  qui rajeunit comme l'aigle ?

Nous avons été mal nourrit et nous avons reçu une bouillie ou tout était mélangé, insipide.

Le Seigneur prétend que les Saintes Ecritures sont pour notre enseignement, et que lui est venu révélé le Père Eternel dans la grâce. S'il le prétend, c'est que c'est vrai, puisque lui-même dit : que chacun dise la vérité a son prochain.

Mais comment dire la vérité si elle n'est pas connue ?

La vérité est que notre vie ici-bas se cantonne dans un corps que Paul déplore, parce qu'il a bien compris , lui, le processus humain. Destruction du corps, de la chair (sauf pour Christ et pour les seuls qui ont été enlevés et dont il est fait mention dans la bible) mais vie spirituel en ce corps spirituel qui ne se corrompe pas et peut entrer dans la présence de Dieu dans le lieu très saint, le Sanctuaire ressuscité, Christ Yéshua - 1 Corinthiens 15/42 - Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Le corps est semé corruptible ; il ressuscite incorruptible  - version « du Semeur »

Paul déclare l'homme insensé parce qu'il émet des suppositions concernant la mort et la résurrection, faisant un amalgame mensonger de ce qui est véritable – il prend pour modèle la semence mise en terre, afin d'expliquer la vérité – le corps va connaître la dégradation qui lui est imposé par la mort, ce n'est pas le corps spirituel, c'est le corps physique.

Puis il parle du corps spirituel qui lui ne subira pas cette dégradation, jamais. Que ce soit pour la vie éternelle, pour la deuxième mort, le corps spirituel (si je peux m'exprimer ainsi) ne verra pas la corruption du premier corps qui est notre.

En fait, ce qui meurt est le corps « adamique » et celui qui revit est le corps spirituel a l'image du « Ressuscité » Christ Yéshua – 15/35 à 45.


La pierre est roulée, le tombeau est vide, aussi ne parcourrez pas ce lieu ou dorment les morts, mais faites donc ce qui nous est préconisé  à tous : allez a la rencontre du Seigneur qui vous attends, afin de vous communiquer la vie par le don de l'Esprit Saint, tout comme cela fut fait pour les disciples, qui, après avoir vu le Seigneur, l'avoir entendu leur parler et après avoir vu les plaies aux mains et au côté – QUE LA PAIX SOIT AVEC VOUS... COMME MON PERE M'A ENVOYE MOI AUSSI JE VOUS ENVOIE...

Puis après avoir soufflé sur eux, il leur dit : RECEVEZ LE SAINT ESPRIT .


Romains 8/11 - Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.


Mais le couronnement fut dans cette parole : ceux à qui vous remettrez leurs péchés en seront acquitté effectivement, tandis que pour les autres (à qui vous ne remettrez pas leurs péchés) ils en garderons la responsabilité.


Ceci n'est pas une parole pour un certain « clergé » qui agit selon cette parole totalement tordue, mais cela s'adresse AUX DISCIPLES à qui le Seigneur à lui-même remis leurs péchés.

J'ai eu a expérimenter cette parole et je vous affirme qu'elle est véritable et qu'il nous est demandé d'agir avec circonspection dans la vérité, parce que nous devons délier nos frères, délivrer les captifs retenus par les liens de la mort, et cela commence avec cette parole : PARDONNEZ VOUS LES UNS LES AUTRES.