Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

title

MA PAROLE VIOLEE!


Par Naomie, le 8 Janvier 2011.




PAROLE DU SEIGNEUR RECUE LE 11 DECEMBRE 2010.


cette parole s'adresse à la Côte d'Ivoire.


Shalom à vous tous qui prendrez connaissance de cette parole du Seigneur concernant LA C.I. Elle est incisive, mais le comportement des dirigeants de cette Nation est méchante, et elle exacerbe la sévérité du Seigneur envers elle.


15 JANVIER 2011!


Telle est la date qui est en constance dans mes pensées, et cela depuis plusieurs jours.


Voici à quoi correspond cette date :

Ce commentaire correspond à une analyse précise de la « crise » ivoirienne, mais elle est faite sur la base de la Parole (la Bible). Il est donné par Israël, un très cher frère qui est également concerné par ce qui est en Côte d'Ivoire, étant ivoirien.

«  Je viens de lire cet article de journal ci-dessous qui pour moi est comme une ‘’révélation du Seigneur pour confirmer le temps fixé par LUI pour mettre fin miraculeusement à la crise ivoirienne en agissant selon Exode 34 /10. - ‘’L'Éternel répondit: Voici, je traite une alliance. Je ferai, en présence de tout ton peuple, des prodiges qui n'ont eu lieu dans aucun pays et chez aucune nation; tout le peuple qui t'environne verra l'oeuvre de l'Éternel, et c'est par toi que j'accomplirai des choses terribles’’.

Seul, celui à qui Dieu a ouvert les yeux peut voir que cet article est vraiment une révélation divine. Je crois même que le journaliste, auteur de cet article, a prophétisé sans se rendre compte comme le fit Caïphe. ‘’Jean 11/ 49 - 51 L'un d'eux, Caïphe, qui était souverain sacrificateur cette année-là, leur dit: Vous n'y entendez rien; vous ne réfléchissez pas qu'il est dans votre intérêt qu'un seul homme meure pour le peuple, et que la nation entière ne périsse pas. Or, il ne dit pas cela de lui-même; mais étant souverain sacrificateur cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation’’

En effet, en lisant cet article, je découvre que le temps fixé par Dieu se trouve dans le code électoral en son article 64. Cet article fixe la date d’un troisième tour en cas de contestation du second. Ce qui m’impressionne moi, c’est que la date légale, prévue dans cet article 64 nous amène au 15 janvier 2011. ‘’Non, ce n’est pas le hasard, c’est Dieu qui est en action’’ ! Albert Einstein disait : ‘’Le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito’’

Une autre chose qui pour moi est un élément capital, c’est que, la crise que connait la Côte d'Ivoire depuis le 24 décembre 99 se déroule selon des périodes de temps prophétiques marquées dans la bible, confirmant ainsi, que la destinée de la Côte d'Ivoire est cachée dans les écritures et que notre nation a une mission prophétique. Tout se passe comme si Daniel et certains prophètes ont prophétisé sur la Côte d'Ivoire.

Enfin, le journaliste propose que pour ce ‘’troisième tour’’, il faut écarter la CEI et le Conseil Constitutionnel. Il propose qu’on fasse appel à une personne neutre comme en Guinée. Dans le cas de la CI, ‘’Dieu sera en même temps CEI et Conseil Constitutionnel’’. C’est par un ‘’GRAND MIRACLE’’ que se fera ce ‘’troisième tour’’ qui d’ailleurs a commencé le 31 octobre lors du premier tour. Les ivoiriens, les hommes ont voté lors du premier et du deuxième tour. Mais, pour le troisième tour, ça sera un miracle, les ivoiriens n’iront pas aux urnes. C’est en cela, que ce qui va se passer en CI, n’a jamais eu lieu dans aucune nation comme cela est écrit dans Exode 34 / 10. Les humains ont fait leur part lors du premier et du deuxième tour, le reste est du seul et unique ressort de Yahvé, le Dieu des MIRACLE.

 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Pour suite, voici ce qui a été entendu par mes oreilles :



« J'endurcirai le coeur des Nations »

puis :



. FAUX SERMENTS

.ENDURCISSEMENT

.RETIVETE

. ABANDON DE DIEU

. ADULTERE

. INFIDELITE



Puis de nouveau cette parole me fut confirmée :

« Que ma parole dans ta bouche soit du feu qui consumera les peuples – Jérémie 4/14 »



PAROLE DU SEIGNEUR :



COTE D'IVOIRE :



«  VIOLEE! Ils se sont servir de ma parole comme d'une prostituée et ils l'ont « violée », abusant d'elle sans « préservatif » la souillant de leur fluide corporel qui n'a rien de spirituel »

« Ils ont agi avec violence, la tiraillant de tous côtés sans aucun ménagement, et ils ont dit : « que me reproches-tu? »

« Ce que l'Eternel te reproche, homme sans pudeur, c'est justement ton impudicité et ton mépris de ma Parole. »



« Ce n'est pas tant ce qu'ils disent qui a de l'importance, ni même leurs actions dépravées, débordantes de méchanceté. Ils disent être au dessus de ma Parole qu'ils flétrisse comme ils l'ont fait pareillement pour ma vierge, fille de Sion.

C'est pourquoi, pour ces réprouvés, je vais exercer ma justice et poser ma main afin de recouvrir leur méchanceté, afin de ne plus en faire des instruments de vénération; ils vont être confus et confondus, tous ceux-là qui ont pris ma Parole pour appuie sans connaître le fruit méchant de leurs actions méchantes.

Je les amèneraient a rentrer en eux et réfléchir, et d'eux-même, ils reconnaîtront que je suis Dieu, sans pareil; Il n'y a pas d'autre Dieu que Moi.



Ils courberont leur cœur mauvais devant moi.

J'ai usé de patience! J'ai usé de patience!

Combien de temps encore me faudra-t-il les avertir pour qu'enfin ils connaissent les pensées de leur cœur?

J'ai posé la main sur ce qui faisait les délices de leur vie! J'ai envoyé la teigne et la rouille a touché leurs avoirs maudits!

J'ai envoyé l'épée, la peste, la famine, alors que mon désir était de leur donner le fruit de ma maison.

J'ai détourné le cours des fleuves et anéantis des mers, faisant paraître des iles!

Leur cœur s'est endurcit.



Alors, enfin, j'ai agi envers eux comme envers Pharaon, et de nouveau j'ai averti et dit : « Celui qui ne prend pas soin de ma Parole sera lui aussi touché dans son cœur, pleurant amèrement ce qui faisait les délices de son cœur, réjouissait son âme. De nouveau,l'homme se posera la question essentielle à savoir : qui suis-je et qu'est Dieu, et je me ferai connaître à celui-là.



Nations! La perversité vous sert de couverture et nul ne peut rien pour vous!

Vous portez en vous un mal incurable et les peuples portent le deuil sur vous!

Vous vous illusionnez et créez des « bibelots » qui ne sont que « breloques » servant à vous rassurer, à vous conduire a penser que vous

êtes sur le chemin de la paix et du bonheur!

ILLUSION!

ILLUSION ET MIRAGE!

« D'un coup de vent impétueux, du souffle qui sort de mes narines, je vais tout bouleverser et ce qui va paraître vous laissera sans voix, muets et interloqués de ce prodige que vous ne connaissez pas! »



Une seule issue : REVENEZ A MA PAROLE!

Revenez et acceptez enfin de reconnaître celui que j'ai envoyé pour le salut de vos âmes.

C'est alors que je reviendrai, moi aussi, du malheur dont je veux vous frapper.

Les Nations ne connaîtront aucun repos car il faut , tout comme il en a été pour Pharaon, qu'elles se reconnaissent telles qu'elles sont, perfides et mensongères, se cachant sous une couverture nommée « Droits de l'Homme », « Démocratie »

Mais voyez ce qu'il en est et comment, avec un doigt pointé sur vous, je fais tomber vos espérances et vous met à nu!



Comme le Seigneur m'a montré qu'un parallèle existait entre la situation ivoirienne et la Nation d'Israël du temps des Rois, voici ce qu'il en ressort par le Seigneur :



« Perfide Juda! Perfide Israël! Cessez de vous confier en vos propos, mettez le genou fléchi devant moi, et que les cœurs soient circoncis – lire Osée 4 - »



-----

Ci-après, article concernant la Côte d'Ivoire -



Bras de fer Gbagbo – Ouattara

Voici la solution pour sortir de la crise ivoirienne

Publié le mardi 21 décembre 2010   |  L'Inter

Huit ans après la rébellion du 19 septembre 2002, qui a accentué leurs difficultés, les Ivoiriens avaient espéré des lendemains meilleurs avec la tenue du scrutin présidentiel cette année. Le calme et la discipline, qui ont entouré le premier tour de ce scrutin le 31 octobre dernier, ont donné beaucoup d’espoir aux populations. Mais celle-ci seront désillusionnées par l’issue du duel final Gbagbo – Ouattara du 28 novembre passé. La crise, qui a découlé de la proclamation du résultat de ce duel, est en train de conduire la Côte d’Ivoire vers des lendemains incertains. Avec deux présidents de la République qui se livrent une guerre de légitimité au bilan déjà lourd. Au fil des jours, les positions se radicalisent. Bénéficiant du soutien indéfectible de l’ensemble de la communauté internationale, le candidat de l’opposition (Rassemblement des Houphouétistes), Alassane Ouattara, déclaré vainqueur du scrutin du 28 novembre par le président de la Commission électorale indépendante (CEI), n’entend pas lâche le morceau face à Gbagbo déclaré vainqueur par le Conseil constitutionnel.

Libérer la Côte d’Ivoire en otage


Quoique enfermé, lui et son gouvernement, dans un hôtel d’Abidjan sous haute surveillance des forces onusiennes, pour raison de sécurité. Oint de sa légitimité par le Conseil constitutionnel, le président Laurent Gbagbo et ses partisans, en face, ne donnent aucun signe de capitulation, malgré les pressions énormes et autres sanctions de la communauté internationale. A ce jour, la Côte d’Ivoire se trouve prise dans cet engrenage à telle enseigne que ni Gbagbo ni Ouattara ne peut la gouverner sereinement et prétendre travailler au bien-être de ses habitants, même si le bras de fer venait à tourner à la faveur de l’un ou de l’autre. L’idéal aurait voulu que les deux protagonistes s’entendent pour gouverner ensemble durant les cinq années à venir, dans un schéma ‘’président et vice-président’’ ou ‘’président et Premier ministre’’ comme au Zimbabwe où Robert Mugabé et Morgan Tsvangirai ont fini par cohabiter. Dans le cas de la Côte d’Ivoire, les positions sont, hélas, si tranchées qu’il importe d’envisager une solution d’équité pour sortir ce pays aux énormes potentialités des griffes mortelles de ses politiques. L’objectif à rechercher, doter les Ivoiriens d’un régime fort, incontesté, qui aura moins à gérer des adversités en face qu’à travailler pour relever les défis de l'Économie et du développement. Que ce soit avec Laurent Gbagbo ou Alassane Ouattara, la Côte d'Ivoire a encore des solutions pour rebondir, pourvu que l’on parvienne à la libérer des politiciens.

La garantie d'une sortie équitable de crise


Les protagonistes n’étant pas prêts, chacun, à libérer le fauteuil présidentiel, la reprise partielle du scrutin dans les zones de litiges étant contestée, il ne reste plus qu’un schéma pour sortir de l’imbroglio dans lequel est plongé la Côte d’Ivoire : la reprise totale du 2ème tour du scrutin présidentiel. Sur la question, l’on pourrait s’inspirer de l’article 64 du code électoral en son chapitre sur le contentieux électoral, qui dispose comme suit : « Dans le cas où le Conseil Constitutionnel constate des irrégularités graves de nature à entacher la sincérité du scrutin et à en affecter le résultat d'ensemble, il prononce l'annulation de l'élection. La date du nouveau scrutin est fixée par décret en Conseil des Ministres sur proposition de la Commission chargée des élections. Le scrutin a lieu au plus tard 45 jours à compter de la date de la décision du Conseil Constitutionnel ». Il est vrai, cette disposition ne cadre pas formellement avec la situation qui prévaut. Cependant, l’on peut paraphraser ce texte pour trouver une voie de sortie de l’impasse vers laquelle le bras de fer Gbagbo-Ouattara autour du fauteuil présidentiel est en train de mener la Côte d’Ivoire. Et si l’on annulait carrément le scrutin du 28 novembre pour le reprendre dans les 45 jours suivants ou plus, dans des conditions inspirées du contentieux ayant conduit aux troubles actuelles. Cette solution a le mérite de ne favoriser aucun des deux camps, comme celle du partage du pouvoir qui n’emballe pas les protagonistes ou la reprise partielle du scrutin dans les zones litigieuses du nord également balayée du revers de la main.

L’idée pourrait être mal perçue par les légalistes et autres partisans indécrottables du droit. Mais, il n’y a jamais de sotte solution pour sortir d’une crise. Quand elle atteint, de surcroît, un niveau de tension comme celle que traverse la Côte d’Ivoire. C’est pourquoi il importera de s’armer de courage pour envisager ce retour à la case départ pour ramener les deux candidats au duel du 28 novembre à un même niveau de confiance et refaire un scrutin plus équitable, sans accroc ni espièglerie susceptible de servir d’alibi à d’éventuelles invalidations. Ce scrutin devra commencer par une mise à l’écart de la CEI et du Conseil constitutionnel. Ces deux organes, qui n’inspirent plus confiance ni à Laurent Gbagbo ni à Alassane Ouattara. En lieu et place, un autre organe consensuel, sans soupçon, dont la neutralité est avérée, devra être pensé pour la préparation, la tenue du scrutin et la proclamation de ses résultats. L’on pourrait imiter l’exemple de la Guinée juste où, finalement, les candidats sont tombés d’accord sur le choix du général malien Siaka Sangaré pour conduire la commission électorale nationale indépendante (CENI). Comme en Guinée, en Côte d’Ivoire, il sera aussi difficile de convenir d’un nom sans qu’on ne lui prête une accointance ou une tendance selon ses origines, son ethnie, voire ses relations passées. Mais, à l’image du Gal Sangaré du Mali, ce ne sont pas les cadres dignes de confiance en la matière qui manquent à la sous-région ouest-africaine. A titre d’exemple, l’ancien président Ghanéen, Jerry John Rawlings, de plus en plus engagé dans les causes africaines pourrait servir cette cause arbitrale. Ainsi, toutes les garanties de transparence établies, le gagnant de ce 3ème round inédit, auquel devront accepter de se soumettre Gbagbo et Ouattara, ne devrait souffrir d’aucune contestation. Bien entendu, avec les regards doubles des observateurs internationaux et nationaux qui vont avoir à se déployer à nouveau, mais aussi, le peuple ivoirien fatigué des crises à n’en pont finir, qui hypothèquent son avenir. Félix D.BONY






PAROLE DU SEIGNEUR CONCERNANT:




« France : : Tu es appauvrie, mais n'avais-je pas dit que tu serais frappée par le chômage?


« Russie : : N'avais-je pas dit que le Sphinx renaitrait de ses cendres?


« Amérique : Et toi? Qui te prends pour la plus grande, je te ramènerai au niveau du cœur de tes Pères, de ceux-là qui osèrent tout quitter et tout braver pour trouver une terre d’asile en toi et dresser des autels à ma gloire!


« Grande Bretagne : Tu penses ta royauté éternelle? Pourtant, j'ai secoué, pressé et sassé les bases de ton trône, mais tu n'es pas revenue, laissant mourir les valeurs de ma Parole pour les valeurs de ton trône.

Tu pleureras encore, jusqu'à ce que tu reviennes à moi, et j’épancherais tes larmes et calmerais ta souffrance.



« Chine : Ton « règne » vient et tu te réfugies derrière le dragon « éternel » Pourtant, je te ferais savoir que c'est moi qui détient la victoire éternelle, et que ton « flamboyant » sera détruit par son propre feu!

Je vais assécher tes rizières! Je détruirais tes chars, et tes yeux alors te porteront à regarder au dessus de toi, celui qui, à tes yeux, n'a pas plus de « valeur marchande » qu'un esclave, mais dont le nom retentit encore en ce jour; Il est Mon Oint, dit le Seigneur Dieu éternel.



PAROLE DU SEIGNEUR CONCERNANT LA SOMALIE :


J'ai reçu cette pensée concernant la Somalie dans la nuit de Mercredi 5 à Jeudi 6/1/2011; j'en ai été grandement surprise car, me semblait-il, il y avait une incohérence entre ce qu'il me semblait être parole prophétique et parole humaine. A mes yeux, la Corne d'Or n'était pas située en Afrique, encore moins vers la Somalie; il me semblait que cela était plutôt du côté Turc. Mais comme je ne suis pas très experte en géographie, je me suis mise à « douter » du concret de la pensée reçue.

Au matin, pourtant, cette pensée était toujours aussi présente, aussi je regardais une carte géographie sur Internet, et là, j'eus une surprise : celle de voir la « Corne » de la Somalie auréolée de dorure et je pensais : voilà ma Corne d'or. Ma Corne en or!


Je compris aussi que cette dorure n'était que dorure justement, comme de la fausse richesse, ce qui me fit bien comprendre ce que j'avais reçu comme pensée :


«  Somalie – RAZZIA – puis zone côtière, zone territoriale, zone des eaux internationales.

Je vis un gros bateau armé de couleur gris bleu, tirer sur les pirates et sans tenir compte des eaux dans lesquelles ils rapinaient, at cela avec la « bénédiction » de plusieurs, espérant, par cette action guerrière, mettre fin à cette piraterie « moderne »


(Arabe, rhaziat, expédition guerrière des musulmans contre les infidèles. )


Que celui qui a des oreilles entendent les paroles du Seigneur et les mettent en application.


Shalom.


Apocalypse 2/17 - Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises : A celui qui vaincra je donnerai de la manne cachée, et je lui donnerai un caillou blanc ; et sur ce caillou est écrit un nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n’est celui qui le reçoit.


Jean 15/20 - Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre.

title

Click to add text, images, and other content

title

Click to add text, images, and other content

title

Click to add text, images, and other content