Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

title

L'HUMILITE, CLE DE LA REVELATION.


De Art Katz

écrit le 11 Novembre 2003.

transmis le 10 Septembre 2011 par Naomie.


Shalom à vous tous qui prendrez le temps de réfléchir sur ces quelques lignes écrites en 2003 et qui, en elles, portent le fruit de la sagesse dont nous manquons tous.


Souvent, on me demande si je sais ceci, si je peux traduire cela, mais je ne peux que répondre à l'interlocuteur curieux : Je n'ai pas la révélation, donc je ne peux pas dire.

LA REVELATION QUI PROVIENT DE L'ESPRIT SAINT !


QUELLE EST LA CLE DE LA REVELATION ? ET POURQUOI CERTAIN LA POSSEDE ET D'AUTRES PAS ?


AVONS-NOUS LES REPONSES A CHACUNE DE NOS QUESTIONS ?


JE NE LE PENSE PAS, MAIS IL APPARTIENT A NOTRE SEIGNEUR DE REVELER LES PLANS DIVINS A CEUX, A CELLES QUI ONT ETE MIS A PART, DES LE VENTRE DE LEUR MERE, AFIN D'ETRE RECOUVERT DU MANTEAU DE LA DELIVRANCE ET D'APPORTER LES ORACLES DE DIEU, LA PAROLE DE DIEU ETANT QUALIFIEE D'ORACLE.


Savez-vous le sort réservé à ceux qui s'empare de ce qui ne leur est pas réservé, et comment le danger les guette ?


LA MORT !

RIEN D'AUTRE ! PAS MOYEN DE FAIRE APPEL !

LA SENTENCE EST PRONONCEE !

Toutefois, celui qui réalise sa fonction « meurtrière » (le mensonge est une des cause du non salut de l'humain) peut a genoux devant le Trône implorer la pitié de Dieu, miséricordieux et juste !


Puis si tu obtiens ton pardon, il te sera alors dit : vas et ne pêche plus ! - Jean 8/11.


La parole ici écrite est traduite de l'anglais par Francis et Hélène Depuech – U.S.A.

Le titre est : MEEKNESS – THE KEY TO REVELATION.

 


La clé de la vision apostolique ou prophétique et la réception de la révélation des mystères de Dieu se trouvent en Ephésiens 3/8 - « a moi, qui suis le moindre de tous les saints, cette grâce a été accordée d'annoncer aux païens les richesses incompréhensibles de Christ (Paul est l'auteur de cet écrit)

Paul a un « statut » particulier au sein des apôtres qu'il ne côtoiera que très peu, et il ne faut pas oublié, lui même ne l'oubliant pas, qu'il a été persécuteur de l'Eglise, permettant la mise a mort de nombreux « chrétiens » fidèles à Yéshua.

Pourtant, le Seigneur lui apparaît, il est oint (onction par l'imposition des mains) d'un homme qui devrait lui en vouloir de ses agissements meurtriers ; mais la volonté du Seigneur est autre : tu trouveras un homme, impose-lui les mains... il retrouvera la vision (à ce jour il ne l'a pas encore) – Actes 9/18.

Paul est romain, issu de ceux qui ont eu accès au savoir des érudits (Gamaliel) - Actes 22/3 - je suis Juif, né à Tarse en Cilicie; mais j’ai été élevé dans cette ville-ci, et instruit aux pieds de Gamaliel dans la connaissance exacte de la loi de nos pères, étant plein de zèle pour Dieu, comme vous l’êtes tous aujourd’hui.

Mais nous connaissons ce qui est advenu de son savoir et de sa superbe : je suis romain... est-ce là son bagage ? Il le pense, tout comme bien d'entre nous pensons que notre statut social nous préserve et nous garde de tout ambages.

Mais son sort est scellé en Christ et malgré les circonvolutions de sa vie, qu'il pense juste et droite, le Seigneur l'arrête sur la route de Damas et se révèle alors à lui - Actes 9/5 - Il répondit: Qui es-tu, Seigneur? Et le Seigneur dit: Je suis Jésus que tu persécutes. Il te serait dur de regimber contre les aiguillons.

Nous connaissons la suite, et comment Paul devient cet homme soumis à Dieu, revêtu de l'Esprit saint, et comprenant alors sa valeur véritable appuyée sur sa mesure charnelle : il est zéro.

C'est sa vraie dimension hors Christ, c'est la dimension véritable de celui, de celle qui s'appuie sur le Seigneur qui nous dit : sans moi vous ne pouvez rien faire, hormis moi il n'est pas de Dieu.

Au moins, voilà les pendules remises à l'heure, et si tu espère valoir quelque chose ici bas, tu te leurres toi-même, te traçant un chemin qui t'éloigne de la vision divine.

Jean 15/5 - Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire.

Esaïe 45/6 - C’est afin que l’on sache, du soleil levant au soleil couchant, Que hors moi il n’y a point de Dieu: Je suis l’Eternel, et il n’y en a point d’autre.


L'HUMILITE AUTHENTIQUE :


Colossiens 2/18 - Qu’aucun homme, sous une apparence d’humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son gré le prix de la course, tandis qu’il s’abandonne à ses visions et qu’il est enflé d’un vain orgueil par ses pensées charnelles,

Colossiens 2/23 - Ils ont, à la vérité, une apparence de sagesse, en ce qu’ils indiquent un culte volontaire, de l’humilité, et le mépris du corps, mais ils sont sans aucun mérite et contribuent à la satisfaction de la chair.

J'ai pris pour exemple deux versets de la Parole de Dieu ; mais il en est bien d'autres qui servent de démonstrateurs à la fausse humilité qui est plus répandue parmi nous que la véritable humilité qui nous fera considérer notre frère, notre sœur au dessus de nous-même.

 

Philippiens 2/3 - Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes.

Humainement parlant : presque impossible ; avec Yéshua ce qui est impossible devient possible, étant lui-même revêtu d'entrailles de miséricorde et d'humilité. Sans moi, vous ne pouvez rien faire, pas même aimer celui, celle qui est de ma maison, qui est de ta maison !

En d'autres termes, la « vraie voyance » est accordée à des hommes comme Paul qui, bien sur, se voyait comme le moindre des saints. Paul n'est ni respectueux, ni correct lorsqu'il fait cette déclaration, comme le ferait un « orateur de chambre de commerce. Il connait la réalité de sa condition, et c'est ainsi qu'il se voit : non pas comme revêtu de clinquant, mais revêtu de l'humilité qui nous est donnée par le Saint Esprit afin de servir Dieu selon notre appel.


Paul fut au bénéfice de visions et de révélations telles que pour « gardez les pieds sur terre », Dieu lui « infligea » une écharde dans sa chair, afin que cette dernière ne prenne pas le dessus.

Combien d'hommes de Dieu, de femmes « élues » réceptionnaires de la vocation de prophète définie par le Seigneur Dieu lui-même, ont été, ou sont frappés dans leur chair ?

Ne dites-pas que c'est une punition, vous outrageriez alors celui, celle qui est dans la souffrance parce qu'il, qu'elle veut servir Dieu non plus dans les parvis, mais dans le Sanctuaire de Dieu !

J'ai moi aussi cette souffrance depuis de très longues années, mais est-ce que cela m'éloignera de la main de mon Seigneur ?
Paul demanda sa guérison, il ne la reçu pas, mais à la place, une merveilleuse assurance :
ma grâce te suffit !

2 Corinthiens 12/9 - ... et il m’a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi.


As-tu la grâce de Dieu dans ta vie ?


Cessons de nous comporter comme de vulgaires faiseurs d'histoires, et sachons reconnaître lorsque la main de Dieu est à l’œuvre, cela nous évitera des retombées sévères. Le malade n'est pas obligatoirement pécheur, sinon, à l'image de Paul, que tout infirmes, malades, pauvres soient perçus comme des pécheurs châtiés pour leurs péchés.

Si tous nous devions être ainsi châtiés, il n'y aurait plus assez d'espace dans nos assemblées pour contenir les fauteuils roulants. Nous péchons continuellement, malgré cet ordre : vas et ne pêche plus !

Dans l'humilité provenant de celle qui peut nous rendre semblable à Christ, il ne faut pas oublier son caractère apostolique, la modestie profonde et authentique qui nous pousse à être semblable à Christ homme, Christ Apôtre, Christ Prophète.

Si l'homme est ainsi, il devient à l'image de Paul qui dira : ce n'est plus moi qui vit, mais c'est Christ qui est vivant en moi.

Galates 2/20 - J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi.

L'homme ainsi fait à plus que la connaissance de Dieu en lui, il a la révélation de Dieu, c'est sa vie, son caractère, c'est sa connaissance de Dieu, c'est ce qu'il communique comme quelqu'un qui vient de la présence même de Dieu.

Cette affirmation « le moindre des saints » était la conscience véritable, accablante et sincère de la façon dont, sans affectation, et continuellement, il se voyait devant Dieu.


COMMENT TE VOIS-TU DEVANT DIEU ?

 


Plus nous nous approchons de Dieu, plus nous nous voyons moindre : Jean 3/30 - Il faut qu‘il croisse, et que je diminue.

N'est-ce pas ironie ? Plus nous avançons dans la connaissance de Dieu, plus nous nous voyons tels que nous sommes, sans illusion aucune sur notre propre valeur. Plus nous nous voyons insignifiants, et si tel n'est pas le cas, il faut se poser la questions du pourquoi et du comment ! Nous sommes encore dans la chair et ne sommes pas morts à nous-même.

Plutôt que de nous élever par notre connaissance de Dieu, plus nous voyons la profondeur de notre abaissement et notre état pitoyable. C'est une contradiction, un paradoxe, mais c'est ce paradoxe qui se trouve dans la foi.

On n'apprend pas la modestie, ni l'humilité authentiques, ce ne sont pas des choses que nous apprenons, que nous pouvons imiter ou recevoir en instruction scolaire.

C'est le dividende de Dieu qui provient de la mesure de notre relation réelle et véritable avec lui.

C'est la révélation de Dieu tel qu'il est et de ses profondeurs indicibles, qui conduit l'homme à une telle conscience de lui-même. La révélation de ce que nous sommes est reliée à la révélation de qui il est. Ainsi, les deux choses vont nécessairement et toujours ensemble.

Alors je (Esaïe) dis : malheur à moi ! Je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j'habite au milieu d'un peuple dont les lèvres sont impures (mensongères), et mes yeux ont vu le Roi, l'Eternel des armées – Esaïe 6/5 -

Le fondement de l'Eglise est la révélation de Dieu tel qu'il est ; c'est le fondement, la base sur laquelle repose non pas ce que nous pensons de lui, en particulier si nous avons choisi de célébrer l'un des attributs de Dieu et d'en ignorer un autre. La clé de la connaissance est la connaissance de dieu tel qu'il est, à la foi dans ses jugements et dans sa miséricorde, et les hommes de fondement de l'Eglise sont ceux qui communiquent Dieu dans cette connaissance. Paul avait cette connaissance parce qu'il se voyait lui-même comme un avorton, le « moindre des saints » et s'il se voyait ainsi, c'est parce qu'il avait la connaissance qui provient de Dieu.


AS-TU CETTE CONNAISSANCE ?

Le Seigneur Yéshua lui-même était absolu ; il utilisait le langage d'une façon si ardente et sans compromis, il renversa la table des changeurs d'argent !

Etait-il humble quand il était violent et offensif ? Cet acte à mis en marche les choses qui ont finalement conduit à sa mort. Comment réconcilions-nous l'acte de violence que Yéshua a accompli et la douceur de Dieu ?

Lorsque nous pensons à la douceur, nous pensons à une attitude comme celle d'un agneau, tranquille et soumise.

Ce fut un acte agressif et cependant nous nous disons qu'en même temps, il était doux. La douceur n'est pas un fait d'attitude, c'est l'abandon à la volonté divine , à plus forte raison dans un acte ou une parole qui pourrait donner une impression contraire et laisserait le serviteur obéissant passible d'accusation d'être violent, en colère, trop zélé.

Que n'ai-je entendu par rapport au verbe employé lors de prises d'autorité selon la volonté du Seigneur : trop sévère, manque de douceur, etc... mais ce que je sais, je le sais. Le Seigneur de me dire, il y a environ 20 ans : pas de compromission ! Si le Seigneur n'en fit point, pourquoi devrais-je moi en faire ?

Si notre Dieu désireux d'accomplir un acte « violent » trouvait devant notre volonté contraire, ne ferions pas alors passer notre point de vue au dessus de lui ?


AS-TU CETTE VIOLENCE EN TOI ?


Matthieu 11/12 - Depuis le temps de Jean-Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s’en emparent.


UN PROPHETE N'EST PAS DESTINE A « RENTRER DANS LE RANG » !


Un prophète de Dieu est « hors normes », il n'y a pas de normalité pour lui, pour elle. Peu lui importe la vision du monde, quand bien même elle viendrait à contredire sa vision qui lui est donnée par l'Esprit de dieu.

Un prophète dira : à qui dois-je obéir ? Moi je dis il est préférable pour ma vie d'obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes, si je devais encore plaire aux humains, Seigneur, j'aurai perdu mon temps, et ma vision serait émoussée.


Un vrai prophète ne vas pas se laisser adoucir, ni retenir. Il ne peut être acheté, séduit ou « rentrer dans le rang »

Il fuit les distinctions et les honneurs de tous genres que les hommes accordent aux hommes. Il doit le faire, sinon, un compromis de ce qu'il (elle) est en Dieu s'établira.

Son caractère est scrupuleux, et n'utilisera jamais sa position pour obtenir un avantage personnel.

Il est normalement sans affectation, normal et avenant dans son apparence et son attitude, méprisant ce qui est affecté.

Sensationnel ou encore trouvé bizarre, il ne portera pas nécessairement un vêtement en poil de chameau, mais il sera vêtu sobrement. Il n'attirera pas l'attention sur lui-même par son apparence extérieurs.

Il est « la chose » en lui-même, dans la profondeur, dans l'essence même de son être, à cause de sa communion avec Dieu et de son histoire en Dieu.

Le « faux » manquera toujours de douceur, mais c'est le signe, imperceptible, d'un prophète authentique, et aussi la quintessence du caractère de Dieu.


Etre ainsi ne revient pas à courber son échine devant le premier quidam qui passe, au nom d'une religion délirante qui confond la douceur à du papier cadeau, la promptitude et le zèle à une hyperactivité déjantante, la vérité à de l'insolence, et la vérité à du fanatisme.

Etre ainsi devant Yéshua revient à dire l'acceptation du passage au feu, à la solitude qui parfois peut exacerber la vie quotidienne, et le rejet de tous, tel qu'il en fut pour notre Seigneur Yéshua.


Soyez bénis de la bénédiction qui est décrite dans le livre du Deutéronome, en Christ Yéshua, par une effusion puissante de l'Esprit Saint, selon qu'il est écrit :

3 Jean 1/2 - Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme


SHALOM.