Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

Hébreux 11/37  - ils furent lapidés, sciés, torturés, ils moururent tués par l’épée, ils allèrent çà et là vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités,


Par Naomie, le 22 Septembre 2013.
Ce samedi 21, il n'était question de rien d'autre que le martyre, et pas n'importe quoi !
Pas n'importe quel martyre !
Pas n'importe quelle interprétation de ce mot qui a lui aussi était banalisé et galvaudé hors de sa texture in initiale.
Pour preuve ? Le martyre, dans sa définition au sein d'un dictionnaire de langue française, revêt sa tragique dimension, et cela ne s'applique qu'à la souffrance endurée par les chrétiens.
Oui, voici la seule définition d'un des dictionnaire « commun » du langage français :
Le martyre est la mort ou les tourments endurés pour la religion chrétienne. - Souffrances très intenses.


Nous avons tendance a appliquer ce mot à toutes sortes de maltraitance de la vie commune, et si nous voulons l'appliquer à la souffrance endurée par les chrétiens, nous pensons aux premiers chrétiens morts pour leur foi dans de grandes souffrances.

Il existe aussi une définition relative  au martyre qui va s'appliquer dans son sens « figuré » :
toutes sortes de peine d'esprit.

N'est-il pas surprenant de lire cette définition qui ramène cette souffrance dans son contexte réel : LA SOUFFRANCE DE L'ESPRIT SUIVIT DE CELLE DU CORPS.

La Bible n'emploie pas ce terme de martyres  parce qu'il est, semble-t-il « né » au Xième siècle, découlant d'un mot d'origine latine. La bible parle de souffrance, modulée par des adjectifs, mais il n'est question que de souffrances appliquées à ceux-la qui ne voulurent jamais renoncer à leur foi en Dieu, ayant reconnu pour Chef de l'Eglise sainte non pas un homme (un pape) mais Christ Yéshua, Rémunérateur de la vraie foi.

Je ne vais pas, ci-dessous, faire l'apologie de la foi,solide et indestructible parce qu'ancrée sur « le Rocher des Siècle » ce sera bien trop long, et je m'y perdrai surement à vouloir reprendre ce que plus ou moins nous connaissons de ces frères et sœurs qui jamais n'abjurèrent, jamais ne renièrent le Christ Rédempteur, Christ Yéshua Prince de la Paix (du shalom) venu en chair afin de faire connaître Dieu le père aux hommes et leur permettre d'accéder au salut de leur âme.
Ils se sont fait connaître simplement, sans jamais renoncer à cette promesse glorieuse faite par Dieu le Père vous connaitrez tels que vous avez été connu - 1 Corinthiens 13/12
-  Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, d’une manière obscure, mais alors nous verrons face à face ; aujourd’hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j’ai été connu.

Pourquoi ces frères, ces sœurs, ont accepté la souffrance suprême imprimée dans leur chair, dans leur âme comme à l'aide d'un fer rougit au feu qui leur transpercerait l'âme.
Pourquoi ce dédain de la vie, les yeux tournés vers Le Ressuscité qui nous a fait la promesse d'être le premier d'entre plusieurs ? Romains 8/29 - 
Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.

Quand la folie de l'homme devient incontrôlable et qu'elle s'exerce impunément, en toute liberté sur les 5 continents de notre planète terre ; Qu'aucun des dirigeants de cette même planète n'y peux rien changer, tout en  s'obstinant à dépenser les fortunes qui pourraient servir au bien de l'homme en  allant  voir si la planète Mars peut être squattée au cas où il manquerait de la place ici-bas ; Villes excuses lapidaires, gravées dans le marbre du mensonge.
Que pouvons-nous faire ? Que faut-il alors faire ?
Nous fermons les yeux sur bien des choses avec de fausses réflexions, des excuses de bas étages. Nous nous accaparons de cette parole issue tout droit de la Bible et la mettons à notre sauce afin de nous justifier. Jacques 5/20 …
  qu’il sache que celui qui ramènera un pécheur de la voie où il s’était égaré sauvera une âme de la mort et couvrira une multitude de péchés.
Qu'est-ce-donc qui sauvera une âme de la mort ?


Nous pensons voir pour mission ultime de ramener les âmes égarées vers le Seigneur, du moins c'est ce qu'il nous faudrait croire et faire, mais, voyez-vous, beaucoup trop d'entre nous qui se prétendent « sauvés » agissent pire que ceux que l'on prétend perdu à jamais. Voyez un peu, de manière objective, le comportement de grand nombre de ceux-là qui sont assis chaque semaine dans une église, un temple, une assemblée et faisons le tri ! Parce que cela s'impose ! Comment peut-on professer une foi en Christ Yéshua et vivre des débordement de la chair ? Il nous faut cesser, sous cause de mort spirituelle, de croire ces mensonges hypocrites dont nous sommes aspergés par les soit-disant détenteurs de la vérité.

Aujourd'hui la mort a pénétré l'église et l'Esprit saint à pris son envol (se tenant sur les parvis et non plus dans les murs) jusqu'au jour où le Maître Souverain viendra en force et puissance, entouré des anges et de ceux qui l'accompagnent, selon la parole écrite concernant la résurrection, et c'est alors que la vie pénétrera les lieux enténébrés, et que seront chassés ceux qui ne voudront pas changer - Matthieu 24/30  - Alors le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire.

Je suis effarée lorsque j'entends certaines « argumentations » concernant la Parole sainte et la pensée de Dieu sur ceux qui errent tels des zombis spirituels alors qu'ils ont connu la vérité du salut donné par Christ Yéshua dans le sang versé et par l'acceptation de la reconnaissance de l'état de péché dans lequel ils se trouvent.
J'en ai entendu crier qu'ils ne voulaient pas changer et que rien ne les feraient changer, alors qu'ils ont, un jour, renié Satan pour se donner à Christ. Mais il n'y avait nulle fermeté en eux
Matthieu 13/22 - Celui qui a reçu la semence parmi les épines, c’est celui qui entend la parole, mais en qui les soucis du siècle et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse - Luc 8/14 - Ce qui est tombé parmi les épines, ce sont ceux qui, ayant entendu la parole, s’en vont, et la laissent étouffer par les soucis, les richesses et les plaisirs de la vie, et ils ne portent point de fruit qui vienne à maturité.

En réalité, ces gens, ayant aperçu de belles grappes de raisins et ne pouvant pas les attraper avec aisance, se détournent et prétendent que les fruits sont verts, et qu'ils ne sont pas bons à être mangés. Nous assistons, là, à la réplique des juifs ayant quittés Egypte, espionnant les terres d'alentours, ne voyant que les « géants » (Anak) sans voir l'abondance que Dieu leur avait réservé, mis à part  Josué et Caleb qui entrèrent dans le pays promis, eux deux sur les douze envoyés en exploration – Nombres 13.

Vivre en Christ est un constant combat de tous les instants, parce que notre premier ennemi est la chair, la notre, puis ensuite celui qui s'appelle Satan.
Je frémis a l’intérieur de  moi-même lorsque j'entends me dire que je suis «  trop dure »  avec les pécheurs ! Non frères et sœurs, nous ne sommes jamais trop sévère avec le péché – il doit être piétiné, éradiquée à jamais de nos vies. C'est par ce que j'ai entendu puis vu que ma vie a été transformée.
Que sommes-nous devenus avec le temps qui passe tel le sable dans le sablier ? Ou se tient la ferveur, la fièvre et le zèle puissant qui allument les brasiers de la conversion réelle et embrasent le plus tiède d'entre nous tous ? Ou ? Nous sommes à l'image de cette église frileuse qui se pelotonne dans du duvet, se dorlote dans du chauffage, avec des tapis sous les pieds, mais qui ne sort plus à la rencontre des pécheurs – je ne dis pas malheureux parce que tous les malheureux ne sont pas pécheurs, il en est qui ont donné leur vie au Seigneur.
L'Eglise s'est transformée en assistante sociale mais non plus en évangéliste ni prédicatrice, tant elle craint   la souffrance ; C'est pourquoi  elle marche dans le sens du vent de ce monde et non plus dans le vent de l'Esprit saint.
Les martyres ne sont pas sur ses rangs, dans ses murs !

1 Pierre 4/8 -  Avant tout, ayez les uns pour les autres une ardente charité, car La charité couvre une multitude de péchés. Pareillement ici, il n'est pas question d'autre chose que de l'amour qui nous vient du cœur de Dieu envers le pécheur(que nous étions alors)  afin de l'amener à la repentance. Nous aussi pécheurs nous avons été aimé, mais nous avons été pardonné dès notre aveu de notre état de pécheur  et notre repentance, ce qui a  entraîné de la part du Seigneur cette action de pardon.
Nous vivons dans un monde qui a été trop loin dans ses débauches et sa luxure, dans son rejet de Christ Yéshua et son accueil à toutes les ouvertures spirituelles conduisant loin du salut éternel. Satan se délecte de cette situation.

A cause de notre silence, de notre lâcheté trop souvent étalée au grand jour, parce que nous n'élevons plus la voix, que nous acceptons tout et rien, au nom de Dieu, de celui qui est mort pour nous tous un jours sur une croix, dans l'infamie et l'abandon du Père ; Oui ! Ce même là qui nous tend ses mains percées et sur lequel nous crachons notre mépris parce que nous nous cachons afin de ne pas tomber dans les mains des nouveaux « Ponce Pilate » de notre génération.

Que dit la bible ? N'est-elle pas explicite à ce sujet ? Alors pourquoi, vous, les « pasteurs » vous tremblez et vous cachez ? Caïn loin de Dieu et Dieu l'interpellant : Qu'as-tu fait de ton frère ?Genèse 4/9 à 11 -  L’Eternel dit à Caïn : Où est ton frère Abel ? Il répondit : Je ne sais pas ; suis-je le gardien de mon frère ? Et Dieu dit : Qu’as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu’à moi. Maintenant, tu seras maudit de la terre qui a ouvert sa bouche pour recevoir de ta main le sang de ton frère.
En suis-je le gardien fut la réponse ! Et aujourd'hui, sommes-nous les gardiens de nos frères souffrants dans l'attente de mauvais traitements, de l'attente même de la mort parfois, à cause de leur amour pour Christ Seigneur et Roi des rois ?

Je me souviens de cette « église du silence » non pas parce qu'elle ne se faisait plus entendre, mais parce qu'elle agissait malgré tout, malgré le cachot, la prison, la potence... Oui ! Elle était plus que vivante même si les homme la considérait comme déjà morte -  2 Corinthiens 6/9 … comme inconnus, quoique bien connus ; comme mourants, et voici nous vivons ; comme châtiés, quoique non mis à mort ;

Des chrétiens mis à mort, emprisonnés, abandonnés des hommes mais non pas de Dieu, malgré cette prière montant du cœur de Christ : mon Dieu... Pourquoi m'as-tu abandonné ?

La souffrance est un fait établi parce qu'il est précisé, dans l'écriture première, en langue grecque, que « la souffrance a traversée Christ, IL DEVINT SOUFFRANCE »
Lorsque dans l'épitre 1 de Pierre, verset 12 et suivants, il est affirmé ceci : « vous avez été plongé – (immergés, transpercés, devenus souffrance à l'image de Christ, premier d'entre tous) dans la fournaise de l'épreuve. N'en soyez pas surpris, comme s'il vous arrivait quelque chose d'anormal...
Vous rendez-vous compte de la portée puissante de cette affirmation ? La souffrance est notre lot à cause de notre foi en Christ Yéshua, le premier-né d'entre les morts. - (lire Colossiens 1)
NOUS POUVONS SOUFFRIR POUR NOTRE FOI SANS QUE LE PECHE EN SOIT LA CAUSE (que les Pharisiens se le tiennent pour dit!)

Nous pleurons, nous gémissons en nous tordant les mains, mais pourquoi ne sommes-nous pas affermis (par ceux qui ont l'autorité spirituelle ) et qu'alors nous constatons le naufrage de notre foi,  notre vie basculant  dès la première vague déferlante qui nous passe sur la tête.

Ne savez vous pas ceci  - Psaumes 18/16 (18/17) - Il étendit sa main d’en haut, il me saisit, Il me retira des grandes eaux … Que ce soit pour un individu de sa maison, un Etat, une Nation, un Continent, il en est ainsi et il en sera toujours de même.

Paul dira ceci -  Philippiens 1/21 ...car Christ est ma vie, et la mort m’est un gain -
Romains 8/18 - J’estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous.


2 Corinthiens 1/5 -  Car, de même que les souffrances de Christ abondent en nous, de même notre consolation abonde par Christ.

2 Timothée 3/11 … mes persécutions, mes souffrances. A quelles souffrances n’ai-je pas été exposé à Antioche, à Icône, à Lystre ? Quelles persécutions n’ai-je pas supportées ? Et le Seigneur m’a délivré de toutes.


Plus encore, il sera bien plus affirmatif au travers de ce qu'il exprime aux Romains dans Romains 8/18 - J’estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous.
Oui, Paul révèle ouvertement que pour lui, les souffrances, telles qu'elles puissent être, ne représentent rien d'autre que les prémices de la gloire de Dieu qui nous doit être révélée au temps marquée, à la fin de toutes choses - 2 Corinthiens 1/5 -

L'épreuve est là, vissée dans nos os comme un cancer en phase terminale, et nous nous tordons les mains, apeurés, effarés, pareils à des biches mises en joue par des chasseurs cruels.
Que nous dit la Bible dans l'Epitre de Pierre ¼ – verset 13 : REJOUISSEZ-VOUS !
Aie ! Comment se réjouir quand tout bascule et chancelle sous tes pieds ? Quand plus rien ne correspond à ta vision de la foi ? Que fais-tu alors ? Tu pleures ? Cela n'est pas interdit, mais cela ne doit pas durer au delà du raisonnable, le raisonnable se tenant dans les limites de Dieu.
Au contraire nous est-il précisé, comme un ordre et non plus comme un conseil : RENDEZ-VOUS CAR VOUS PARTICIPEZ AUX SOUFFRANCES (pas à une épreuve, non, mais aux souffrances endurées par Christ lorsqu'il lutte contre Satan à Gethsémanée, qu'il lutte afin d'accomplir sa victoire à Golgotha) et pourquoi cela s'il vous plait ? Afin d'être remplis de joie quand il paraitra dans toute sa gloire – 1 Pierre 5/13.

Ceux qui furent des martyres pour la foi en Christ Yéshua acceptèrent leur sort – Pierre va connaître ce qu'il va souffrir pour avoir suivit Christ par la foi en Dieu, tout comme il en fut de même pour Paul ; Mais tous deux acceptent ce qui va leur advenir, ils portent cela en leur chair et deviennent triomphant et non pas vaincu - Colossiens 1/24 - Je (Paul) me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous ; et ce qui manque aux souffrances de Christ, je l’achève en ma chair, pour son corps, qui est l’Eglise.
Jean 21/18  - En vérité, en vérité, je te le dis, quand tu (Pierre) étais plus jeune, tu te ceignais toi-même, et tu allais où tu voulais ; mais quand tu seras vieux, tu étendras tes mains, et un autre te ceindra, et te mènera où tu ne voudras pas.

Actes 26/23 … savoir que le Christ souffrirait, et que, ressuscité le premier d’entre les morts, il annoncerait la lumière au peuple et aux nations.

Pourquoi ne nous dit-on pas ce qui peut arriver si nous acceptons de servir le Maître de notre foi, et passe-t-on sous silence ce paragraphe pourtant écrit dans le sang de Christ, dans le sang des martyres ? Après tout, nous entretenons le souvenir des « héros » morts pour leur pays, en combattant, mais nous taisons, bouche cousue cœur fermé la souffrance perçue par ceux qui aujourd’hui encore subissent toutes sortes de sévices, endurent de grandes souffrances, encourant la mort parfois, comme si cela allait entacher ce que nous sommes et faire de nous des perdants alors que la victoire est a nous par christ notre Seigneur ? Nous sommes de la maison royale ! Pourquoi l'as-tu oublié ?

Des chrétiens ont été persécuté par d'autres qui se disaient de la maison du Père, et ceci fut fait par ordre de l'église, au nom de Dieu, comme le fit Saul de Tarse avant d'être transformé en Paul. 
Les papes ne se sont pas gênés afin de faire la guerre à ceux-là qui ne reconnaissaient plus l'église catholique romaine comme la seule et unique vérité, oubliant eux-même que la vérité était en Christ seulement et non pas en l'homme.
Les « chambres ardentes » envoyèrent aux bûchers de très nombreux chrétiens fidèles et vrais, mais le Seigneur avait dit : ce qu'ils me font, ils vous le feront.
Et à ce jour, en Iran, de nombreux frères et sœurs connaissent eux-aussi ce goût amer dans la bouche, goût du sang qui leur remplit la bouche après avoir été frappé pour leur foi !
Et dans les pays comme l’Inde, ou il ne fait pas bon être de la maison du Seigneur, ou encore dans les pays magrébins, les pays d'Afrique noire ou l'Islam a fait son nid et attend son heure.
Et souvenons-nous il n'y a pas si longtemps, en URSS (Union Soviétique) ou il était de bon ton de proclamer : « Dieu est mort »...

Il est des courants spirituels de par le monde qui naissent ici pour aller mourir ailleurs ; Et c'est ainsi que l'Histoire nous fait connaître la force des zèles fanatiques tels qu'étaient le zèle des Pharisiens d'alors ; Et nous savons la souffrance, toute la souffrance de ceux-là qui moururent, qui meurent encore pour leur foi.
En France, deux époques a retenir : celle du roi Henri IV , huguenot (protestant) rebelle à l'église catholique.
Pour obtenir la couronne, il abjure sa foi, et cela se fera trois fois. Sous le règne absolut du roi Louis XIV, les grandes persécutions catholiques mettant a mal, à mort, les mêmes huguenots, protestants. Et nous connaissons la lutte acharnée de ces hommes religieux (les dragons) contre ces hommes pieux (les Camisards) qui combattront longuement et longtemps pour retrouver la liberté qui se tient en Christ seul.
Des « Camisardes » préfèrent la mort plutôt que de faire allégeance, tandis que les plus jeunes préfèrent la mort plutôt que de se souiller avec ces « dragons » paillards et violeurs, pour ne pas « perdre le don de l'Esprit » - Dans nos assemblées, combien des jeunes filles chastes et de garçons vierges ? De couples fidèles ? COMBIEN ?

En Angleterre, après le règne houleux du roi Henri VIII, alors qu'il n'est pour reine de cette nation une femme catholique : Marie surnommée « La Sanglante » (elle ordonne de chasser les juifs, les protestants) et encore une fois éclairent les bûchers, jusqu'au jour ou sa sœur Elisabeth 1er prendra le relai et ce sera l'inverse, la haine au nom de l'Etat et la mort pour les catholiques.

Une femme de France dira le jour de sa décapitation, au pied de l'échafaud : Liberté que de crimes commet-on en ton nom ; Mais nous pourrions, nous,  dire ceci : Seigneur ! Que de sang versé en ton nom, au nom de Dieu. Sang innocent ? Non pas, sang impur, le seul sang pur versé pour nous étant celui de l'Agneau de Dieu - Apocalypse 1/5 …  et de la part de Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre ! A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang,

Ce qui fait la force, à ce jour, des religieux fanatiques des religions païennes, voir sataniques, c'est qu'ils ignorent la peur de proclamer haut et fort leur appartenance à une entité alors que les chrétiens gardent au fond de leur mémoire le temps des catacombes ou il devaient se cacher afin de survivre à la fureur qui déjà s'activait dans tous les échelons de la société.
En fait, il fallu la grande persécution permise par Dieu pour que les « persécutés » essaiment et portent enfin l'Evangile aux nations païennes.

Celui qui aura honte de moi....
L'Eglise d'aujourd'hui a malheureusement honte de son Seigneur ! Tout nous le démontre ! Sommes-nous prêts à vivre ce martyre, tout comme le vécurent ceux et celles qui le préférèrent plutôt que de renoncer à une vie professant les préceptes divins, et de demeurer fidèles dans la foi ?

Dans la bible, Joël nous affirme que dans les derniers temps le vent de l'Esprit soufflera sur toute chair.
Alors nous traduisons par ceci : tous et toutes seront sauvés.
Que faisons-nous de cette parole écrite  dans Matthieu 22/14 -  Car il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus.
Le désir de Dieu est que tous soient sauvés, mais l'affirmation faite par la bouche de Mathieu appuie sur la vérité -
Matthieu 7/21 - Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.

N'est pas pour moi la volonté de juger ce qui n'est pas à juger de manière humaine, mais de dénoncer les « cabales » spirituelles dans lesquelles les hommes et femmes pieux dont roulés comme dans la farine, par des sermons juste bons à les rassurer pour leur présent, et ne pas les « torturer » pour leur futur.
Je ne puis demeurer dans le silence parce que trop de frères et sœurs éprouvent les affres de la souffrance spirituelle ou physique pour leur foi ; Alors pourquoi tolérer ce qui n'est pas tolérable ? Pourquoi supporter ce qui n'est pas supportable et surtout pourquoi ne plus dénoncer le péché là où il se tient, bien caché, bien au chaud,parmi ceux qui prônent « une certaine foi » qui n'est pas la foi véritable.

A ce jour, en ce qui concerne les « martyres » nos contemporains, de part le monde, nous constatons ceci (cités en exemple) – Inde, Pakistan, Turkménistant, l'Ouzbékistan,  Chine, Russie, Lituanie, Ukraine, Turquie, Egypte, Irak, Algérie, Laos, Corée du Nord, Viet Nam, Cambodge, et bien d'autres encore.
Savez-vous combien il en meurent chaque jour que Dieu fait ? Le savez-vous ?
Rien que dans l'Etat d'Orissa, en Inde, il est mort de mort violente 1000 chrétiens en 2007.
il ne faut pas non plus oublier l'Afrique où en Juillet, au Kénia, il y a eu des morts et des blessés à Garissa.La Somalie, le Mali, Le Soudan, le Nigéria...

Ces frères et sœurs vivent leur foi dangereusement, et nous savons qu'ils vivent comme au temps des premiers chrétiens, parce que chassés, pourchassés, trainés devant des tribunaux injustes...
Un des grands scandales planétaires que même l'église tait afin de pouvoir vivre sa petite vie tranquille.

Un homme du nom d'Augustin dira cette parole véritable concernant l'Esprit saint : il souffle ou il veut ,et il prépare les cœurs à l'accueillir. Oui il y aura une grande effusion de l'Esprit saint afin de réunir la dernière moisson, mais ce ne sera pas comme au temps de la sortie d'Egypte ou se mêlaient gens de toutes races et de toutes conditions, parce que pour cette dernière moisson, seule, la sainteté et la pureté des âmes et des cœurs feront offices de billet d'accès par la voie ouverte par Golgotha, par la mort et la résurrection du Christ Yéshua.
Il n'y aura plus de tourmenteurs, plus de tourments ; Plus de larmes mais des cris de joie quand paraîtra sur les nuées Celui qui a donné sa vie pour nous ! Le plus grand des martyres pour certains, le fils bien aimé pour les autres, puisque christ nous affirme que nul ne lui ravit sa vie mais qu'il la donne de lui-même.

Apocalypse 21/4 -  Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.

Esaïe 66/2 - Toutes ces choses, ma main les a faites, et toutes ont reçu l’existence, dit l’Eternel. Voici sur qui je porterai mes regards :
Sur celui qui souffre et qui a l’esprit abattu, sur celui qui craint ma parole.

Mes chers frères, mes bien-aimées sœurs, que la foi qui éclaire votre vie soit le diamant de votre couronne, et que rien, jamais rien ne vous séparent de l'amour du Tout-Puissant parce que son désir est que vous puissiez un jour connaître comme vous avez été connu, et qu'ensemble nous nous réjouissions dans la vie éternelle avec Christ notre seigneur, entouré des saints, des élus.

Apocalypse 6/9 à 11 -  Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. Ils criaient d'une voix forte : jusqu'à quand, Maître saint et véritable, tarderas-tu a faire justice  et a vanger notre sang sur les habitants de la terre ? Alors il leur fut donné à chacun une robe blanche, et il leur fut dit de patienter encore un peu , jusqu'à ce que fut au complet le nombre de leurs frères qui doivent être mis à mort comme eux.


La paix avec vous.

Naomie.