Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

title

 

LES FILS D'ELI ?

LES FILS DE DIEU ?



Naomie le 28 Décembre 2014.1



Shalom à vous tous qui lirez ce message inspiré par l'Esprit saint.
Voilà quelques jours déjà que la pensée des fils d'Elie me trotte dans la tête, et ja sais dès lors que l'Esprit saint veut enseigner à son peuple une parole d'importance.


Qui est Eli et qui sont ses deux fils ?


Pourqoi le Saint veut-il s'adresser à nous au travers de l'exemple de cet homme qui servit le Seigneur tout au lon de sa vie, qui eut deux fils sacrificateurs de l'Eternel, et pourquoi tous les trois connurent une fin si peu Glorieuse ?

Eli a pour habitude de se trouver dans le Temple, il aime s'y retrouver comme serviteur de Dieu, un sort très enviable à ses yeux. Cependant, Eli n'est pas très miséricordieux, nous pouvons le constater lorsque s'adresse à Anne, épouse de Elkana, stérile, pleurant devant le Dieu de toute la terre et priant, lui faisant connaître sa tristesse de ne pas pouvoir donner d'enfant à son époux. C'est un empêchement qui ne trouve grâce auprès de personne, du temps des Prophètes de Dieu. Cela s'apparente à une malédiction.


La réalité est que Elkana se rendait à Silo, sa ville, afin d'adorer l'Eternel des armées et lui offrir des sacrifices. Il y retrouvait Eli et ses deux fils, sacrificateurs également, dont les noms étaient Hophni et Phinées - Samuel 1/3 -


Selon son habitude, Anne va répendre son âme devant le Trône de la grâce, où justement elle va se retrouver en présence du Prophète serviteur de Dieu, qui s'interroge devant le spectacle affligeant de cette femme. Ce qu'il constate, c'est non pas la détresse marquant les traits du visage de la personne, mais bien plutôt ce qui lui semble être un état d'ébriété avancée, malgré l'heure du jour. dont bougent les lèvres mais qui demeure muette. C'est ce à quoi il s'arrête : elle est ivre et aucun son ne sort de sa bouche. 1 Samuel 1/13 – C'est pour lui, dès cet instant, la seule des explications possible.


Ne pouvait-il pas se taire avant de connaître la douleur de cette femme pleurant sur son triste sort ? Non ! Il émis un jugement : es-tu ivre ?

Ne savait-il pas, lui, un prophète de l'Eternel, qu'il serait jugé comme il venait de juger ?

Matthieu 7/2 - Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.

Nous savons au fil du récit que Dieu ne lui fit pas de cadeau en l'occurence qu'il fut traité selon son manque d'amour pour son prochain, et comment il ne trouva pas grâce devant le laxisme dont il fit preuve envers ses fils.

Après qu'il se fit « remettre » à sa place le prophète Eli va entendre de la bouche de Anne son grand désarroie et la cause de son grand malheur. Eli, guidé par l'inspiration divine, va alors prophétiser et dira à l'éplorée : 1 Samuel 1/17 - Eli reprit la parole, et dit : Va en paix, et que le Dieu d’Israël exauce la prière que tu lui as adressée !


Quelque temps après, il sera donné à Anne et à Elkana un fils dont le nom sera Samuel.

1 Samuel 1/20 - Dans le cours de l’année, Anne devint enceinte, et elle enfanta un fils, qu’elle nomma Samuel, car, dit-elle, je l’ai demandé à l’Eternel.


Eli est le prophète qui ouvrit la bouche en faveur de la personne qu'il avait jugé quelque peu de manière cavalière et infamante. Ce même Eli eut deux fils, dont les noms étaient Hophni et Phinées, tous deux Sacrificateurs de l'Eternel.

Savons-nous pourquoi ils avaient l'état de sacrificateurs ? L'avaient-ils obtenus par héritage par Eli leur père ? Quoi qu'il en soit, ils étaient injustes devant Dieu et le jugement qui allait tomber sur eux allait également rejaillir sur Eli, leur père. 1 Samuel 3/12 - En ce jour j’accomplirai sur Eli tout ce que j’ai prononcé contre sa maison ; je commencerai et j’achèverai. 3/14 - C’est pourquoi je jure à la maison d’Eli que jamais le crime de la maison d’Eli ne sera expié, ni par des sacrifices ni par des offrandes.

Eli était coupable d'avoir fermé les yeux sur les exactions de ses deux fils qui se conduisaient de façon à déokaire au Seigneur l'Eternel, et puisque Eli, qui aurait du réagir ne le fit pas, c'est Dieu lui même, c'est à main forte et bras tendu qu'arriva le châtiment envers eux trois, les deux fils et le père - 1 Samuel 2/12 Les fils d’Eli étaient des hommes pervers, ils ne connaissaient point l’Eternel.


1 Samuel 2/34 - Et tu auras pour signe ce qui arrivera à tes deux fils, Hophni et Phinées ; ils mourront tous les deux le même jour.

Le drame de cette journée ne fut pas tant la mort des trois personnages « indignes » mais le fait que l'Arche de l'Alliance passat aux mains des ennemis d'Israël - 1 Samuel 4/11 -L’arche de Dieu fut prise, et les deux fils d’Eli, Hophni et Phinées, moururent.


Eli qui avait été un serviteur intègre va être englobé dans le sort réservé à ses deux fils, malgré son temps de service, malgré toutes choses.

Eli sait qu'il ne faut pas plaisanter avec les choses de l'Eternel, dans son service ! Il connait Dieu, donc il sait !

De 1 Samuel 4/13 à 4/18 nous pouvons constater la peur, la crainte dans le cœur de Eli, tant pour ses deux fils que pour l'Arche détournée. Il est pesant, âgé, et il sait !

1 Samuel 4/13 à 18 - Lorsqu’il arriva, Eli était dans l’attente, assis sur un siège près du chemin, car son cœur était inquiet pour l’arche de Dieu. A son entrée dans la ville, cet homme donna la nouvelle, et toute la ville poussa des cris. Eli, entendant ces cris, dit : Que signifie ce tumulte ? Et aussitôt l’homme vint apporter la nouvelle à Eli. Or Eli était âgé de quatre-vingt-dix-huit ans, il avait les yeux fixes et ne pouvait plus voir. L’homme dit à Eli : J’arrive du champ de bataille, et c’est du champ de bataille que je me suis enfui aujourd’hui. Eli dit : Que s’est-il passé, mon fils ? A peine eut-il fait mention de l’arche de Dieu, qu’Eli tomba de son siège à la renverse, à côté de la porte ; il se rompit la nuque et mourut, car c’était un homme vieux et pesant. Il avait été juge en Israël pendant quarante ans.



Cette année plus que jamais il a été passé sous silence le pourquoi de Noël de la naissance de l'enfant roi jusqu'à sa mort sur la croix pour nous apporter la grâce divine par le pardon des péchés et le salut de notre âme. Par contre ce fut l'adulation du « père Noël »


Juste la messe de minuit, juste quelques chants « chrétiens » le tout emballé dans des papiers-cadeaux et des douceurs de table. Mais le sens profond de cette période ne fut pas exhatée, loin s'en faut. Et si l'église catholique a tenu son rôle dans la hiérachie « chrétienne » si quelques actions furent menées envers l'Eglise martyre et souffrante, il ne fut rien relaté de Christ Yéshua le Saint d'Israël.


Pouvons-nous encore nous proclamer « fils de Dieu » ou sommes-nous de l'engeance des fils d'Eli ?

De qui sommes-nous les héritiers en ces jours ou l'Islamisme intégriste force les portes de notre société moderne au détriment de toutes vies humaines, et d'étale maintenant au grand jour ?

De qui sommes-nous les fils et les filles ?

Qui va se lever afin de dénoncer le laxisme chrétien, afin d'interpeller comme le fit Déborah en son temps, les hommes assis sur le bord du chemin admirant le passage de la caravane ?


Qui dites-vous qu'est le Seigneur ? S'il est Maître ou est le service qui lui est du ? En quoi méprisons-nous ainsi le Fils oint et saint qui annonce dans sa chair et cela a grands cris le pardon de Dieu et le Shalom pour les bonnes volontés ?


Eglise, si je t'interpelle, c'est que je le suis moi-même par l'Esprit Saint qui me demande de toujours parler afin de secouer le cocotier pour que tombent les noix qui vont par ce qu'elles sont nourrir et rafraîchir les âmes altérées. Arrêter de quémander et saisissez-vous une fois pour toutes du Royaume de Dieu, ce sont les « violents » dans la foi et non pas les « fous de dieu » qui s'en emparent.

Saississez votre destin de rachetés a pleines mains, à plein cœur, à pleine foi !

Le roi vient, il revient ! Qu'en va-t-il être de vous qui n'avez pas remplis vos lampes d'huile et qui allez vous perdre en chemin dans les ténèbres grandissantes ?

Bougez-vous, repentez-vous, allez de l'avavnt, faites quelque chose mais ne restez pas sur place à vous lamenter. Nous avons fait de l'Eglise ce qu'elle est devenue, c'est de notre faute à nous tous, les grands et les petits qui siégeons semaines après semaines dans des lieux de cultes qui ressemblent à s'y méprendre à des lieux de perdition.


Rebellez-vous contre le laxisme , et relevez votre têtes afin d'adorer Celui qui vient ! Il est roi ne l'oubliez pas, ne l'oubliez plus, et sachez que vous n'êtes pas les « fils d'Eli » mais les « enfants du Dieu Très Haut » qui a pourvu à tous vos besoins.


Shalom.