Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

title

         LE PARDON!



                                                   Par Naomie, le 1er Février 2012.


Le “pardon” est un mot a la mode, mais en réalité qu'englobe-t-il en lui, et qu'est-ce qui fait sa raison d'être?

Après le grand tumulte ressenti et vécu en Côte d'Ivoire, après les nombreuses déchirures, après bien des tourments, il paraitrait qu'enfin l'heure est à la réconciliation, et que le passif destructeur n'est plus qu'un mauvais souvenir!

Après le “raz de marée” supporté par des Nations subissant l'autoritarisme totalitaire de régimes “déjantés” il est de bon ton, en pelletant afin d'ouvrir des fosses pour recevoir les corps, de faire comme si cela n'était rien, où si peu de chose!

Lorsque le monde cherche à ne plus se souvenir (ce qui n'est pas l'oublie) que de nombreux génocides ont eu lieu, criant contre l'homme comme le cri d'une femme violée; lorsque le peuple juif est muselé par le didact de l'O.N.U et que dans nos sociétés dites modernes, les pauvres crient de plus en plus fort, que faut-il penser du “pardon”!
N'est-ce pas la facilité que de pardonner, ou encore de demander pardon?

Nous élevons des édifices avec des noms gravés dessus mais à la première des cocasions qui se présente devant nous, nous y retournons, la fleur au fusil et revêtu de notre bon droit, du droit des Nations, des “Droits de l'homme' que nous emprisonnons, que nous torturons, au nom d'une idéologie politique, ou encore d'une idéologie religieuse!
Mais en fait, qui est l'instigateur du Pardon?
Qui nous enseigne le Pardon et qui le prêche comme personne d'autre que lui?

TERRE! NATIONS!
SI VOUS NE PARDONNEZ PAS IL NE VOUS SERA PAS PARDONNE!

Matthieu 6/15 - mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.

Il existe autant de nature de  « pardons » que de  définitions de ce dernier ; le pardon accordé par l'honne envers un de ses semblables, limité parfois, souvent même par le temps et l'espace, du genre je te pardonne mais je n'oublie pas, puis le pardon divin, inimitable et sans limite, qui te dit : va, tes péchés te sont pardonnés mais ne pêche plus !
De lui, les hommes poseront cette question

: Luc 7/49  - Ceux qui étaient à table avec lui se mirent à dire en eux-mêmes:
Qui est celui-ci, qui pardonne même les péchés?

Quelques unes des définitions concernant « le pardon » : Rémission d'une faute, d'une offense.
Le pardon des injures. Le pardon des ennemis. Je vous demande mon pardon, le pardon de ma faute.   
Lettres de pardon, lettres que le prince accordait en petite chancellerie pour remettre la peine de certains délits moins grands que ceux qui exigent des lettres de grâce
Puis les fameuses « indulgences de l'église catholique : gagner son pardon, le placant dans le figuratif de « faire une action méritoire »
Egalement existe « LE GRAND PARDON relativisé par LE JUBILE (humain) »
C'est en 2005 qu'il m'a été « confié » cette parole, en provenance du cœur de Dieu.
Soyez béni au travers de cette lecture, qu'elle soit comme le miel, comme un beaume et produise son effet.
Naomie.
 

Qu’est-ce que le pardon ?
D’où vient-il ?

Ci-dessus, nous avons « frôlé » l'expression définie de manière humaine (dictionnaire) concernant le pardon ; ci-dessous, c'est à la façàn de Dieu que nous allons comprendre ce qu'est le pardon véritable.

Le vrai pardon est d'origine spirituelle ; Il vient du cœur et de l’amour de Dieu  envers ceux qui, un jour, ont agis de telle manière que la porte de l’enfer s’est ouverte devant eux. Nous pouvons faire que cette porte s'ouvrira devant nous de plusieurs façons,  nous ne l’ignorons pas ! Tout du moins, nous devrions le savoir ! Le savons-nous vraiment ?
Issu de la parole divine, la Bible, nous avons connaissance que le pardon est la conséquence d'un état de fait nous concernant ; voyez ce qui est :
Daniel 9/9 - Auprès du Seigneur, notre Dieu, la miséricorde et le pardon, car nous avons été rebelles envers lui.
La rebellion nous a rendu coupable envers Dieu !

Actes 2/38 -  Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit.
L'état de pécheur récurent déclare que c'est depuis l'origine que nous le sommes (pécheurs) et que seuls la repentance (nécessaire) et le baptême (l'obéissance) nous ouvre la porte au pardon divin.

Actes 10/43 - Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon des péchés.
En réalité, tous les prophètes (les vrais) déclarent que la foi en Christ Yéshua nous ouvre l'accès au pardon de Dieu le Père.

La déclaration suivante place notre relation humaine avec le pécheur et comment nous devons agir envers le coupable (n'oublions jamais que nous aussi avons été coupables en toutes choses)

2 Corinthiens 2/7 ...  en sorte que vous devez bien plutôt lui pardonner et le consoler, de peur qu'il ne soit accablé par une tristesse excessive.

1 Jean 1/9 -  Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.
Si nous confessons nos péchés, non pas comme le préconise certaines religions, mais le Seigneur lui-même dans la Bible Sa parole écrite, alors la juste justice du Seigneur nous pardonnera et nous aurons, ainsi, la possibilité d'être purifiés de nos iniquités.
 Et enfin, pour les pharisiens cette parole provenant du cœur de Dieu pour tout pécheur (tu l'es, moi aussi, la différence d'avec ceux du monde, c'est que, justement, il nous a été accordé le pardon suite à notre prise de position devant nos vies infâmantes et pécheresse :
Matthieu 18/22 - Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à septante fois  sept fois.
Imagine que notre Seigneur se soit arrêté de nous pardonner à la première fois, à la deuxième fois, à la ...

Le pardon demandé tout comme  le pardon donné sont tous deux une grâce du Seigneur. 2 Corinthiens 2/10  - Or, à qui vous pardonnez, je pardonne aussi; et ce que j’ai pardonné, si j’ai pardonné quelque chose, c’est à cause de vous, en présence de Christ,

Ici nous pouvons constater que chaque fois que nous usons de cette possibilité qui nous est offerte de pardonner, nous permettons également au Seigneur de faire miséricorde.

Marc 11:25  Et, lorsque vous êtes debout faisant votre prière, si  vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses.
Ici il n'est pas question d'attendre de pouvoir faire l'acte mais il est plutôt question de la volonté qui doit être notre de faire.
En cet instant, je me tiens devant le Trône de la grâce et je veux faire que ma voix soit entendue du Seigneur souverrain, et là, un souvenir : un frère, une sœur, a quelque chose envers moi (j'ai offensé) alors il est bon se savoir qu'il vaut bien mieux que je me taise, afin que mes paroles ne se retournent contre moi, puis que je me mette en règle devant Dieu, en affirmant voulair faire la paix, le plus tôt possible ; c'est alors que ma prière ira au cœur de Dieu.
Romains 12/18 - S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes.
Tant que nous étions dans le cliché de la loi, il n’y avait pas, pour nous pécheur, la possibilité de connaître cette loi d’amour venant du cœur du Père à travers le don du Fils à Golgotha.
Notre destinée était donc le feu de la damnation, feu éternel que rien ni personne ne peut éteindre.
Seigneur, savons-nous et apprécions-nous véritablement ce grand bonheur de pouvoir être pardonné si notre cœur s’ouvre suffisamment grand à ta grâce. Mais il faut se souvenir, où apprendre peut-être que le pardon est identique à une pièce de monnaie qui possède deux faces. Si nous voulons être pardonnés, quelle que soit la noirceur de notre péché, il nous faut apprendre et savoir pardonner. Amen !

                                    PAROLES DU SEIGNEUR.


« Lorsque vous vous pardonnez les uns les autres, n’agissez pas comme si vous usiez d’un « droit » comme un seigneur agissant envers un vassal. Vous voulez vous montrer magnanimes ?  Savez-vous ce que c’est qu’être magnanime ? Celui qui est magnanime pense avoir le droit de vie et de mort sur un autre de ses semblables. Vous pardonnez d’une façon condescendante.
Vous voulez vous montrer nobles et généreux mais en réalité que savez-vous de cette dimension du pardon que J’ai institué ? Vous ne connaissez pas ce qu’est la réalité et la valeur de Mon pardon dit le Seigneur.
Le pardon que J’ai institué est celui dont J’ai usé envers ceux qui me maltraitaient,  envers ceux qui me rejetaient,  envers ceux qui blessaient Ma chair et Mon âme ; Envers les paroles prononcées ; Les crachats que J’ai reçus ; Et pour finir ces clous qui ont meurtri Ma chair.
Lorsque J’ai dit : Père, pardonne leur parce-qu’ils ne savent pas ce qu’ils font, cela voulait dire aussi, Père, apprends leur à pardonner comme J’ai moi-même pardonné à ceux qui m’ont ainsi exposé à la vindicte des hommes.

Sachez que J’ai dit simplement : « Père, maintenant pardonne car ils ne savent pas ce qu’ils font »  et Je dis «  Si tu ne pardonnes pas de tout ton cœur, de toute ton âme, de ton être tout entier, sache que Je ne te pardonnerai pas ». Le clou enfoncé dans Mes mains, Je ne te pardonnerai pas. La couronne enfoncée sur Ma tête, Je ne te le pardonnerai pas. Mes pieds percés, Je ne te pardonnerai pas. Mon côté ouvert
Mais si tu pardonnes promptement, il te sera pardonné immédiatement.
Beaucoup sont promptes à dire « pardonnez-moi » ! Le monde est prompt à dire «  reçoit mon pardon ». Mais en vérité le monde est prompt à ne pas oublier, comme certains d’entre vous.  Le monde ne veut pas oublier. Et vous, Mes enfants, saurez-vous oublier le mal que l’on vous a fait ? Saurez-vous accepter de parfois tendre l’autre joue ? Demander pardon ?


Il en est qui savent bien ce qu’est le pardon mais qui, devant l’ampleur de la souffrance infligée ne peuvent pas pardonner malgré le désir de leur âme souffrante.  
Dans le pardon Je vous offre la plénitude de Mon amour. Plénitude de la  Parole accomplie. Je vous ai dit «  Je vous donnerai la guérison ». Pardonne si tu veux être pardonné. Mais à celui qui refuse le pardon véritable, qu’il sache qu’il ne lui sera pas pardonné. Je n’offrirai pas Mon pardon à celui, à celle, qui ne veulent pas pardonner.
Je vous dis «  pardonnez »  ! Comme moi-même J’ai pardonné.  Sachez pardonner dans  la dimension de mon pardon.

Vous n’offrez pas une sucrerie ! Vous n’offrez pas quelque chose qui n’a pas de valeur, vous offrez la possibilité à une âme de demander pardon elle aussi, et de le recevoir de Moi, afin qu’il ne se trouve plus trace de son  péché.
Et vous ? Savez- vous pardonner ? A  peine cette action  accomplie, vous retournez dans le souvenir de vos blessures. Vous vous souvenez encore des injustices, vous vous souvenez encore de celui et de celle qui vous a blessé.

Moi, Je vous ai dit : « votre péché peut-être aussi rouge que le cramoisi, au travers de votre humilité et de votre sincérité, Je le rendrai plus blanc que neige. Et J’ai ajouté «  Je le jetterai dans la mer loin derrière mon épaule et on ne s’en souviendra plus ».

Pour ceux qui veulent  exercer le ministère de la réconciliation, vous savez que dans Mon amour Je pardonnerai, si vous demandez pardon et si vous accordez votre pardon..
Vous bradez ce mot de pardon. Lorsque vous pardonnez, comment palpite votre cœur et comment vibre votre âme ?
Savez-vous qu’en offrant votre pardon, vous permettez au Père d’agir pleinement selon Sa parole ?  Et lorsque vous me demandez pardon, ne le faites-vous pas  parce-que vous savez que Je pardonne ?  Lorsque J’ai crié «  Père ! Pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font »  J’ai pu dire après «  Pourquoi Mon Père m’as-tu abandonné ? » et enfin dire : « Tout est accompli ! »  La vie, la mort, le pardon,  tout est accompli !

Dans le pardon, J’ai offert aux hommes la possibilité, au travers de la croix, de passer de la mort à la vie, en offrant la vie éternelle  au travers de ce pardon.
Vous m’avez demandé comment prier !  J’ai dit «  Pardonne ! Pardonne ! » Cela veut dire
«  Je pardonne à ceux qui ont été injustes envers moi » . Je disais aux hommes «  apprenez le pardon, afin que vous puissiez laisser Mon Père agir. Qu’avez-vous compris du pardon ? » 

Dans la bible, il y a de très nombreuses références relatives au pardon. Le Seigneur met en relief par la parole écrite, comme par la parole révélée, la nécessité du pardon parce que, nous enseigne-t-Il, il n’est pas de pardon possible si nous ne pardonnons pas.
Comment, en effet, recevoir de Sa part, même dans la grâce établie, la rémission de nos péchés si nous-même ne pratiquons pas la miséricorde dans le pardon offert.
Nous avons pour habitude de penser, de dire un mensonge provenant d’une falsification de la parole de Dieu. Effectivement, nous disons, dans la majorité d’entre nous : si tu as mal agit, si tu as blessé, si tu… va te réconcilier avec celui que tu as blessé.
Est-ce là l’enseignement de notre Seigneur ? Non !
Si, sur la croix, juste avant de remettre son esprit à Dieu le Père Il a crié « Père, pardonne-leur » Il n’a pas attendu que ses bourreaux lui demande pardon. Il a intercédé auprès du Père afin que ses tortionnaires soient pardonnés à cause de l’ignorance dans laquelle ils se trouvaient de ne pas avoir reconnu qui Il était.

Alors, que nous dit la parole de Dieu, Parole véritable et sainte, purifiée par l’Esprit Saint et donnée pour notre enseignement :
Mathieu 5/23 : « Si donc, tu  présentes ton offrande (prière, louange, adoration, etc.…) et que là, tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse-là ton offrande (prière, louange, adoration, etc.…) devant l’autel, et va d’abord (premièrement) te réconcilier avec ton frère, puis viens présenter ton offrande.

Ceci ne ressemble en rien à notre pensée humaine n’est-ce pas ?

Vous pouvez rétorquer que vous avez voulu le faire mais que votre démarche n’a pas reçu l’accueil espéré et que donc, le pardon n’a pas eu son accomplissement dans la totalité.
Il ne nous appartient pas de nous arrêter sur l’action de celui qui refuse de pardonner, ou encore de nous écouter. La démarche valable au regard de Dieu est celle que nous accomplissons dans le désir de nous mettre en règle envers celui qui a été meurtri par notre conduite envers lui.

Lorsque je me suis retrouvé dans une situation telle que mon départ (séparation) envers mes « enfants spirituels » n’avait que pour seul but ma survie physique et spirituelle, je fus amenée à réfléchir sur cette parole venant de La Parole (n’oublions pas que Yéshua est La Parole de Dieu donnée aux hommes pour notre enseignement), je fis plusieurs fois la démarche  d’aller vers eux et même j’ai demandé pardon pour la peine engendrée par mon action. Elle était sincère et véritable, nécessaire même mais très douloureuse pour tous. C’est pourquoi j’ai entrepris la démarche d’aller me réconcilier parce que mon cœur y aspirait, et le repos de mon âme y avait sa source.
Je ne fus pas reçue, pas même écoutée. J’ai bu la coupe des larmes et de la douleur mais aujourd’hui, je sais que ma démarche était la seule démarche à suivre. Le reste appartient à mon Dieu et je ne suis pas juge de l’action de rejet envers moi. Christ a été rejeté n’est-ce pas ? Et ne nous enseigne-t-il pas qu’il nous sera fait de même par ceux de notre maison
Michée 7/6 - Car le fils flétrit le père, La fille se soulève contre sa mère, La belle-fille contre sa belle-mère; Chacun a pour ennemis les gens de sa maison.
Depuis lors, certains sont venus me demander pardon, demarche que j'ai acceptée vivement et avec joie.
Qui de nous n’a pas dit : je pardonne mais je n’oublie pas ? Vous ? Peut-être, mais moi, oui, assurément j’ai prononcé cette phrase revêtue de ma justice.
Et j’ai du m’incliner devant la vérité et dans le repentir de mon âme, m’humilier et comprendre que toutes paroles ne sont pas nécessairement paroles d’évangile.
Aujourd’hui, je pense comme une adulte accomplie par la grâce de Dieu, oubliant derrière moi la parole et le verbiage de l’enfant.
Aujourd’hui, avec l’aide du Très Haut, je veux pardonner autant de fois qu’il sera nécessaire parce que je veux moi aussi être pardonné plus que septante sept fois.
Matthieu 18/21  Alors Pierre s'approcha et lui dit: Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu'il pèchera contre moi? Jusqu'à sept fois? Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu’à sept fois mais jusqu’à soixante dix fois sept fois.

Si nous ne pardonnons pas, il ne nous sera pas pardonné. Le pardon a pour action d’effacer le péché, et, par extension, de permettre au pécheur repenti d’avoir accès au salut par la grâce de Celui qui s’est fait péché pour nous. S’il n’y a pas un juste, puisque tous nous sommes pécheurs, menteurs, calomniateurs, j’en passe d’autres, nous sommes tous dans le besoin de nous humilier et de demander pardon, tout en pardonnant aussi.
Ne soyons pas oublieux de cela. Notre justice, si elle est humaine, nous rend misérables, pauvres, aveugles et nus.


Pour nous tous qui prions ainsi :

                                    Notre Père ! Que ton nom soit sanctifié,
                                                   Que ton règne vienne.
                                Donne-nous chaque jour notre pain quotidien.
    Pardonne-nous nos péchés, car nous aussi nous pardonnons  quiconque   nous offense.

                                          Ne nous induis pas en tentation.

Luc 11/1...


Très longtemps je n’ai pas pu dire ces paroles trop personnelles qui  réclamaient  un engagement sincère et véritable.
Lorsque nous prions ainsi mais qu’au fond de notre cœur bouillonne quelque chose qui porte bien des noms, sommes-nous conscients de ce que nous faisons et savons-nous que nous nous condamnons nous-même dans un mensonge éhonté.

Apocalypse 21/8 -  Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les débauchés, les magiciens, les idolâtres et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang brûlant de feu et de soufre: cela, c'est la seconde mort.


                                 Pas de salut pour les menteurs dit la parole.

Alors, avant d’écouter la « petite voix » qui au fond de vous,  affirme  que vous avez entièrement raison, que vous n’êtes pas coupable, que le châtiment subit par « l’autre » est normal, …. Enfin, vous savez bien tous ces petits mots qui vous mettent au large et vous empêchent de vous voir tels que vous êtes, songez à ce que la bible nous enseigne, et faites le bon choix de choisir la voie du Seigneur plutôt que celle de Satan.

2 Corinthiens 13 /11  - Au reste, frères, soyez dans la joie, perfectionnez-vous, consolez-vous, ayez un même sentiment, vivez en paix; et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous.

Vous désirez la paix ? Vous faites bien ! Mais il vous faut, afin de l'obtenir, de concrétiser le bien fondé des paroles sortant de votre bouche, mais sans résonance au fond de votre cœur.

Vous recherchez le bien être pour votre Nation ? Exercez le pardon sans modération ! Ton frère ne veux pas t'accorder faveur et retient son pardon envers toi, qu'importe ; c'est de toi dont il est question, ton frère aura à plaider sa cause avec Yéshua !

Tu as souffert de l'occupation de ton ennemi, ton pays a été ravagé par des hommes en armes, PARDONNE !
Tu as souffert d'injustice et l'amertume broie ton cœur ? PARDONNE !

Tu ne peux pas le faire ? Avec le Seigneur rien d'impossible ! Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font !

"Et quand le vent du désert aura soufflé sur ces âmes aussi rêches que de l'émeri, quand la sécheresse fera tomber les bourgeons des arbres de leurs vergers, quand l'inimité sous-jacente sera enfin étalée au grand jours, et que les promesses faites par « Juda » seront arrivées à maturation, il sera alors temps de se tourner vers le Seigneur et de lui dire : Père ! Je voudrai tant pardonner mais je ne le peux pas ! Viens au secours de ma misère et que je puisse reverdir comme un arbre planté près des courants d'eau afin de porter du fruit jusqu'en vie éternelle !C'est ainsi que tu feras la volonté de ton Père qui est dans les cieux, et que tu attesteras, par ton pardon, que tu es bien de la maison de ton Di
eu." Amen.

 Psaumes 52/8   52-10 Et moi, je suis dans la maison de Dieu comme un olivier verdoyant, Je me confie dans la bonté de Dieu, éternellement et à jamais