Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

 
J’ACCUSE !

 

 

Par Naomie, le Mardi 3 Juin 2008.


Ephésiens 6/19 - Priez pour moi, afin qu'il me soit donné, quand j'ouvre la bouche, de faire connaître hardiment et librement le mystère de l'Evangile… et la parole du Seigneur.

Ce titre peut paraître étrange n’est-ce pas ?
J’accuse ! Combien ce mot est terrible et incisif.
C’est un mot « presque » bannit du langage évangéliquement correct de notre société ecclésiale. On ne sait jamais !
L’accusateur, c’est le Malin, etc.…Et bien je prends le risque de déplaire à tous ces biens-penseurs qui eux-même, en jugeant, se font accusateurs.
Je n’ai pas à m’excuser de dire la vérité, ni même de ne pas vouloir l’enrober dans du papier cadeau. La vérité ne s’habille de rien, elle est et c’est tout.
Yéshua est La Vérité en lettres majuscules, et rien ne peut remplacer celle-ci.

Malachie 2/6 - La loi de la vérité était dans sa bouche, Et l'iniquité ne s'est point trouvée sur ses lèvres; Il a marché avec moi dans la paix et dans la droiture, Et il a détourné du mal beaucoup d'hommes.

Et je ne réclame pas non plus l’indulgence des hommes, ce serait accepter une certaine culpabilité.

Actes 5/29 - Pierre et les apôtres répondirent: Il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes.

Je ne m’adresse pas à ceux qui exercent l’iniquité sous le manteau hypocrite de la religiosité,

Matthieu 23/13 -  Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous fermez aux hommes le royaume des cieux; vous n'y entrez pas vous-mêmes, et vous n'y laissez pas entrer ceux qui veulent entrer, mais à ceux qui sont les biens-aimés du Seigneur Yéshua, Fils de notre Père céleste qui nous dit : Matthieu 17/5 - Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles: Celui-ci est mon  Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection: écoutez-le et de qui sa mère dira (Jean 5/25) - faite tout ce qu’Il vous dit ».


J’accuse !


Parfois, il est bon de s’exprimer ainsi et d’oser dire tout haut ce qui se dit tout bas, ne serait-ce que pour avoir la paix dans sa conscience.

Le 13 Janvier 1898, un homme, Emile Zola, se fit le porte-parole de plusieurs qui n’acceptaient pas le verdict inique prononcé contre un capitaine, le capitaine Dreyfus.
Celui-ci  fut le « bouc-émissaire » d’une justice desservant un Etat antisémite, et il devint donc la victime d’un crime(espionnage) qui le conduisit à Cayenne, bagne réputé pour sa dureté.
Après l’engagement littéraire de l’écrivain journaliste et la parution de cet article dans le journal « l’Aurore », ce qui était « l’affaire Dreyfus » devint le « cas de conscience  Dreyfus »  et une tache indélébile sur la page historique de la France.

Ceci est un extrait de l’article cité : j’accuse !
« Puisqu'ils ont osé, j'oserai aussi, moi. La vérité, je la dirai, car j'ai promis de la dire. Si la justice, régulièrement saisie, ne la faisait pas, pleine et entière. Mon devoir est de parler, je ne veux pas être complice. Mes nuits seraient hantées par le spectre de l'innocent qui expie là-bas, dans la plus affreuse des tortures, un crime qu'il n'a pas commis.
Et c'est à vous, monsieur le Président, que je la crierai, cette vérité, de toute la force de ma révolte d'honnête homme. Pour votre honneur, je suis convaincu que vous l'ignorez. Et à qui donc dénoncerai-je la tourbe malfaisante des vrais coupables, si ce n'est à vous, le premier magistrat du pays »

Ce préambule vous semble inutile ? Je ne le pense pas. Ceci est une manière de positionner ce qui sera maintenant écrit.

Shalom à vous tous.

Naomie, servante "inutile" du Seigneur Yéshua.

Lundi 2 Juin 08 au matin :

Je me tiens devant le Seigneur, bible ouverte, et me remonte en mémoire une parole qui m’a été donnée personnellement à Montélimar il y a quelques années. Je médite sur tout cela, passé, présent, et avenir aussi. Celui-ci n’est pas brillant, je vous l’affirme.

Je ne courre pas les lieux « visités » par Dieu, parce que la question qui se pose en vérité : quel Dieu est présent dans ces lieux ?
Donc, ce matin du Lundi, je laisse ma mémoire faire remonter en lumière des paroles entendues que j’ai pleinement acceptées lorsque celles-ci me furent anoncées.
L’Esprit Saint en moi sachant faire la différence, même lorsque je fus radicalement accusée de ne pas savoir faire la différence entre les « choses de Dieu » et celles de l’ennemi. Dieu seul sait !
Manque de discernement ? Pourquoi pas ! Seul le Seigneur le possède naturellement, et je ne me comparerais surtout pas à lui.

Une pensée me vint : « on ne se met à faire les choses que lorsque vient le temps de les faire ».

Quelqu’un dirait une « lapalissade », mais c’est la réalité ; qui agirait avant le temps sinon un insensé ?
Puis aussi : la simplicité n’est pas le simplisme, le Seigneur n’est pas le « père noël ».

Simple : qui n’est pas double ou multiple (selon une des définitions du mot), qui n’est pas compliqué, sans recherche, sans apprêt.

Simplisme : tendance à simplifier d’une manière excessive.

Simpliste (qui exerce le simplisme) : d’une simplicité exagérée, qui ne considère qu’un aspect des choses (diction.Larousse).

La veille au soir, sur un appel téléphonique, une sœur essayait de me convaincre que « tous il est beau, il est gentil ». Mon cœur lui disait non !

Non ! Avec le Seigneur, ça ne fonctionne pas ainsi.

Puis encore une nouvelle fois, le Saint Esprit me ramena quelques jours plutôt sur une explication qui me fut donnée concernant les élections présidentielles américaines, et deux des candidats prétendants à l’investiture : Madame H. Clinton et Monsieur B. Obama.

Cela me paraissait un peu curieux cet « engouement » du Seigneur pour cette élection, mais Il est celui qui nomme à la tête des peuples ceux qu’Il se choisit, et Il nous demande de prier pour eux -  1 Timothée 2/2 -  pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté.
Notre bonheur sur terre en dépend (en partie).

Je me souviens d'avoir eu, il y a plusieurs semaines,  la vision du bureau ovale de la Maison Blanche, bureau présidentiel il s’entend.
"Je « voyais » des individus quitter la table et le bureau par lui-même, avec des mines et attitudes agressives vis-à-vis de l’habitant principal, c’est-à-dire du  Président en personne.
Il y avait une position non pas de replis ni de fuite, mais de désaccord entre les protagonistes de la scène, et cela concernaient les élections actuelles.
Certains étaient pour, d’autres non ! Pour quoi oui? Pourquoi non ?
Je pense en ce jour que le simple fait d’une double candidature Clinton/Obama pose problème pour les raisons développées ci-dessous.

« Madame Hillary Clinton est adultère, parce que son époux Bill Clinton l’a été ».

La parole est rude mais oh combien véritable selon l’écriture sainte : Genèse 2/24 - C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.
On dit d’un membre qu’il est gangrené ou lépreux même si la tache est minuscule, l’individu est malade, il a la gangrène, il est lépreux.
Soit une chair de bénédiction, soit une chair de malédiction.
Matthieu 19/5 - 6 - et qu'il (Dieu)  dit: C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair? Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l'homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint.

1 Corinthiens 6/16 -  Ne savez-vous pas que celui qui s'attache à la prostituée est un seul corps avec elle? Car, est-il dit, les deux deviendront une  seule chair.

Dans ce cas précis, c’est l’homme qui s’est prostitué avec d’autres femmes, objets de ses désirs méchants. Et comme, selon ce qui est écrit, il ne fait plus qu’un avec son épouse, elle est de la même façon entachée du même péché. C’est pourquoi celle qui se présente à l’investiture suprême est selon la bible, adultère. Dieu ne pèse pas les courants de nos vies sur une balance faussée.

Proverbes 11/1 -  La balance fausse est en horreur à l'Eternel, Mais le poids juste lui est agréable

Monsieur B. Obama est « noir » mais il est le Président des Etats-Unis d’Amérique !

Telle était la parole entendue.


Entendant cette parole, je me demandais bien si je n’avais pas rêvé.

Il me fallut un peu de temps pour assimiler la suite : « Sauf si on ne l’assassine pas avant ! »

On peut tuer avec une arme, mais la plus cruelle des morts peut être procurée par la langue.
Après un langage vénéneux, après une accusation ou autre, il se passe un phénomène très simple à démonter : montez sur une hauteur, puis secouez un oreiller. Le duvet prend la course du vent et peut se répandre sur une grande distance. Lorsque nous essayons de ramasser celles-ci, il en reste éparpillé partout.
C’est comme cela : IL EN RESTERA et tout peut basculer d’un instant à l’autre, poussant l’accusé jusqu’au suicide.

La déception n’est pas que  celle venant des autres, mais nous pouvons être déçus de nous-mêmes, par nous-mêmes.

Mardi 3 Juin 2008 au matin :

Pareillement à l’épouse de P.Pilate concernant Yéshua, je peux dire que B.Obama m’a cette nuit fait souffrir au point qu’il ne m’était pas facile de trouver le sommeil. Et pourtant, je voulais dormir. Alors comme a mon accoutumé, je me positionnais dans ma posture d’endormissement mais je priais avec conviction en « langue ».Je « voyais » l’emblème de la C.I.A. Sachant ce qu’il était, ce qu’il représentait, sans trop le définir.

Puis de nouveau Monsieur B. Obama objet des pensées du Seigneur, objet de mes pensées.
La suivante fut : comme J.F.K et Ted son frère, la C.I.A. tentera de le tuer.
La tentative se fera pendant l’investiture.


Actuellement, ils laissent faire, allant jusqu’à le « protéger » d’eux ; cela satisfait à leur désir de mettre un plan d’action a exécution. Mais après…

Ils sont les commanditaires des guérilleros colombiens dans leurs actions d’enlèvements d’otages dont Mme I.Bétencourt.
Il ne faut pas oublier qu’elle représentait une menace pour le régime en place.
 
Les « Pouvoirs » ont le sang pour trône.

Le « jeu » du Pouvoir : promettre pour obtenir, puis diviser pour régner.
Activer et entretenir des climats de contestation qui ont pour but de détourner l’attention de ceux qui ont des yeux mais qui ne voient pas (Jérémie 5/21). Cette procédure éloigne les peuples et nations de la vérité fondamentale qu’est Yéshua, Messie de Dieu, et permet la mise en place d’un système de globalisation par un autre système : la mondialisation.

Ce « système » unique va permettre la pensée universelle, qui va introduire l’action universelle au grand jour, elle-même vecteur de la venue de l’oint satanique.

Tel un hochet agité devant le regard d’un bébé pour attirer son attention, et souvent le faire taire, telle est la politique actuelle, tant nationale qu’européenne, et mondiale.

Il ne faut surtout pas perdre la vision essentielle : chaque pays est concerné, y compris la France.
C’est un « système » qui emprisonne, telle la toile de l’araignée, tous ceux qui se laisseraient piéger. Quand bien-même un homme d’Etat voudrait y échapper qu’il ne le pourrait pas !
Ce ne sont pas les hommes qui ont le contrôle, mais c’est l’esprit de contrôle qui agit dans Le Pouvoir.
Le pouvoir de l’église n’y a pas échappé ; il s’est englué seul, parce que le pouvoir de l’église est passé d’une dimension spirituelle à un simple fait d’action charnelle.
Elle a perdu le « Pouvoir » divin dans la vérité de Christ Yéshua parce qu’elle ne le désire plus.
Les hommes n’aiment pas le partage, et en ce qui concerne Dieu, il n’y a pas de partage, la gloire seule Lui revient à lui et lui seulement.

Jean 12/43 - Car ils aimèrent la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu.


Le pouvoir de l’église est assujettit à ce système global totalitaire qui fait d’elle à la fois la victime et le bourreau. Victime parce qu’elle ne voit plus la « Lumière » et bourreau parce qu’elle empêche les perdus de recevoir la « Lumière ». Le pape est la représentation de ce pouvoir, et il est reçu comme un « Patriarche » faisant loi par les plus grands chefs d’Etats mondiaux.

Mi-ange, mi-démon! Voilà ce qu’est devenue celle qui, a l’origine, correspondait à la fiancée décrite dans le Cantique des Cantiques


Il y a des choix à faire, et vite, vu l’urgence des temps qui sont devant nous. Or, le choix actuel de la vierge du passé est la prostitution sacrée certes, mais d’épouse elle est devenue vestale. Et pourquoi ?
Parce que la compromission est la mouvance de ton choix.

Nous ne devons pas nous illusionner devant ce système planétaire, mais il nous faut crier à la « Lumière » pour qu’elle se lève sur nos ténèbres qui s’épaississent de plus en plus.

Une vie n’est rien devant ces rouages puissants, mais la vie est tout en Celui qui est la vie et qui la donne.

Alors, que faire devant ces « états » dans l’Etat ?
Comment déjouer les ruses d’une machine étatique qui veut briser ceux et celles qui se mettent au travers de sa route ?
D’autres hommes y ont laissé leur vie. Savaient-ils ce qui les attendaient ?

Monsieur B. Obama est un de ces hommes qui se dressent contre la guerre en Irak (?) Devant J.F.K, un homme était désireux que la guerre au Vietnam se poursuive parce qu’en celle-ci, il y avait des dollars à gagner.
Un jour, il y eut Dallas…

Les politiques de ce monde veulent le pouvoir et la puissance dans un règne terrestre à l’image du terrestre.

Satan se permis de défier le Saint et de lui promettre le monde à Ses pieds.
Aujourd’hui rien de nouveau, les évènements mondiaux nous le prouvent ; et notre adversaire nous défie dans un plan gigantesque ou se mêlent la vie et la mort.
Mais qu’il sache, lui et les puissants de ce monde qui le servent , que le règne et la gloire, et le pouvoir appartiennent à Celui qui dit : Sans Moi, il ne peut rien se faire, et J’ai vaincu le monde (y compris ce qui le représente).

Shalom Seigneur ! Ta victoire sur la croix est une victoire éternelle.

Et je te prie selon Ta volonté, que B.Obama soit gardé afin que s’accomplisse Ta volonté pour cette nation pécheresse qui a besoin de Toi.

 

Shalom.