Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

LE VEAU D’OR.



Soyez saints, car Je suis saint, Moi, le Seigneur votre Dieu
 
(Lévitique 19/2)





 


 

 Par Naomie, 2009.

 

Cette parole est adressée à Moïse par le Seigneur Lui-même, et elle n’est pas pour quelques-uns uns que l’on dirait « élus », mais cette parole est donnée pour l’Assemblée tout entière.
Ce n’est pas une demande, c’est un ordre donné par le Dieu tout-Puissant qui nous veut ses imitateurs.
Soyez saints, parce que Moi (Dieu) Je suis saint.


C’est aussi ce que nous devrions être, nous devrions être saints, sanctifiés parce que c’est notre seul espoir de « voir » Dieu.

Hébreux 12/14 -  Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur.

Sans la sanctification, nul ne verra Dieu !

Vous ne prenez pas cette parole au sérieux ?  Alors vous manquez de sagesse. Je vous incite à la réclamer selon ce que nous enseigne la Parole divine.  

Jacques 1/5 -  Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée.

Colossiens 2/23 - Ils ont, à la vérité, une apparence de sagesse, en ce qu’ils indiquent un culte volontaire, de l’humilité, et le mépris du corps, mais ils sont sans aucun mérite et contribuent à la satisfaction de la chair.


Une de mes belle-sœur, catholique « mariale » a pour habitude de se « décharger » en  proclamant qu’avec son « dieu », on peut s’arranger. Un chanteur proclame qu’il vendrait bien son âme au diable pour garder sa liberté de penser, et un autre que nous irons tous au paradis.
Quel dieu est-ce là ?
Rien d’autre que le dieu de ce siècle présent, qui est l’esprit du monde, l’esprit de notre adversaire éternel, Satan!

Fréquemment, nous rejetons tout sur le dos de Satan parce qu’il est plus facile de penser que cela vient de lui plutôt que d’accepter que nous soyons responsables de nos actes, de nos paroles, de nos pensées.

Nous avons oublié que nous avons été crée de chair et de sang, et que l’intelligence dont nous sommes dotés devrait nous permettre  une approche claire de ce que nous sommes. Des êtres intelligents, doués de raisonnements. Ce qui nous permet de faire le bien et le mal, de savoir la différence entre les deux.
Les animaux ont un instinct, nous avons une intelligence et il nous est recommandé de la renouveler.

Romains 12/2  Ne vous conformez pas au monde présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu: ce qui est bon, agréable et parfait.

Israël est délivré de son esclavage, après tant et tant d’années de servitude chez Egypte.
Ils ont crié à Dieu et enfin, à ce qui semblerait une période de pénibilité injuste de la part du Créateur, il se sert d’un homme, Moïse, qu’il délivre aussi d’une autre servitude égyptienne après quarante années passées dans la maison de pharaon.
Sa servitude lui vient de ce qu’il est instruit dans les lois et dans les rites égyptiens, rites qui le conduisent à adorer des dieux alors qu’il ne sait pas qu’il est « élu », choisit par le seul et unique Dieu.
Il est prince d’Egypte, mais il doit ne plus l’être, et comme il ne peut pas comprendre les bouleversements qui s'abattent sur sa vie,  le Seigneur agit envers lui comme bien souvent Il agit envers nous.
Il nous pousse vers « la sortie ».

Donc, les voici partant droit devant eux, sans trop savoir ce qui les attends. Ce qu’ils savent, c’est le mot liberté, mais ils ne connaissent pas sa signification. Ils devront l’apprendre au prix des larmes et du sang. La leçon sera rude, mais c’est la seule solution pour en faire un peuple qui se laissera guider pendant des années passées au creuset du désert.

Le plan de Dieu est parfait pour eux, comme pour nous d’ailleurs, et rien ne nous permet d’en douter. Toutefois,  ils ne connaissaient pas Dieu, ils ne connaissaient que des dieux, des idoles diverses représentatives des cultes idolâtres des égyptiens.

Nous sommes identiques tant que nous n’avons pas fait une approche personnelle d’avec Dieu, et nous sommes des adorateurs d’idoles. Il suffit de regarder tous les lieux de culte érigés à nos statues avec des autels croulants sous le poids de nos adorations détournées de Celui-là qui devrait en être le seul bénéficiaire.

Aussi c’est avec appréhension qu’ils voient Moïse, leur guide ici bas, celui qu’ils voient avec leurs yeux, partir sur la montagne à l’appel de Dieu.
Ils campent et commencent l’attente qui deviendra fastidieuse parce que longue (40 jours et 40 nuits). Parmi eux, des juifs, des non-juifs, des mercenaires de toutes sortes.Une assemblée pas très homogène, dont il faut tenir compte. Alors plus le temps passe, tarde le retour de Moïse et la peur s’installe.
Va se produire  l’inconcevable : ils vont revenir à leurs idoles qu’ils avaient reniées par serment.

Pourtant, sur les berges du pays nouveau, séparés de pharaon, ils ont chanté des chants à la gloire d’un Dieu encore inconnu d’eux, Moïse à la gloire du Seigneur (Exode 15). Chantez à la gloire de l'Eternel, Il s'est hautement élevé,  il a précipité dans la mer le cheval et celui qui le montait (15/21)

Ils ont connu la manne (Exode 16), puis l’eau de Mara (Exode 17) (épreuves et querelles) ou ils mirent le Seigneur à l’épreuve en disant : Le Seigneur est-Il au milieu de nous, oui ou non ?

Ils ont été rebelles et ont conduit Moïse a péché contre l’Eternel par colère et fatigue devant leur harcèlement continuel et éprouvant.

Ils se servent de l’or donné par leurs bourreaux au jour du départ, se souvenir de ces idoles païennes qu’ils adoraient, et vont avoir l’audace extrême de demander à Aaron de les aider à fabriquer l’objet de leur désir, la concrétisation de leur convoitise pécheresse. Un veau ! Un dieu ! leur dieu ! Et ils offriront des sacrifices à cette abomination.

Que sacrifions-nous à nos idoles, à nos « veaux d’or ? »

Ceci n’est pas le procès d’Israël, d’aucune façon et que celui qui pourrait le penser sache déjà qu’il à tord.
Non ! Ceci est simplement un accent mis sur un texte dont nous ne parlons jamais parce qu’il passe inaperçu, parce qu'il est dérangeant de se voir ainsi mis à nus et poussés dans ses retranchements.  Pourtant, il a son importance, comme chacune des paroles du livre saint.
 
Dans le Deutéronome, il est précisé : C’est Moi le Seigneur ton Dieu, qui t’ai  fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude. Tu n’auras pas d’autres dieux face à Moi. Tu ne feras pas d’idole, rien qui ait la forme de ce qui se trouve au ciel là-haut, sur terre ici-bas ou dans les eaux sous la terre (5/6 à 8).

Déjà en Horeb, ils ont irrité Dieu qui voulu les exterminer tous (Deut.9). Moïse a intercédé pour eux afin d’obtenir grâce.
Puis l’idole, fruit de leur rébellion fut  brûlée, mis en morceaux, écrasé tout fin, réduit en poussière, et j’en (Moïse) ai jeté la poussière dans le torrent qui descend de la montagne. Vous avez bu de cette eau (v/21).

Dans la bible Martin version 1885, chapitre d’Exode 32/20, il est précisé : il (Moïse) en fit boire aux enfants d’Israël.

C’est sur cette partie du texte que le Seigneur m’a interpellée, en me montrant ceci :
Dans le monde spirituel, il est des traces indélébiles, et ce qui a été demeure.
C’est la loi du domaine spirituel et pour pratiquer une délivrance véritable, hormis la volonté du pécheur, il faut aller jusqu’aux racines du mal.

Donc, c'est en procédant ainsi, sur la « stimulation spirituelle » de l’Eternel Dieu, que Moïse a posé les fondements d’une malédiction sur le peuple d’Israël.
Lorsque Pilate se décharge de Yéshua face au Sanhédrin, devant la foule hystérique et hurlante, la déclaration faite par cette même foule : Que son sang (retombe) sur nous et sur nos enfants! ( Matthieu 27:25) marque le début d’une tragédie non effacée à ce jour.

Le symbolisme de se laver les mains (je ne suis pas coupable, je n'ai pas bu de l'eau dans laquelle demeure la condamnation, son sang ne retombera pas sur moi, je ne suis pas hébreux) indique clairement la dissociation spirituelle de ceux qui réclament la mort Du Juste de Dieu et de celui qui va la permettre. Dès cet instant, tout est accomplit, et Christ, le VERBE DE DIEU, connait très bien l'ampleur spirituelle du geste fait par Pilate. Il SAIT!...

Le fait de faire boire le peuple tout entier l’a rendu participant au péché d’idolâtrie, ceci pour le rendre conscient qu’ainsi il est devenu impur.
Son péché l’a rendu impur.

Ce péché était si grand au regard de l’Eternel qui fallut le bras des enfants de Lévi armés de leurs épées, pour que celui-ci enfin soit "lavé". Grande fut la plaie, grand fut le châtiment ordonné par Dieu : 3000 hommes tombèrent, frère, ami, voisin.

Le prix demandé fut une effusion de sang.

C’est ce qui permis aux enfants d’Israël de ne pas périr ce jour-là, sous le regard de ce Dieu qu’ils allaient commencer à connaître et à craindre.

Sans cette action, le péché imputé au peuple l’aurait détruit, mais l’effusion du sang leur permis de vivre.

Toujours dans le livre d’Exode, verset 29 du chapitre 32, il y a ce commandement de Dieu transmis par Moïse : consacrez-vous aujourd’hui à l’Eternel, même en sacrifiant votre fils, votre frère, afin qu’Il vous accorde aujourd’hui une bénédiction.
Quelques heures avant, la parole prononcée est celle-ci : que chacun tue son frère, son parent (L.Segond).


Comment « pensez-vous » Dieu ?

Ne le « pensez-pas » à votre image, nous sommes « périssables » (mortels), fait de chair et de sang, poussière retournant à la poussière.
Notre Dieu exerce Sa vengeance ! Et celle-ci est terrible parce qu’elle est mortelle.

Dans le camp, il y a séparation entre ceux qui tuent et ceux qui vont mourir. Terrible comme constatation n’est ce pas ?
Séparation entre ceux qui obéissent et ceux qui désobéissent.
Séparation entre le vil et le précieux, entre l’impur et le pur, entre le saint et le païen.

Dans Apocalypse 1/16, la description de Dieu est grande et terrible en même temps.
De Sa bouche sort une Epée à double tranchant ; ce qui permet à Dieu le Puissant de trancher ainsi comme il a été fait ci-dessus.
Cette épée est aussi cette parole vivante et efficace qui sépare et qui juge les sentiments et les pensées du cœur (Hébreux 4/12).
Ce peuple a le cœur partagé, et des pensées impures.

Rien de nouveau sous le soleil dit l’Ecclésiaste et Yéshua proclame :  Luc 3/7 -  Race de vipères, qui vous a  appris à fuir la colère à venir?
Dans leur culpabilité, le péché pouvait devenir malédiction; cela était en effet la résultante de ce défi porté à Dieu. Ils ont bu l’eau de la désobéissance, l’eau polluée par la poussière de leur péché. Ou est-il dit qu’ils se repentirent de cet acte ? Il n’est pas question d’une repentance exigée  dans le texte, mais d’une correction mémorable éternellement.
Les descendants  de ceux-là qui osèrent défier Dieu l’Eternel sont impliqués dans cette désobéissance ; ils devront un jour en demander pardon.
Ils sont porteurs des conséquences de l’acte par la loi, ils en seront délivrés par les conséquences de leur acceptation de la grâce par Yeshua le Fils bien-aimé de Dieu dont ils ont crié à l’unanimité : « crucifie » et « que son sang retombe sur nous ».


(Qu’en ceci, Israël sache que je ne suis pas juge, étant fille d’Israël, j’ai demandé pardon au Seigneur pour vous mes ancêtres).

Cela ne vous rappelle pas une autre effusion de sang, sans laquelle il n’est pas de salut ?
Sans laquelle la condamnation est éternelle ? Heureusement , dans l’amour divin, il a été pourvu pour chacun d’entre nous, juifs ou gentils, afin que personne ne se prive de cette accès au salut. Il ne sera fait acception de personne dit le Seigneur, pour tous ceux qui croiront à cette œuvre de la croix. Mort et vie tout en même temps.

Hébreux 9/22 -  Selon la loi, presque tout est purifié avec du sang; et sans effusion de sang, il n'y a pas de pardon.

Lorsque Dieu nous parle, il est vital pour nous d’être attentifs à Sa voix, à Sa parole.
La bible est l’écho de la parole véritable prononcée par Yéshua :

Romains 1/21 -  Ils sont donc inexcusables, puisque, ayant connu Dieu, ils ne l'ont pas glorifié comme Dieu et ne lui ont pas rendu grâces; mais ils se sont égarés dans de vains raisonnements, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres.

1 Jean 5/20 - Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu'il nous a donné l'intelligence pour connaître (celui qui est) le Véritable; et nous sommes dans le Véritable, en son Fils Jésus-Christ. C'est lui le Dieu véritable et la vie éternelle.

Ephésiens 4/23 - être renouvelés par l'Esprit dans votre intelligence,

Ephésiens  5/17 - C'est pourquoi ne soyez pas sans intelligence, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur
.

Soyez saints ! Tel est l’ordre qui nous est donné. Un soldat ne discute pas l’ordre d’un supérieur, nous ne devons pas non plus discuter la parole écrire, parce que le Verbe porte un nom et c’est celui de Yéshua.

Aujourd’hui, nous avons la possibilité d’échapper au courroux de l’Eternel Dieu par le sacrifice de Yéshua qui sur la croix est venu affronter Satan dans son défi lancé à Dieu.
Nous avons, quand bien-même nous aurions chuté dans notre marche spirituelle, accès au pardon si nous sommes assez humble pour demander pardon.


Soyez saints, soyez mes imitateurs, parce que ceux de ma maison ne peuvent pas ne pas l’être. Si tu es saint, alors approche-toi et me sers dans le service que tu me dois.

Il y a des temps qu'il nous faut prendre très sérieusement, et pour les méditer, cesser toutes choses, ne pas remettre au lendemain parce que demain peut déjà être trop tard.

Peuples des Nations, et toi peuple de Dieu,  hostiles et raides de cous, incapables de comprendre la portée des actes de négation et de rébellion portés au déficit de vos vies, sachez ceci :

Dans le livre de l'Apocalypse (révélations de Dieu pour les hommes de tous les temps) 22 à partir du verset 10:

"Ne cachette pas (ne scelle pas) les paroles de la prophétie de ce livre, parce que le temps est proche. Que celui qui est injuste soit injuste encore; et que celui qui est souillé se souille encore; et que celui qui est juste, soit plus juste encore; et que celui qui est saint soit sanctifié encore.

Or voici, je viens bientôt; et ma récompense est avec moi, pour rendre à chacun selon son oeuvre.

Je suis l'Alpha et l'Oméga, le Premier et le Dernier, le commencement et la fin.

Bienheureux  sont ceux qui font ses commandements (ceux de Dieu), afin qu'ils aient droit à l'arbre de vie, et qu'ils entrent par les portes de la Cité (de Dieu, la nouvelle Jérusalem).

Mais les chiens (ceux qui manifestent leur volonté de demeurer tels quels, adorateurs du dieu de ce monde), les empoisonneurs, les fornicateurs, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et commet fausseté, seront laissés dehors.

 

 

Shalom.