Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

BIEN QU'IL FUT FILS....

par Naomie le 9 janvier 2018 

Hébreux 5/8 ... a appris, bien qu’il fût Fils, l‘obéissance par les choses qu’il a souffertes,

Shalom à vous tous qui lirez ce texte.

Le sujet en est difficile parce qu'il est vaste et pénible, tant pour celui qui en parle, que celui qui traverse la vallée de la souffrance.

Tant de choses  ont été dites, de bonnes et de moins bonnes, pareilles à ce que j'ai pu avancer en  2004.

Mais depuis, après bien des souffrances de tous genres, il m'a été permis d'avoir une approche différente  et d’un peu mieux comprendre que la souffrance possède de multiples racines, qui prennent vie dans le monde spirituel pour s'achever dans le monde des hommes.  La profondeur de l'approche de la souffrance ne s'apprend que par la souffrance. Sinon, tel Job, nous ne pouvons que dire : j'avais entendu... mais maintenant je sais !

Ce qui suit n'est pas une analyse des souffrances de Christ, qui suis-je pour me lancer un tel défi ?  Non, je prends seulement pour base la souffrance qui n'a pas épargné le Saint de Dieu, tant à Gethsémané, qu'à Golgotha.

S'il est difficile de comprendre l'épreuve qui nous conduit à vivre des périodes de souffrance, il sera encore plus difficile d'en comprendre et d'en accepter les vertus.

Sans la souffrance, le corps ne sait pas qu'il est malade, et sans la souffrance de l'âme, l'homme ne sait pas qu'il a besoin de Dieu dans sa vie. La souffrance nous modèle, comme le feraient les mains d'un habile potier :

Jérémie 18/4  - Le vase qu’il faisait ne réussit pas, comme il arrive à l’argile dans la main du potier; Il en refit un autre vase, tel qu’il trouva bon de le faire.

Nous ne pouvons bien parler que de ce que nous connaissons, et par sa désobéissance en Eden, l'homme a connu de tout temps la souffrance. Il existe des souffrances de tous genres, mais la plus grande, me semble-t-il, est de vivre sans espérance, sans savoir qu'il existe un Dieu souverain , créateur et sauveur, rédempteur et vivant, fort et puissant, qui sait être juge et père également.

Christ connaît la souffrance puisque pour chacun de nous il est devenu souffrance. Chacune des parcelles de sa vie, de son corps, de son âme ont été brûlées au feu puissant de la souffrance, ce qui l'a poussé à crier à son père l'Eternel Eloïm

Marc 15/34  - Et à la neuvième heure, Jésus s’écria d’une voix forte: Eloï, Eloï, lama sabachthani? ce qui signifie: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi mas-tu abandonné?

Que savons-nous bien de la détresse qui l'a submergé à cet instant ? Déjà il dut mener un combat intense à Gethsémané à l'heure où Satan s'imagine obtenir la victoire finale sur le renoncement de l'épreuve de la souffrance ? Matthieu 26/39 - Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi: Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.

Renoncement ? Non pas !

Matthieu 26/42 -   Il s’éloigna une seconde fois, et pria ainsi: Mon Père, s’il n’est pas possible que cette coupe s’éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite!

Encore aujourd'hui, bien des souffrances insupportables tant la brûlure au fer rougi par le feu s'imprime dans les chairs broyées, incitent l'homme à chercher la paix du corps, à défaut de celle de l'âme, auprès de ceux-là qui vendent à prix d'or, parfois au prix de leur âme, l'illusion d'un peu de répit avant le grand départ.

Je m'insurge contre ces « démons » qui veulent détourner la volonté humaine aux dépens du salut de l'âme, et je les dénonce, les montre du doigt et les interpellent, et cela, jusqu'à mon dernier souffle de vie.

Je ne saurais me complaire dans la souffrance, ni la glorifier. Je glorifie mon Seigneur qui vécut en son corps, son âme, sa chair cette souffrance non pas infligée mais vécue volontairement. N'est-il pas celui qui répondit à Dieu l'Eternel de façon favorable à cette requête : qui enverrai-je ? Esaïe 6/8 -  J’entendis la voix du Seigneur, disant: Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous? Je répondis: Me voici, envoie-moi.

Les faux prophètes, les faux docteurs de la parole de Dieu, les loups meurtriers agissent dans les assemblées afin de détruire selon ce qui est écrit :

Ezéchiel 22/27 - Ses chefs sont dans son sein comme des loups qui déchirent leur proie; ils répandent le sang, perdent les âmes, pour assouvir leur cupidité.

Matthieu 7/15 - Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.

Et Paul de dire :  Actes 20/29  - Je sais qu’il s’introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau,

La souffrance existe dans chacun des domaines de notre vie, et Marie, mère de Christ Yéshua s'entendra  dire : Luc 2/35 ... et à toi-même une épée te transpercera l’âme, afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient dévoilées.

Alors je veux dédicacer ce chant inspiré qu'il m'a été donné de recevoir par le Saint d'Israël il y a longtemps déjà, alors que dans notre assemblée, un frère vivait des temps difficiles, que mon époux était parti rejoindre son Seigneur et que le vent soufflait très fortement autour de nous tous.

Psaumes 107/12 - Il humilia leur cœur par la souffrance; Ils succombèrent, et personne ne les secourut.

Ce chant, dédié  à l'amour de Dieu pour tous ceux, toutes celles qui souffrent et en arrivent à penser que Dieu s'est détourné d'eux.

« Mon Père, mon Père, pourquoi m'as-tu abandonné ?

Mon Père, mon Père, pourquoi seul suis-je resté ?

Mon Père, mon Père, écoute mon angoisse,

Mon Père, mon Père, ne détourne pas ta face !

----

Ecoute, mon fils, la voix de l'Eternel,

Ecoute mon fils, je ne suis pas un dieu cruel !

Je connais tes doutes, et je sais tes craintes,

Et mon cœur brisé pour toi a pleuré !

 ----

Ecoute mon fils, tu es le bien-aimé,

Je suis ton Dieu ton Père, et je suis avec toi !

Je viens à ton secours, je ne tarde pas,

Je me saisis de ta main et je te fortifie !

 ----

Ecoute mon fils, entends la voix du Père,

Je viens à ton secours, j'ai entendu ta voix !

Ton cri, ton appel sont montés jusqu'à moi

Je suis l'Eternel ton Dieu ton Père ! »

Tout comme vous, j'ai entendu bien des conversations concernant ce vaste sujet de la souffrance, de la maladie et de tout ce qui est souffrance en général. Certains d'entre nous assurent avec véhémence qu'un chrétien ne peut pas souffrir de maladie, parce que s'il avait de la foi grosse comme un grain de sénevé, il serait guéri. Ou encore, c'est parce qu'il est pécheur, et n'a pas avoué son péché. Pire encore, c'est un faux chrétien, ou alors c'est un envoyé  du Malin , il n'est pas délivré, etc., etc.... N'ai-je pas ainsi pensé à une époque de ma vie ?  Très probablement, et je n'irai pas jeter la pierre aux ignorants, ayant été une ignorante pareillement.

 

Mais alors, qu'est-ce donc  la souffrance qui nous fait hurler de douleur, ou bien pleurer jusqu'à avoir les yeux et le cœur secs ? Qu'est-ce donc que cela ?

Nous avons de multiples exemples de l'exercice de la souffrance dans la bible, et le premier est Christ Yéshua lui-même, qui fut transpercé par la souffrance, jusqu'à devenir souffrance tandis que Dieu le déclare homme parfait sans péché. Esaïe 53/10 -Il a plu à l’Eternel de le briser par la souffrance… Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours; Et l’œuvre de l’Eternel prospérera entre ses mains.

J'ai été frappée par la souffrance comme par la foudre, et je suis demeurée à jamais marquée dans mon âme et dans ma chair afin de ne plus jamais oublier l'amour de Dieu pour moi, pour nous les hommes, et cela sans condition. Il exerce son amour à qui veut bien le recevoir comme Père, comme Dieu. Job, homme intègre, a souffert très fortement dans son corps, sa chair, son âme. Il fut meurtri à bien des niveaux, n'ayant en partage que mépris et rejet. L'homme détourne la tête devant celui qui souffre, ne sachant pas comment exercer une once de charité chrétienne envers son frère, sa sœur, son semblable. Il détourne la tête et passe son chemin. Job 36/15 -  Mais Dieu sauve le malheureux dans sa misère, et c’est par la souffrance qu’il l’avertit.

Nous soupirons, j'ai soupiré : rends-moi semblable à Toi Seigneur.... Nous disons, proclamons que nous aspirons à lui ressembler, mais nous omettons de penser  que si nous souhaitons lui ressembler, il nous faudra boire à sa coupe. Coupe de la délivrance ? Coupe de l'amertume ? Coupe de la colère ?

Psaumes 75/9 - Il y a dans la main de l’Eternel une coupe, où fermente un vin plein de mélange, et il en verse: Tous les méchants de la terre sucent, boivent jusqu’à la lie.

Matthieu 20/22 et 23 -   Jésus répondit: Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire? Nous le pouvons, dirent-ils.  Et il leur répondit: Il est vrai que vous boirez ma coupe;...

Matthieu 26/27 -  Il prit ensuite une coupe; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant: Buvez-en tous;

Ou plus encore, celle du sang versé pour nous dont il nous est dit : 1 Corinthien 10/16

La coupe de bénédiction que nous bénissons, n’est-elle pas la communion a sang de Christ? Le pain que nous rompons, n’est-il pas la communion au corps de Christ?

La souffrance de Christ ne provient-elle pas non plus, de ceux qui n'hésitent pas à mélanger toutes choses et corrompre ainsi la coupe glorieuse et   magnifique de Christ pour en faire une coupe où le vin a été mêlé au vinaigre, pire encore, mélangé au sang des martyrs ? 1 Corinthiens 10/21 - Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur, et la coupe des démons; vous ne pouvez participer à la table du Seigneur, et à la table des démons.

La souffrance prédispose l'homme à faire le mal Job 36/21 -   Garde-

toi de te livrer au mal, car la souffrance t’y dispose. Plus encore, l'homme la prend

à témoin afin de justifier son incapacité de vivre pleinement la foi qui lui a été donnée

gratuitement, allant jusqu'à prétendre qu'il a été mal servi.

Matthieu 21/21 -  Jésus leur répondit: Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi et que vous ne doutiez point, non seulement vous feriez ce qui a été fait à ce figuier, mais quand vous diriez à cette montagne: Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, cela se ferait.

Luc 17:5  et 6 -  Les apôtres dirent au Seigneur: Augmente-nous la foi. Et le Seigneur dit: Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à ce sycomore: Déracine-toi, et plante-toi dans la mer; et il vous obéirait.

Luc 18/8  Je vous le dis, il leur fera promptement justice. Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre?

Nous ne voulons pas souffrir, nous le savons bien et ce n'est pas la peine de se voiler la face. Qui de nous acceptera de vivre de manière misérable, dépouillé, moqué, mis à mal, mis à nu ? Qui ? Vous ? Moi ? Qui ?  Pierre de dire : je mourrais pour toi.... Nous connaissons tous la réponse de notre Seigneur : Marc 14/30 - Et Jésus lui dit: Je te le dis en vérité, toi, aujourd’hui, cette nuit même, avant que le coq chante deux fois, tu me renieras trois fois.

Nous pourrions en rajouter encore et encore tant le sujet est vaste. Mais il est une chose

insupportable c'est que les soucis du monde ont étouffé la foi, offrant une vision désolée

de la chrétienté,  laissant le monde sur une position d’incertitude et de néant, perdu et

désolé, partant à la dérive en entraînant à sa suite celle qui devrait la tirer vers le

Seigneur. Nous n'avons pas d'excuse ! Aucune ! Je n'en ai pas, vous non plus ! Nous étions destinés à vivre la vie de Christ Yéshua en sa gloire éternelle, mais notre compréhension de la foi nous éloigne de la fabuleuse destinée qui est nôtre.

Les martyrs d'hier et ceux d’aujourd’hui, dans la souffrance, ne pèsent pas lourd dans nos prières pour les vivants, et les souvenirs pour les autres.

Hommes de peu de foi dit le seigneur ? Et je dis Seigneur ! Augmente ma foi

Où est ce brasier qui faisait que nous brûlions en dehors comme au dedans, incitant les hommes de tout âge à aller vers le Seigneur ? Moïse se voile la face,

nous n'en avons pas besoin, le chandelier a été mis sous le boisseau. Pire, notre foi s'est

flétrie à cause des soucis de la vie.

Luc 8/14  - Ce qui est tombé parmi les épines, ce sont ceux qui, ayant entendu la parole, s’en vont, et la laissent étouffer par les soucis, les richesses et les plaisirs de la vie, et ils ne portent point de fruit qui vienne à maturité.

Luc 21/34 - Prenez garde à vous-mêmes, de crainte que vos cœurs ne s’appesantissent par les excès du manger et du boire, et par les soucis de la vie, et que ce jour ne vienne sur vous à l’improviste;

Un exemple de parfaite souffrance ? Esaïe 53/3  - Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas.

Et pourtant...

Sauveur, Rédempteur, Dieu Tout Puissant.... Nous pouvons le proclamer, le chanter, le crier ! Il est tout cela à la fois, et pourtant, nous nous détournons de lui parfois sans le vouloir, sans même le savoir, mais nous le faisons. C'est pourquoi, il nous avertit de mille manières, allant jusqu'à défier l'intelligence religieuse en affirmant qu'il est venu accomplir la loi en lui, en sa mort, en sa résurrection aussi. Matthieu 5/17 -  Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.

C'est pourquoi ne méprisez en rien la parole divine, elle forme un tout en Christ Yéshua, et rien ne nous met à l'abri du jour de la colère à venir.

Apocalypse 6/16 -  Et ils disaient aux montagnes et aux rochers: Tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l’agneau;

Apocalypse 14/19 - Et l’ange jeta sa faucille sur la terre. Et il vendangea la vigne de la terre, et jeta la vendange dans la grande cuve de la colère de Dieu.

Apocalypse 15/1 - Puis je vis dans le ciel un autre signe, grand et admirable: sept anges, qui tenaient sept fléaux, les derniers, car par eux s’accomplit la colère de Dieu.

Apocalypse 15/7 - Et l’un des quatre êtres vivants donna aux sept anges sept coupes d’or, pleines de la colère du Dieu qui vit aux siècles des siècles.

Apocalypse 16/1 - Et j’entendis une voix forte qui venait du temple, et qui disait aux sept anges: Allez, et versez sur la terre les sept coupes de la colère de Dieu

SHALOM.


 

title

Click to add text, images, and other content