Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

title

 

PAR LE BAPTEME DU SANG !


Jean 6/53 à 56 - Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes.

Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour.

Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage.

Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui.


Par Naomie, le 16 Septembre 2014.


SHALOM.


Je me souviens d'un événement majeur qui eut lieu dans un rassemblement « chrétien » auquel je participais il y a bien des années en arrière maintenant ; Ce fut la réaction puissante d'une femme qui voulait accepter Christ Yéshua dans sa vie, mais qui ne le pouvait pas parce que l'évocation du Sang de l'Agneau de Dieu versé pour elle, pour sa rédemption, la faisait entrer en transes. Non seulement elle hurlait, mais également elle se jetait à terre, et rampait tel un serpent.

Bien sur, je compris vite ce qui la faisait agir ainsi : elle était « Témoin de Jéhovah » et elle avait une répulsion profonde à l'évocation du sang. Une partie d'elle voulait, et l'autre refusait, rejetait la pensée même que sa vie dépendait de cette acceptation.


Je ne vous parlerais pas du combat qui s'ensuivit, ce n'est pas l'objet du présent message.

Il se trouve, au sein de « l'église » de pareilles personnes qui se prétendent sauvées mais qui ne le sont pas véritablement par ce qu'elles rejettent la pensée du sang versé pour le rachat de leur âme déchue.


Pourtant, il n'est pas d'autre issue pour quiconque cherche le salut dans la rédemption ; Il n'est pas de rédemption sans ce baptême de sang. Ce n'est pas l'eau du baptême qui sauve, ce n'est pas l'onction de l'huile qui le fera, et ce n'est pas même le baptême de l'Esprit Saint qui sera l’attisant su salut ; Le salut des âmes déchues provient de Christ donnant sa vie à Golgotha, dans l'effusion de son sang rependu pour vous et moi.


Nous pouvons tout prétendre, dire tout et rien, rien n'y changera, et Satan , qui a horreur de la puissance de ce sang versé, sang rédempteur, sauveur, versé de plein gré par l'Agneau de Dieu, agira toujours en fonction de ses capacités afin de nous éloigner de la réalité, préférant la remplacer par un puissant mensonge de son cru.


De tout temps il y a eut des réfractaires à la pensée de devoir accomplir un acte qu'ils plaçaient tout juste à hauteur de leur nez, sans comprendre que Christ, en s'adressant pareillement à eux, les engageaient à se hisser au plus haut dans le spirituel de leur pensée humaine. Son désir était de leur démonter que pour entrer dans ce qu'il a qualifié de Nouvelle Alliance, il fallait non plus se contenter d'accomplir le rituel de l'Ancien Testament, rituel qui ne donnait pas accès à la vie éternelle, mais qu'il fallait accepter l’inacceptable, dans l'accomplissement d'un geste que seul Christ, le Saint de Dieu, pouvait faire afin de nous faire participer à la nouvelle Alliance de la grâce.


Dans notre vision du salut, nous évoquons essentiellement pour ne pas dire toujours le baptême d'eau, allant jusqu'à lui prêter un rôle qu'il ne possède pas, et comme notre vision est tronquée, nous ne pouvons pas développer véritablement le processus du salut pour les âmes nouvellement arrachées au feu de la Géhenne.

La réalité du baptême d'eau est contenue dans ces affirmations biblique  -

Le baptême d'eau englobe la repentance - Marc 1/4 - Jean parut, baptisant dans le désert, et prêchant le baptême de repentance, pour la rémission des péchés (Actes 13/24) puis le pardon des péchés - Actes 2/38 - Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit.


Le baptême d'eau est attaché à la purification - Ephésiens 5/26 … afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau -


Le baptême d'eau est attaché à la culture spirituelle et à sa justesse - Matthieu 3/15 - Jésus lui répondit: Laisse faire maintenant, car il est convenable que nous accomplissions ainsi tout ce qui est juste. Et Jean ne lui résista plus.


Est-il nécessaire d'être ainsi baptisé d'eau ? Oui puisque christ Yéshua commandera à Jean le Baptiste de procéder à son égard comme il est coutumier de le faire. Donc, si après avoir cru dans le cadre de la nouvelle Alliance, il est impératif de rejeter tout ce qui est lié un rituel humain et de vouloir entrer dans la volonté divine dans l'acceptation de ce baptême ; Sachez que ce baptême d'eau doit être volontaire et conscient, et qu'un bébé n'a nullement la perspective de l'action faite en son nom.


Puis nous passons à l'étape suivante, celle du « baptême » de l'Esprit saint. Des religions nouvelles ont vues le jour parce qu'elles se sont polarisées sur une action externe » sans faire de Christ Yéshua le centre vital de leur foi. La religion a pris la place de la piété véritable dédiée à Christ Yéshua.

Marc 1/8 - Moi, je vous ai baptisés d’eau ; lui (Christ ) il vous baptisera du Saint-Esprit.

Si, comme il se fait dans certaines religions, Christ Yéshua est remplacé par une multitude de « placebos religieux » il est alors normal de s’apercevoir que les parvis sont vidés de leur substance essentielle, voir le Seigneur, le Saint de Dieu.


Il n'est pas dans mon intention de faire, ici une étude sur l'Esprit saint, ce n'est pas l'objet du message ; Une approche simple pour mieux comprendre l'objet de ce que nous nommons « le baptême du Saint Esprit »

Mais je sais des souffrances de qui n'est pas « baptisé » du Saint Esprit à cause de nombres explications plus ou moins justes de l'application de cette effusion. Il serait bon de se souvenir que nos bibles sont des traductions dans des langages plus ou moins modernes, et que parfois, le mot retenu n'explique pas la portée spirituelle dans son intégralité.

Une autre possibilité également : il en est parmi nous qui auront été baptisés de feu par l’Esprit Saint avant de connaître le baptême d'eau. Ce fut mon cas il y a 40 années de cela. Je n'avais aucune « éducation religieuse » et ce qui m'arrivait à cet instant demeurera à jamais dans mon âme, avec la même fraîcheur et la même force qu'alors. Dieu est Dieu, il fait ce qu'il veut dans son règne éternel.

Actes 1/2 ...jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel, après avoir donné ses ordres, par le Saint-Esprit, aux apôtres qu’il avait choisis.


Actes 1/5 ...car Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit.


Actes 1/16 - Hommes frères, il fallait que s’accomplît ce que le Saint-Esprit, dans l’Ecriture, a annoncé d’avance, par la bouche de David, au sujet de Judas, qui a été le guide de ceux qui ont saisi Jésus.


Actes 1/8 - Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre.


Actes 2/33 - Elevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père le Saint-Esprit qui avait été promis, et il l’a répandu, comme vous le voyez et l’entendez.


Jean 20/22 - Après ces paroles, il souffla sur eux, et leur dit : Recevez le Saint-Esprit.


Ce ne sont là que quelques exemples qui démontrent plusieurs choses : que l'Esprit Saint de « Je Suis » agissait avant même la réintroduction de Christ Yéshua dans le monde sous forme charnelle, puisque c'est 'l Esprit de Dieu, le même Esprit qui créa toutes choses en les faisant sortir du néant d’où elles se tenaient.

La démonstration est également faite que lors de son enlèvement, Christ s'adressa à ses disciples par le biais de l'Esprit saint tout comme cela se produit maintenant.


On ne peut pas, on ne doit pas essayer de traduire le contenu de la volonté divine, nous ne connaissons que ce qui nous est permis de connaître. Un jour nous connaîtrons comme nous avons été connus. En tant d'entités spirituelles dans le Saint des saints, auprès de « Je Suis » couronné de gloire et de justice.


Deux baptêmes ? Dans la conception religieuse des Institutions ecclésiales, nous en restons là, et c'est tout. Mais est-ce bien là la priorité et l'essentiel de cet action qui nous fait passer de la mort à la vie ? Non !

L'essentiel se trouve dans le sang ! Et pas n'importe lequel. Il ne s'agit pas d'égorger un animal, ni même un agneau pour obtenir le pardon de nos péchés, ou la rédemption de nos âmes flétries et déchues. Non ! C'est erreur mensongère que de le proclamer, c'est erreur pécheresse que de le croire.

Le salut se trouve en Christ Yéshua, au travers du sang qui a été versé, lors du sacrifice volontaire de notre Seigneur Christ Yéshua, le messie de Dieu, Dieu réintroduit dans le monde sous forme charnelle afin d’expier le péché des hommes qui croiront en lui. Le salut passe par toutes ces étapes : le renoncement à ses péchés et à Satan, ce qui s'exprime par l'acceptation du sacrifice de Christ sur l'Autel de Dieu, en occurrence une croix élevée devant le monde ; Par le baptême d'eau en obéissance à ce qui est préconisé par Christ lui-même lorsque Jean hésite à procéder à ce que Yéshua qualifie de juste ; Enfin par cette effusion de Dieu, donnée par Christ Yéshua, qui l'à lui-même reçu par « Je Suis » en tant que Dieu réintroduit dans le monde des humains.


Lorsqu'une âme se donne au Seigneur, lorsqu'elle renonce à son péché et revient vers son Rédempteur et Sauveur, il lui est préconisé le baptême d'eau, mais si on lui parle du sacrifice de la croix, de la mort et de la résurrection de Yéschua ; Si on souligne le Baptême dans le Saint Esprit, il n'est que très peu fait mention de ce baptême principal dans le sang versé à la croix. Le salut passe par le sang de Christ. C'est un baptême.

Pourquoi, a votre avis, Satan et ses démons n'aiment pas qu'il soit fait mention du sang de Christ versé en rédemption pour les âmes humaines ? C'est qu'il en connaît parfaitement la valeur, sa portée, sa puissance.

Celui qui procédera à la deuxième étape sans pour autant avoir discerné l'importance vitale de l'effusion du sang de Christ, sang pur, ne sait pas qu'il va se mettre un joug sur sa vie ; Quand, pour illustrer le dernier cas, celui-là qui prétends exercer les « dons » provenant de l'effusion de l'Esprit saint, j'émets un doute sérieux et je dis que Satan n'est pas loin, allant interférer dans la vie spirituelle de la personne égarée.



LA RESULTANTE DU SACRIFICE SANGLANT DE L'AGNEAU DE DIEU CHRIST YESHUA .



1 Corinthiens 11 /29 ...car celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même.


A un moment crucial, quand le Seigneur se sera totalement abandonné à la volonté de « Je Suis » il dira à ses disciples  - Marc 10/38 - Jésus leur répondit : Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire, ou être baptisés du baptême dont je dois être baptisé ?


Christ est sorti victorieux du combat mené à Gethsémanée, là ou Satan veut s'interposer entre la volonté du Seigneur et celle de « Je Suis » dans l'accomplissement du pourquoi de sa réintroduction parmi les siens.

Les disciples expriment un désir farouche de suivre le Seigneur sans trop savoir ce qui va se faire, ce qui se doit d'être. Christ va ramener toutes choses à leur justes valeurs, et s'il évoque la mort de Pierre, il affirmera que cette coupe, seul, il doit la boire. C'est la coupe de l'Alliance nouvelle, celle qui se fait au travers de la souffrance et du sang versé. Il n'est plus question d'un phénomène placebo comme l'ont connu les Souverains sacrificateurs dans le temple, non ! C'est l'Agneau qui va offrir au monde déchu la seule possibilité existante de se faire pardonner et de revenir à la maison du Père, comme à l'origine d'avant le temps de la Création.


Certaines personnes n'ont rien compris de ce qui se disait lorsque le Seigneur parla de boire la coupe et de manger le pain - Matthieu 26/28 … car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés.

Jean 6/52 - Là-dessus, les Juifs disputaient entre eux, disant : Comment peut-il nous donner sa chair à manger ?


Aujourd'hui, il existe les mêmes argumentations entre rituels religieux. Ce dont je fais référence porte le nom de la TRANSSUBSTANTIATION, âprement discutée, disputée également, et l'opposition entre catholique et protestant

Qu'est-ce donc cette action tant décriée par les uns, essentielle pour les autres ? De quoi s'agit-il et en quoi cela nous ramène au baptême de sang ?

Lorsque nous abordons le sujet, il est bon d'en connaître l'essentiel : la « Transsubstantiation est le phénomène qui est produit par le changement d'une substance en une autre. Il ne faut pas confondre un phénomène de transformation, comme il se fit aux noces de Cana ; l'eau transformée en vin n'est pas le phénomène de la Transsubstantiation, mais celui de la transformation. Rien à voir.


La « Transsubstantiation » est un terme théologique préconisant un changement de substance – le pain et le vin - (matière) par le corps et le sang de Yéshua au travers de l'Eucharistie.

Le Mystère de l'Incarnation (Christ « esprit » venu en chair) trouve son explication dans cette parole contenue dans Esaïe 6/8 - J’entendis la voix du Seigneur, disant : Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous ? Je répondis : Me voici, envoie-moi. Christ esprit dans les cieux envoyé (réintroduit ) dans le monde afin d'accomplir le salut de l'humanité qui croira en Celui qui est envoyé par Dieu « Je Suis » et cela après la Création.

Si « Je Suis » et Yéshua sont une personne dans les cieux, le terme d'Incarnation ne s'applique que dans la partie visible dans la chair, elle n'a aucune application dans les cieux.

Le Mystère de la « Transsubstantiation » trouve, quand à lui, son explication dans cette parole donnée par le Seigneur lui-même - Luc 22/19 - Ensuite il prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Ceci est mon corps, qui est donné pour vous ; faites ceci en mémoire de moi. C'est ici une allégorie qui représente un objet, ici du pain, qui représente le corps sacrifié de l'Agneau de Dieu. Il en est ainsi de cette autre parole contenue dans Matthieu 26/27 - Il prit ensuite une coupe ; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant : Buvez-en tous  et dans 1 Corinthiens 11/25 - De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit : Cette coupe est la nouvelle alliance - Métaphore ? Allégorie ?

Le cœur de la pensée révélatrice du sacrifice de Christ Yéshua est contenu dans cette double révélation ; C'est l'illustration parfaite de ce qui va être afin que s'accomplisse pleinement la Parole divine. Le salut obtenu par grâce se substituant à la sentence de mort qui plane au dessus de l'humanité déchue. Pas de rémission sans effusion de sang.

Le terme lui-même de Transsubstantiation fut employé pour la première fois au concile de Latran, en 1215. Jean 10:18 Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même ; j’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre : tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père.A. D'Aubignier, protestant, affirmera, quand à lui, qu'il est plus difficile d'écrire le mot que de le comprendre.

Le Seigneur s'adressera à ceux qui le suivent en ces termes : si vous ne mangez pas mon corps... si vous ne buvez pas mon sang... Est-ce là une incitation au crime de cannibalisme ? Un peu de sérieux tout de même. Certes pour des néophytes, l'image est « crue » et difficile à comprendre mais tout de même, ceux-là sont de ceux qui marchent avec Yéshua depuis quelques temps déjà. Mais pardonnons-leur puisqu'à nos jours, beaucoup d'entre nous n'ont pas encore compris le spirituel contenu dans cette double révélation.

Christ affirme la réalité de la puissance contenue dans son sacrifice sanglant, et cependant, beaucoup vont le quitter, faute de n'avoir pas compris combien il était porteur du fruit qui anéantissait le poids du péché devant l'Eternel Dieu. Plus question d'égorger un agneau, un mouton, ou autre, non ! La vérité étalée au grand jour : celui que vous définissez comme le fils de Joseph le charpentier - Matthieu 13/55 - N’est-ce pas le fils du charpentier ? Celui dont vous dites : nous connaissons sa famille - n’est-ce pas Marie qui est sa mère ? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères ? Et bien, celui-là dont vous ne faites pas grand cas va vous donner la preuve ultime de l'amour du Père divin dans le sacrifice volontaire de sa vie afin que vous ayez l'opportunité de passer de la seconde mort, mort spirituelle et éternelle, vous entriez dans le salut éternel par le pardon et la réconciliation d'avec celui-là que vous avez offensé - Jean 10/18 - Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même ; j’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre : tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père.


Comprenez-vous qu'avant de passer par les eaux du baptême, vous êtes passé par le flot de ce sang rédempteur et que c'est lui qui ouvre la voie au restant, c'est-à-dire à la possibilité de passer par le baptême d'eau et par l'onction de l'Esprit saint ?


Dès l'Ancien Testament, nous avons l'affirmation que le sang doit couler afin que l'Autel de Dieu en soit recouvert et purifié. Lorsque l'agneau est égorgé sur l'autel, il y a une obligation : celle de l'aspersion du sang de la victime tant sur l'autel lui-même que sur l'individu.

Exode 29/21 - Tu prendras du sang qui sera sur l’autel et de l’huile d’onction, et tu en feras l’aspersion sur Aaron et sur ses vêtements, sur ses fils et sur leurs vêtements. Ainsi seront consacrés Aaron et ses vêtements, ses fils et leurs vêtements.

Lévitique 16/15 - Il égorgera le bouc expiatoire pour le peuple, et il en portera le sang au delà du voile. Il fera avec ce sang comme il a fait avec le sang du taureau, il en fera l’aspersion sur le propitiatoire et devant le propitiatoire.


Lévitique 4/18 - Il mettra du sang sur les cornes de l’autel qui est devant l’Eternel dans la tente d’assignation ; et il répandra tout le sang au pied de l’autel des holocaustes, qui est à l’entrée de la tente d’assignation.


Jean 1/29 - Le lendemain, il vit Jésus venant à lui, et il dit : Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. (sous entendu au travers de sa mort, par le sang innocent qui va couler)


1 Corinthiens 11/29 ...car celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même.


Nous en avons connu de ceux-là qui sans même savoir la portée de leur acte anathème vont mettre la main sur le pain et sur la coupe. Sacrilège ! Ne soyons pas leurs imitateurs, ayons conscience de l'acte que nous accomplissons en tendant la main vers le pain et vers la coupe offerte, ce n'est pas un homme qui la tend vers nous, mais Christ Yéshua qui nous dit : attention ! Es-tu à ce jour dans la condition qui va te permettre de partager le pain et la coupe AVEC MOI ? J'en ai vu qui a peine entré dans l'assemblée, papotant de tout et de rien, prenaient le pain, buvaient à la coupe sans prendre conscience de leur action méchante.

Ne portons pas un jugement contre nous, soyons fidèles dans l'accomplissement de cette demande du Seigneur de partager avec lui les emblèmes de ce qui a été à l'origine de notre salut, sachant que cela revient à dire : c'est mon corps meurtrit pour toi, c'est mon sang versé pour ta rançon.

Je n'ai pas payé de rançon avec des choses périssables, mais avec ce qui demeure en éternité : ma vie.


Soyez bénis, frères et sœurs par ce sang qui a coulé, par cette vie qui fut donnée, par le prix réclamé par Satan qui te condamnait. Tout comme il en fut ainsi pour moi.

Shalom.