Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

LETTRE POUR MONSIEUR LAURENT GBAGBO

 Par Naomie, le 2 Février 2012.

                               

                    Malachie 3/8  Un homme trompe-t-il Dieu?



Shalom à vous tous qui lirez cette "lettre" que j'adresse à Monsieur L. Gnagbo.

Il y a bien des jours, j'ai reçu sur ma boite e-mail une évocation : celle de contacter par écrit "le prisonnier de Dieu" ce que je n'envisageais pas avant cela.

Le temps est passé, puis depuis plus d'une semaine, jour après jour, mes yeux se porte sur cette injonction : écris à L. Gbagbo.

C'est donc ce que je fais aujourd'hui; non pas un courrier de ma volonté, mais un courrier de la volonté divine. Ce courrier est sobre, mais n'est-il pas dit : si tu dis un mot... pas cinquante, pas dix, pas cinq; mais un seul mot et vient la guérison. C'est de cela qu'à besoin cet homme; il n'a pas besoin d'autre chose que de savoir que le Seigneur ne l'a pas oublié, et que ce n'est pas de la part des hommes qu'il est ainsi prisonnier, mais que Dieu a permis cela afin que L.Gbagbo le trouve enfin.

Soyez bénis vous tous, de la bénédiction qui provient du ciel dont la porte s'est ouverte un jour alors qu'à Golgotha des yeux se fermaient et que le salut pouvait être enfin acquis par les hommes de bonne volonté.

Shalom. Naomie

          
        En recevant votre adresse, j'étais loin de penser que je serai amenée à vous écrire autrement que par le passé ; vous ayant déjà contacté à maintes reprises et ce dès 2005.

A Cette époque, je vous avais signifié ce qui en serait de votre sort et de celui de la côte d'Ivoire si vous persistiez à ne pas vous soumettre à la loi de Dieu, non pas celle des hommes, alors que vous aviez proclamé être de sa maison.
Avez-vous un seul instant oublié que l'on ne se moque pas du Seigneur Dieu Eternel selon ce qui est écrit ?
Galates 6/7 - Ne vous y trompez pas: on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi.

Chacune des paroles prononcées a trouvé son accomplissement, et aujourd'hui, qu'en est-il ?
La Côte d'Ivoire est en souffrance, nul ne peut dire le contraire, à part les menteurs.
Vous êtes en souffrance, nul ne peut dire le contraire, à part les méchants.
Mais moi je ne cherche pas à vous satisfaire par des paroles mielleuses;  simplement vous rappeler ce qui en a été et ce qui sera.

Dieu, que vous avez méprisé, au risque de subir votre sort présent, est toujours le même Dieu d'amour, et sachez qu'il fait toujours grâce à celui qui crie vers lui.
Ce que je veux vous dire aussi, avec affirmation, c'est qu'un jour devant lui est égal à son temps et que rien ni personne ne saura se mettre au travers de sa seule volonté.
Un jour, vous connaîtrez sa vérité, et vous pourrez dire tout comme Job :

j'avais entendu parler du Seigneur, mais maintenant je le connais personnellement. - Job 42/5.

Je ne veux pas rajouter à votre peine, ce serait inutile et méchant, je veux simplement à ce jour vous dire que notre Seigneur à un plan pour la Côte d'Ivoire, et que celui qui sera présent sur le devant de la scène est l'égal du « Bon Samaritain » biblique qui pris soin de celui qui se mourrait.
Il en sera ainsi pour votre Nation, et aussi pour vous ! Vous sortirez de ce lieu, sur la demande de cette personne qui se recommandera du Seigneur Dieu.
(Attention, ne pas confondre de la magnanimité et de la miséricorde avec la faiblesse; il sera meilleur pour vous un siège à la droite du Seigneur qu'un trône ici-bas)

Jamais je ne vous ai dis autrement que la seule vérité qui sortit du cœur de Dieu, tout comme il en a été de même pour le Chef de la Libye, auquel le Seigneur disait, après sa visite en territoire de France, que s'en était fini de lui ; également comme le Seigneur m'avait montré que l'Afrique se doterai « d'un roi couronné comme empereur » et que cet homme était bien le colonel Kadhafy.

Monsieur, si je vous nomme « président, c'est que vous avez occupé ce poste et qu'en France celui qui a été une fois Président garde son appellation quand bien même il ne l'est plus.
C'est par respect que je vous nomme ainsi, non par déférence ni obséquiosité; je ne me prosterne que devant mon seul Seigneur.

Que ces temps soient pour vous des temps appelés à la réflexion et que votre réflexion vous conduise sur la voie de la sagesse, il n'est jamais trop tard pour revenir d'où l'on a chuté.
J'en ai fais l'expérience pour ma propre vie.

Comme je l'ai souvent fait, je vais vous bénir, par le nom tout puissant qui est au dessus de tous les autres noms, du plus petit au plus grand.Ce nom est Yéshua.

Que le Seigneur déverse sur vous ses fraiches rosées afin que votre âme altérée ne le soit plus et que vous puissiez jouir des jours de votre vie comme un enfant de la maison du Seigneur, comme un de ses rachetés.
Nul ne peut servir deux maîtres à la fois, c'est ce que vous fîtes par le passé, qu'il n'en soit plus ainsi et que la vérité soit votre partage chaque jour.

J'espère que les nouvelles que vous pouvez recevoir de votre famille sont des nouvelles bonnes ; Dieu gardant chacun de ceux que le Père Eternel lui a confié jusqu'à l'accomplissement se toutes ses promesses.
Luc 19/10 -  Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu.

Jean 17/12 - Lorsque j’étais avec eux dans le monde, je les gardais en ton nom. J’ai gardé ceux que tu m’as donnés, et aucun d’eux ne s’est perdu, sinon le fils de perdition, afin que l’Ecriture fût accomplie.

Jean 18/9 -  Il dit cela, afin que s’accomplît la parole qu’il avait dite: Je n’ai perdu aucun de ceux que tu m’as donnés
.

Monsieur, tous nous paraîtrons devant le trône de la grâce, et sachez que ce qui a été sera pesé dans la balance divine. Les œuvres que nous accomplissons seront évaluées, et les mains que nous tendrons seront vides de toutes nos espérances. Vous comme moi !
Seule, la foi que nous aurons manifesté dans le Fils, qu'il faut « embrasser » avant qu'il ne se mette en colère, sera notre passeport pour la vie éternelle, et son rejet notre passeport pour la mort éternelle.
Mais cela vous le savez très bien, c'est en cela que vous avez été trouvé coupable devant le Seigneur, c'est d'avoir su, d'avoir connu les bontés de Dieu à votre égard et de faire comme si cela n'était pas.
1 Corinthiens 4/7 -  Car qui est-ce qui te distingue? Qu’as-tu que tu n’aies reçu? Et si tu l’as reçu, pourquoi te glorifies-tu, comme si tu ne l’avais pas reçu?
Apocalypse 3/3 -  Rappelle-toi donc comment tu as reçu et entendu, et garde, et repens-toi. Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur, et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi.


Monsieur le Président, je pourrais vous dire des paroles humaines, mais en cela je n'aurais pas l'approbation de Yéshua, aussi je veux simplement vous rappeler ce qui en était, ce qui en est, et ce qui sera ; le Seigneur Dieu de dire : JE SUIS CELUI QUI ETAIT QUI EST ET QUI SERA , parce qu'il est écrit ceci :
Ecclésiaste 3/15 - Ce qui est a déjà été, et ce qui sera a déjà été, et Dieu ramène ce qui est passé.

Je vous dis : shalom !

Que la paix du Très Haut qui surpasse toute chose soit votre partage et que votre vie soit mise en harmonie avec lui et sa parole.

                            NAOMIE,
                            Servante du Seigneur.