Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

title



APPEL
 
A LA REPENTANCE
 

Par Naomie le 24 Mars 2011.

 Il m'a paru judicieux de mettre quelques uns des messages donnés par l'Esprit Saint durant une époque, comprise entre 2005 et 2006, afin que ceux qui, d'entre vous, n'en avez pas eu révélation, puissiez lire et peut-être mieux comprendre les situations mondiales de ce jour. Nous avons été averti, encore et encore, mais semblable à des petits enfants, nous sommes demeurés boudeurs et capricieux, nous voilant la face et continuant à danser sur les volcans de nos vies.

Cela doit cesser, nous avons eu le temps, encore un peu nous sera accordé, puis viendra le temps ou nous pourrons, telle la fourmis de Jean de la Fontaine, pleurer devant notre précarité, voir plus, nous nous entendront dire des paroles que je redoute : arrière de moi, ouvriers d'iniquité; je ne vous ai pas connu.

Seigneur, que ces paroles  que tu nous a adressé  portent enfin leur fruit pour notre salut et pour la gloire de notre Dieu.

Amen.

 

Apocalypse 22/6 -  Et il me dit: Ces paroles sont certaines et véritables; et le Seigneur, le Dieu des esprits des prophètes, a envoyé son ange pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt.

 

 

 


Shalom à vous tous qui lirez ces textes; ils ne sont pas le fruit de mon imagination, mais ils sont LA PAROLE PROPHETIQUE donnée par Yéshua, notre Seigneur et Dieu.

Ce matin, ma réflexion se portait sur cette parole prophétique que notre Dieu, dans son infinie bonté et grande miséricorde pour nous les hommes, et je frémissais en moi, intérieurement,développant la signification de cette PAROLE PROPHETIQUE qui n'est autre que le Verbe révélé à l'humanité afin que cette dernière sache, s'appuyant sur du solide, que la Prophétie véritable est parole sacrée.

Oui, je le dis, parole sacrée, parce que le Verbe de Dieu est Christ révélé aux hommes dans la puissance de sa vie, de sa mort et de sa résurrection,  dans le salut offert aux pécheurs que nous sommes, salut accomplit pleinement à Golgotha.

Ce que je veux dire, en avant propos, c'est que nul n'a le droit de s'approprier cette parole pour sa propre cause, pour sa propre gloire; elle est de Dieu, elle lui appartient, parce que le Seigneur est venue la révéler, l'accomplir.

Celui, celle qui, de sa propre initiative, s'empare de cette parole, proclamant : Dieu a dit alors que Dieu ne lui a pas parlé est coupable de mensonge et la parole biblique est intransigeante à ce sujet :  Ezéchiel 13/6 et 7 -  Leurs visions sont vaines, et leurs oracles menteurs; Ils disent: L’Eternel a dit! Et l’Eternel ne les a point envoyés; Et ils font espérer que leur parole s’accomplira. Les visions que vous avez ne sont-elles pas vaines, Et les oracles que vous prononcez ne sont-ils pas menteurs? Vous dites: L’Eternel a dit! Et je n’ai point parlé.

Ezéchiel 13/9 - Ma main sera contre les prophètes Dont les visions sont vaines et les oracles menteurs; Ils ne feront point partie de l’assemblée de mon peuple, Ils ne seront pas inscrits dans le livre de la maison d’Israël, Et ils n’entreront pas dans le pays d’Israël. Et vous saurez que je suis le Seigneur, l’Eternel.
Ezéchiel 2/29 (21-34) -  Au milieu de tes visions vaines et de tes oracles menteurs, elle te fera tomber parmi les cadavres des méchants, dont le jour arrive au temps où l’iniquité est à son terme.

Alors, avant que la colère du tout-Puissant n'éclate sur vous, une seule chose à faire, en toute priorité : VOUS REPENTIR, et peut-être que le Seigneur arrêtera sa main avant qu'elle ne vous atteigne.

Joël 2/12 -  Maintenant encore, dit l’Eternel, Revenez à moi de tout votre coeur, Avec des jeûnes, avec des pleurs et des lamentations!

Amen.

Dis aux hommes de la terre
(Parole du Seigneur Dieu)


Dis aux hommes de la terre : pourquoi lorsque Je parle vous n’entendez pas, vous n’écoutez pas Ma voix ? Pourquoi consulter ceux qui de toute évidence ne peuvent rien pour vous dit le Seigneur ? Je suis Celui qui crée la plaie et Je suis Celui qui bande la plaie. Mais Je dis à la terre aujourd’hui, ta plaie est profonde, ta plaie est sérieuse. Qui cherches-tu pour panser cette plaie ? Malheureuse, battue à tous vents de doctrine, qui cherches-tu ? Qui peut t’apporter ce que tu réclames désespérément et que tu ne peux trouver ?  Car cela n’est pas dans le cœur de l’homme. Tu cherches la paix mais il n’y a pas de paix dit le Seigneur. Parce-que la paix que tu proposes à l’homme n’est qu’une paix construite sur les préceptes de l’homme. Et Moi J’ai dit : faites la paix avec Moi, sinon il n’y aura pas de paix. Combien de fois J’ai maintenu la paix au milieu de Mon peuple. Combien de fois Je lui ai donné la paix accompagnée de signes et de prodiges afin qu’il ne doute pas et qu’il se tourne vers Moi. Ils ont tout oublié et lorsqu’ils parlent du passage de la mer rouge ils disent : c’était du temps de Moïse mais ce n’est plus pour aujourd’hui. Et Moi Je dis : Je suis vivant. Pourquoi lorsque Je m’adresse à l’humanité celle ci n’écoute pas ? Messieurs les grands de la terre, vous vous réunissez mais chacun veut tirer la couverture à soi. Et tout ce que vous proposez n’est que pour recevoir profit. Vous oubliez la justice et la charité. Qui croyez-vous tromper dans vos colloques, qui croyez-vous impressionner ? Vous ne Me trompez pas, vous ne le pouvez pas. Je suis vivant. Je vous regarde dans vos actions et dans vos pensées. Vous jouez aux apprentis sorciers et vous dites : j’ai autorité et pouvoir et je fais. Et Moi Je dis : si vous n’exercez pas la miséricorde, Je ne vous ferai pas miséricorde. Et Je vous secourrai à main forte et à bras étendus. Regardez autour de vous. Que cherchez-vous ? Dans la désespérance de vos cœurs, qu’offrez-vous à ceux qui attendent dans la désespérance de leur vie ? Que pouvez-vous leur offrir, sinon le néant de vos propres vies ? Que cherchez-vous ? Qui cherchez-vous en réalité ? Je suis vivant dit le Seigneur et Je vous ai dit : il n’y aura pas de paix parce-que Je ne permettrai pas à la paix que vous voulez établir de prendre forme et vie car dans cette paix il n’y a pas de place pour Moi. Noël, que savez-vous de la réalité de Noël ? Vous bradez cela comme une fête monstrueuse et vous avez oublié que Je suis le vivant. Je ne me tiens pas au milieu de vos fêtes. Car vous voulez m’offrir ce que Je ne peux accepter et Je rejette cela. Je ne suis pas au sein de vos assemblées. Et Je ne me tiens pas dans le cœur de vos citadelles. Ce que vous appelez églises. Je ne m’y trouve pas. Pourquoi lorsque Je veux parler à l’homme, celui qui a été crée par l’amour absolu du Père, pourquoi ne suis-Je point entendu ? Vous voulez encore boire votre eau dans les citernes crevassées de vos vies, mais n’y avez-vous  point déjà goûté l'amertume ? Lorsque vous buvez à ces citernes, ne sentez-vous pas le goût qui s’en dégage ? J’ai dit : venez ! Venez à la fontaine de Siloë ! Venez et vous y boirez l’eau qui vous fera retrouver la vue. Terre, Je veux encore te parler mais toi pourquoi ne veux-tu plus m’entendre ? Pourquoi parles-tu de choses me concernant alors que tu ne me connais plus ? Pourquoi dis-tu sans cesse que Dieu parle, que Dieu dit, que Dieu fait. Pourquoi me rends –tu responsable de ton péché ? Je te le dis, Je ne participe pas à tes agapes au travers desquelles tu méprises le plus petit. Comment pourrais-Je être participant à ta débauche ? Je me cherche un peuple. Je le cherche. Et Je le veux petit mais Je le veux glorieux. Je Me cherche un peuple docile capable de marcher sur Mes traces sans s’inquiéter de ce qui sera à droite ou à gauche. Sans regarder en arrière. Je me cherche un peuple de sacrificateurs pour la gloire de Mon Père. Je me veux un peuple obstiné qui marchera avec Moi sans s’inquiéter des conséquences de Sa volonté. Terre, Je t’ai parlé de nombreuses fois. Je t’ai donné des signes et accompli des prodiges. Je t’ai révélé l’amour de Mon père. Et toi pourquoi me tournes-tu le dos ? Terre, Je parle encore. Ecoute-Moi ! Cesse, cesse de marcher dans tes voies en disant qu’il y a un Dieu, peut-être. Terre, tu deviens stérile et tu ne produis que des raisins amers. Terre repens toi et écoute Moi. Un jour proche tu voudras fléchir les genoux et Je te dirai qu’il sera trop tard. Ce que Je veux c’est que tu prennes conscience de ton état, de ta déchéance. Dans ta folie tu as brisé, bradé ton héritage. Tu as pensé que la terre t’appartenait. Terre, tu ne t’appartiens pas car toutes choses m’ont été remises entre Mes mains par Mon Père. Et un jour Je dirai : Père, regarde Mes mains et il n’en manque aucun de ceux que Tu m’as donnés. Terre, en écoutant cela, crois-tu être du nombre ? Oui Je t’appelle terre, parce-que tu veux t’identifier à la terre mais tu n’as oublié qu’une chose, c’est que tu es fait de chair et de sang. Et c’est à toi homme que Je parle. Aujourd’hui Je te le dis : repens toi car bientôt les portes de la grâce se fermeront et alors tu périras car il en est ainsi comme du temps de Noë. Aujourd’hui tu vis ta vie et tu oublies d’où tu viens. Tu as oublié le secret de ta naissance et tu te donnes des docteurs pour te soigner. Mais Moi Je te dis : terre, Je suis Celui qui crée la plaie et Je suis Celui qui bande la plaie. Mais si tu ne viens pas à Moi, qui bandera ta plaie douloureuse et profonde ? Terre, réfléchis ! Arrête tes bruits et arrête tes danses. Réfléchis et écoute Celui qui te parle en cet instant. Pourquoi, lorsque Je veux parler, alors, celui-ci ne m’écoute pas. La terre m’appartient et tout ce qu’elle renferme aussi. C’est pourquoi terre, un jour, Je viendrai non pas en conquérant mais Je viendrai en vainqueur. Car déjà tout est accompli. Et Je te dis repens-toi car un jour Je ne dirai plus rien. Terre, entre maintenant dans ta destinée. Et dans les plans que J’ai accomplis, que J’ai préparés pour toi. Il est temps dit le Seigneur. Car vois-tu, aussi vrai que le matin vient après la nuit, aussi vrai qu’il y a un soleil et des étoiles, aussi vrai Ma parole s’accomplira, ne passera pas car Je suis vivant dit le Seigneur et Je reviens. Je reviens dans Mon règne, Je reviens dans la gloire du Père.  Je reviens et terre, il n’y aura plus rien à dire. Alors en ce jour, alors que Je veux encore te parler, écoute-Moi. Prête attention ! Sache que Celui qui s’adresse à toi porte un nom. Et Mon nom est celui qui est au-dessus de tout nom. Un jour terre, tu fléchiras les genoux, tu confesseras que Mon nom est Emmanuel. Mais terre, qu’en sera - t ’il à ce moment là ? Alors terre, dépêche-toi ! Parce-que maintenant Je te parle encore dit le Seigneur.

    

Message du  10 septembre 2005

 

Ce message s'adresse plus précisément à ceux qui disent : j'ai un appel sur ma vie. Moi aussi, dès 1974, j'ai reçu, dans mon âme, gravé en lettres de feu et de sang, un appel pressent, urgent, qui ne me laissait pas la possibilité de refus, et je suis entrée dans cet appel, en force et puissance, devant, par la suite, apprendre tout ce qui m'était étranger, entre autre l'humilité du coeur.

Que celui, celle qui prendra ces paroles pour sa vie sache bien qu'il y a un prix a payer, et ce prix s'appelle souffrance, incompréhension des autres, marche solitaire.

J'ai accepté de payer ce prix, dans la souffrance, dans les larmes, dans le rejet, mais sachez pourtant ceci : si c'était a refaire, j'accepterai de recommencer.

Christ a payé plus cher pour moi, et comme Paul, je dis que les souffrances d'aujourd'hui ne sont rien par rapport à ce qui m'attend. Shalom à vous et courage. Naomie.

Le Seigneur dit : Lorsque Je dépose dans le cœur d’un homme ou dans le cœur d’une femme une vision, lorsque J’y installe un projet, celui qui reçoit cette vision, celui qui reçoit ce projet, est unique dans cette vision ou dans ce projet. Et il devient dépositaire de Ma vision ou de Mon projet dit le Seigneur. Lorsque Je donne à un homme ou à une femme, une vision ou un projet, Je ne le fais que gérant de cette vision ou de ce projet. Mais Moi J’en suis le propriétaire. C’est Ma vision pour l’humanité. C’est Mon projet que Je dépose dans un cœur, dans une âme. Et Je demande à celui qui reçoit ce projet, cette vision, de le faire fructifier. Pourtant lorsque J’appelle un homme, une femme dans un service spécifique, que cet homme, que cette femme, sachent que comme Samuel donné à Dieu dans Sa petite enfance, il subira Mon éducation car c’est Moi qui ai fait grandir Samuel pour le service futur que Je projetais sur sa vie. Samuel m’avait été donné par sa mère. Et il entra en Ma présence dès sa plus tendre enfance. Et là, avec le prophète, en Ma présence, il reçu instruction. Il n’entra pas à Mon service de suite. Il reçu d’abord instruction. Pour qu’un jour en fin il puisse entrer dans le service que j’avais prévu pour sa vie. Il en est de même pour celui ou celle que j’appelle à Mon service. Je dépose une vision. Cette vision, un seul la reçoit. Et pourtant il faudra qu’elle soit comprise du plus grand nombre de ceux que J’appelle à œuvrer dans cette vision, dans ce service, dans ce plan. Ce n’est pas facile. Mais pourtant Je suis là présent et J’ouvre le chemin dit le Seigneur. Afin que les choses s’accomplissent selon Ma volonté. Ce qu’il faut savoir, ce n’est pas ta vision et ce n’est pas ton service. C’est Ma vision et c’est Moi dit le Seigneur qui l’a dépose dans le cœur de l’homme ou de la femme que Je cherche pour ce service, dans cette vision. Pourtant ce n’est pas avec ton humanité que Je travaillerai dit le Seigneur. Pour entrer à Mon service, il faut accepter d’être dépouillé de son humanité. Il faut accepter d’être dévêtu pour être revêtu de ce que Je désire que Mon envoyé porte. Ce ne sont pas les œuvres qui feront que la vision portera du fruit. C’est l’abandon du dépositaire. C’est son humilité, c’est son écoute, c’est tout cela qui fera que cette vision semée dans un cœur germera et portera du fruit en son temps. Il est un temps pour tout chose. Et celui que J’appelle à Mon service doit commencer par accepter d’être dépouillé de Son humanité. Trop souvent celui, celle que J’appelle s’imagine être au dessus des autres. Non ! Ce n’est pas cela. J’ai été envoyé par le Père. Et pourtant de maître ne suis-Je pas devenu serviteur ? Alors si Moi le maître Je suis devenu serviteur que Mon serviteur entende la voix de son maître lui dire Oui Je t’ai choisi, oui Je t’ai confié une vision, oui elle est semée dans ton cœur. Mais attends qu’elle germe. Laisse lui le temps de grandir. En attendant, accepte d’être dépouillé. Accepte de perdre ce qui demeure de ton humanité. Viens devant Moi. Demande Moi ce collyre dont tu as besoin. Accepte d’être revêtu. Accepte de recevoir de Ma main ce que Je veux te donner. Accepte et comme Samuel, entré en Ma présence au temps de son enfance, tu grandiras. Tu grandiras et au moment voulu tu seras alors riche de cette vision qui aura germée dans ton cœur et dans ton âme. Je confie à un homme, à une femme, une vision, un service, mais ce n’est pas pour autant qu’il ne faut pas accepter d’être enseigné. Qu’il ne faut pas accepter de grandir. Un jour tu diras, lorsque j’étais enfant je parlais le langage de l’enfant et puis je suis devenu homme et maintenant je parle le langage de l’homme J’ai planté dans ta vie une vision. Laisse lui le temps de lever. Laisse lui le temps de porter son fruit. Laisse toi dépouiller encore. Ne regarde pas à ce que tu as perdu, regarde à ce qu’il reste à perdre. Et avant toute chose regarde à Moi ! Cherche Moi. Je suis présent dans ta vie. Tu ne marches pas seul. Souvent tu penses que le fardeau est lourd. Où est-il dit dans Ma parole que J’ai placé sur tes épaules un fardeau trop lourd pour toi ? N’ai-Je pas plutôt dit : Charge toi de Mon fardeau car il est léger. Je ne veux pas t’écraser. Je ne veux pas t’écraser !  Vois-tu Je fais lever d’autres hommes et d’autres femmes qui entreront dans ta vision car ils l’auront reçu de la part de l’Esprit. Ils sauront quel est le plan que J’ai pour ta vision. Tu t’es entouré d’hommes et de femmes qui ne correspondaient pas forcément à ce que J’attendais afin qu’ils puissent t’aider. Et Je les ai ôtés. Cela t’a un peu perturbé. Ce n’est pas grave. Sache qu’il y a des hommes, qu’il a des femmes, qu’il y a des frères et des sœurs qui sont déjà là prêts pour les remplacer. Et tu pourras déjà compter sur leur soutien, sur leur dévouement. Pourquoi ? Non pas parce-qu’ils veulent te plaire et te servir, mais parce-qu’ils veulent plaire au Seigneur des Seigneurs. Parce-qu’ils veulent Me servir dit le Seigneur. Et c’est dans cette unité, dans cette harmonie que le germe portera du fruit. Je te le dis. Prends patience. Cherche Ma face, donne Moi ton service. Abandonne toi complètement. Ne cherche pas à appliquer ce que tu ressens, tes sentiments. Ne cherche pas à les communiquer de force. N’est-il pas écrit ni par force ni par puissance, mais simplement avec Mon esprit ? Alors laisse Moi travailler dans ta vie.  Encore et encore. Et plus j’émonderai plus tu porteras du fruit. Plus Je retrancherai, plus le fruit sera visible. J’ai mis la semence de Ma vision dans ta vie. Tu en es le dépositaire, tu en es le porteur, mais elle ne t’appartient pas. Alors n’oublie pas, Je suis Dieu jaloux, ne partageant Ma gloire avec personne. Et si tu avais envie de faire tien ce qui n’est pas à toi, Je te le redemanderai dit le Seigneur. J’ai déposé dans ton cœur la graine d’une vision et J’ai préparé pour toi des frères et des sœurs qui sauront la partager. Voilà ce que Je veux que tu saches. Je veux que tu saches que cette vision n’est pas à toi. Tu n’en es que le dépositaire. Elle m’appartient dit le Seigneur. Je voulais que tu le saches. Tu n’es pas seul. Entoure toi de ceux que J’ai préparés pour toi. Tu les reconnaîtras car eux te reconnaîtront. Car tu es dépositaire de Ma vision. Voilà ce que je veux que tu saches. Alors entends et mets en pratique ce que Je te dis et crois Moi Mon fils, à un moment donné tu vas voir le fruit de Mes paroles d’aujourd’hui. Si tu les entends et si tu les mets en pratique


Message du 29 novembre 2005

 
Je l’ai dit et Je le ferai. J’étends Ma main dit le Seigneur, et l’homme va connaître son impudence. Il va connaître la frayeur. N’ai-Je point dit : Faites la paix mais avec Moi. C’est en Moi qu’est la paix dit le Seigneur.  Et les hommes ont bradé le plus beau des pays. Celui où coule le lait et le miel, pour essayer de faire une alliance contre nature. Le terme n’est pas trop grand et il n’est pas trop fort. Car souvenez-vous. Qu’ai-Je dit ? J’ai dit : le fils de l’esclave n’aura pas de partage avec le fils de la femme libre. Et aujourd’hui on oublie Ma parole et l’on dit : Paix ! paix ! et Moi Je dis : il n’y aura pas de paix si vous ne faites pas la paix avec Moi.  Si vous ne faites pas la paix en Moi. Vous pouvez dire : Paix sur la terre, vous pouvez crier : paix aux hommes de bonne volonté. Vous pouvez crier : Hosanna et Noël ! Moi dit le Seigneur Je dis : ne cherchez pas la paix selon vos critères car seule Ma parole est véritable. Et Je dis : c’est avec Moi que vous devez faire la paix et c’est en Moi que vous devez faire la paix. Lorsque J’ai dit que le fils de la femme esclave n’aurait aucune part avec celui de la femme libre, Je l’ai dit ! Et aujourd’hui Je redis : Je ferai. Comment pouvez-vous museler l’âne et le bœuf ? Quelle part a celui qui croit en celui qui a été envoyé, en celui qui a révélé le Père, et celui qui ne croit pas en Moi et qui n’a pas trouvé le Père. Vous vous êtes faits des dieux et vous dansez devant eux. Faites, dit le Seigneur ce que bon vous semble. J’ai dit et Je ferai. Ma main va s’appesantir encore et davantage. Jusqu’à ce que vous leviez les yeux et que vous Me recherchiez. Je vous ai donné la liberté. Qu’en as-tu fait ? Terre, qu’as-tu fait de cette liberté que Je t’avais accordée ? Tu  es allée chercher dans des lieux une paix. Et à celle ci tu as donné ce que Moi Je t’avais donné. Et Je te dis : pourquoi continuer ta course ? Pourquoi chercher ce qui est plus rare que la perle la plus précieuse ? Parce-que tu cherches…et parce-que tes bases ne sont pas honnêtes. Tu as trafiqué. Alors aujourd’hui, dit le Seigneur, c’est en Moi qu’il te faut faire la paix. Car si tu ne fais pas la paix avec Moi, Je te le dis, il n’y aura pas de paix. Là où tu tourneras les yeux, là où tu écouteras, tu verras ou tu entendras des bruits de guerre. Et Moi Je dis à Mes enfants, réjouissez-vous, car Mon règne arrive. Ne désespérez pas et ne baissez pas les bras. Continuez à Me chercher. Continuez à marcher. Avancez ! Car Mon règne arrive. Mon règne arrive dit le Seigneur. Le monde se prosterne devant ses idoles. Le monde se prostitue à ses dieux et cherche ce qu’il n’est pas capable de trouver car cela ne se trouve pas sans Moi, en dehors de Moi. C’est pourquoi que Je dis : c’est en Moi terre, et en Moi seulement que tu trouveras la paix. Je le dis et Je le ferai dit le Seigneur. Sans Moi il n’y aura pas de paix !
 
Je l’ai dit, Je le ferai ! Ma parole s’applique, aussi bien pour le méchant que pour celui que J’appelle juste. Oui Je l’ai dit et Je le ferai. Et Je dis à Mes enfants : Je l’ai dit et Je le ferai.  Je vous donnerai des royaumes,  l’or et l’argent des nations. Je vous donnerai la domination en Mon règne établi dit le Seigneur. Je l’ai dit et Je le ferai. Ce que Ma bouche a dit, Ma main l’accomplira. Ne regardez pas avec des yeux effarés. Ce qui est doit s’accomplir. Je l’ai dit et Je le ferai. Bientôt, vous chercherez le méchant et vous ne le trouverez plus. Son règne aura passé. Vous regarderez, vous chercherez et vous ne le verrez plus. Ne dites pas en vos cœurs : a quoi sert-il de servir Dieu dans les jours d’aujourd’hui ? Moi Je vous dis : vous avez choisi la meilleure part. et quand viendra Mon règne, Je vous confirai des royaumes, des gouvernements, des villes et des places fortes. Et alors vous connaîtrez ce que c’est que de m’avoir servi sans rien attendre en échange. Vous m’avez servi dans la disette, vous m’avez servi dans le dénuement. Vous m’avez servi dans les larmes. Vous m’avez servi quand vous pensiez être les derniers à le faire. Vous m’avez servi. Alors Moi Je vous servirai aussi. Et vous verrez l’étendue de Ma bénédiction pour tous ceux qui auront marché sans rien attendre en retour. Sans faire commerce de leur foi. Oui dit le Seigneur, Je le dis en ce jour et Je le fais maintenant. Sachez que Ma parole court comme le vent. Elle est rapide. Jamais elle ne revient à Moi sans avoir fait son effet. Alors comprenez ce que Je dis. Je vous dis : à vous que l’on nomme petits, à vous que l’on trouve vulgaires, à vous qui gênez tant. A vous les démunis de la terre Je vous dis : attendez car cela vient. Ma parole est véritable. Je le dis et Je le fais. Et vous connaîtrez ce qu’il en est de m’avoir servi dit le Seigneur. Vous connaîtrez et vous saurez ce qu’il en est de m’avoir servi sans rien attendre en retour. Je le dis et Je le fais dit le Seigneur.

 
Je l’ai dit et Je le ferai. Depuis que Je vous parle, si Ma parole est véritable, alors attendez la car elle s’accompli. Dans Ma dimension dit le Seigneur, elle est déjà accomplie. Chaque parole que J’ai dite Je le fais dit le Seigneur. Et si Moi J’ai parlé, elle ne peut que s’accomplir. Chacune des paroles que J’ai dites Je les accomplis. Si vous reconnaissez que J’ai parlé, souvenez-vous de cela : Je l’ai dit et Je le fais dit le Seigneur. Alors espérez, attendez, car Ma parole est en cours. Elle vient ! Je le dis et Je le fais ! Si Ma parole est véritable !  Vous disant cela Je veux simplement vous dire qu’il est des paroles qui ont été données, qui ont été dites, elles ne se feront pas. Car elles ne viennent pas de Ma bouche dit le Seigneur. Beaucoup ont parlé en disant : Dieu parle par Ma bouche. Et moi Je dis : si Je parle Je dis et Je fais. Alors il vous appartient d’attendre et vous verrez. Car seule la parole qui sort de Ma bouche aura son accomplissement. Je ne vous dis pas le temps mais sachez que lorsque J’ai dit c’est déjà accompli. Il ne vous appartient plus qu’à ouvrir les yeux et à voir. Toutes les paroles que J’ai dites auront leur accomplissement dans les temps prochains. Et Je vous ai dit : si l’on vous dot où est l’accomplissement des paroles que Je vous ai données ? Dites simplement : elles sont déjà réalisées et nous allons les voire. Je vous ai dit que Je ne remettrai plus à demain les paroles que J’ai dites. Et elles auront leur accomplissement dans les temps que vous vivez. Retenez ceci : Je le dis et Je le fais.

Je l’ai dit et Je le ferai.  Tu as rebâti, Je reposerai Ma main. !  Lorsque vous vous réunissez ce n’est pas pour devenir meilleurs. Lorsque vous vous assemblez ce n’est pas pour  faire le bien dit le Seigneur, mais vous vous assemblez pour paraître. Vous vous assemblez et vous faites sans tenir compte de Mon avis. Dans votre orgueil établi, vous pensez avoir le droit d’exercer votre volonté et votre justice. Mais Moi je dis, dit le Seigneur, de quel droit terre, peux-tu encore Me défier ? Jusqu’à quand terre vas-tu marcher dans ton orgueil ? J’ai déjà agi une fois, deux fois, trois fois et tu as méconnu Mes avertissements. Car  à chaque fois tu t’es relevée et tu as bâti de plus en plus grand, de plus en plus haut. Et tu as tiré ta force de cette substance de réalisation. Déjà dans les temps anciens pharaon appuyait sa force sur ces constructions, sur ses villes, sur ses pyramides. Et toi aujourd’hui terre, tu te réunis. Mais pourquoi te réunis-tu ?tu t’assembles. Quel discours tiens-tu ? crois tu que dans les secrets de tes palais Je ne suis pas présent ? penses-tu pouvoir faire et agir sans que Je sois parfaitement au courant de ce que tu fais ? Terre tu t’es élevée contre Moi, alors écoute ceci. Tu veux des signes, tu veux des prodiges, Je le dis et Je le ferai. Ce qui est tombé une fois tombera encore et tu connaîtras que dans ta folie tu m’as défié inutilement. Dans d’autres temps des lieux ont été détruits, des lieux rasés. Du sel était jeté dessus et personne ne rebâtissait. Mais toi aujourd’hui dans ton impudence tu rebâtis sur les mêmes lieux. Sans savoir, sans chercher à savoir pourquoi les choses ont ainsi été faites. Dans ta folie terre, tu as rebâti là où Ma main avait agi.  Mais tu n’as pas pensé un seul instant que J’étais le seul instigateur de ce que tu nommes catastrophe naturelle. Ou que tu appelles autrement. Mais Je l’ai dit et Je le ferai. Là où tu as rebâti, Je poserai Ma main à nouveau. Terre, dès l’origine des temps tu n’as pas pensé que l’enfant né devenu homme, mort sur nue croix, ressuscité, t’offrant ainsi la possibilité de te réconcilier avec ton Père, créateur de toutes choses. Et voici aujourd’hui tu te réfugies derrière ta folie et derrière tes fantasmes. Alors Je te le dis et Je le ferai. Et tu verras encore Ma main s’appesantir sur l’œuvre de tes mains qui ne sera pas ainsi bénie. Je le dis et Je le fais. Et ce qui a été rebâti connaîtra de nouveau le poids de Ma colère dit le Seigneur. Entends Ma voix ! Entends Ma voix ! Et Je te dis et Je ferai dit le Seigneur



Message du 11 décembre 2005

 

 

 
Mes enfants, vous avez souri lorsque Je vous ai parlé des bases, de la fondation de Ma parole. Lorsque Je vous l’ai rappelé, vous avez souri. Et pourtant aujourd’hui encore Je veux vous rappeler l’essentiel. Ne vous ai-Je point dit : Parce-que vous me servez, Je vous donnerai ce que votre cœur désire. En réalité, que désirez-vous ? Si vous désirez les biens de ce monde, Je ne vous les donnerai pas. Car ils ne m’appartiennent plus, vous le savez bien. Mais si vous me demandez la sanctification, Je vous l’accorde et Je vous aide à marcher dans ce chemin qui vous conduira jusqu’en vie éternelle. Lorsque vous me dites que vous voulez entrer dans la sanctification, Je vous rappelle que Je suis d’accord et que Je vous aide en cela. Car n’est-il pas écrit que le chemin appelé "voie royale" ne sera foulé ni par l’insensé, ni par l’impur. Alors Mes enfants, si vous me demandez cela, la sanctification, Je vous l’accorde. Est-ce cela que vos cœurs désirent ? Lorsque vous me dites que vous acceptez que J’exerce Mon droit de jugement sur vos vies dès ici bas, êtes-vous surpris lorsque Je le fais ? Si vous m’avez donné cette autorisation, êtes-vous surpris lorsque les choses s’accomplissent dans ce domaine précis ? Cela ne devrait pas vous surprendre puisque vous me le demandez, et puisque vous me le permettez. Est-ce cela que vos cœurs désirent ? En réalité, qu’est-ce que vos cœurs désirent ? Je vous ai dit : Cherchez premièrement Mon royaume avec sa justice et Je vous donnerai ensuite toutes choses en plus. Les choses auxquelles vous aspirez. Les choses qui vous conduisent à Moi. Oui, il y a un temps pour toutes choses. Un temps pour posséder et un temps pour être déposséder. Un temps pour être vêtu et un temps pour être nu. Un temps pour chanter, un temps pour se taire. En cela n’avez-vous pas vécu Ma parole ? Lorsque vous avez été nu Je vous ai vêtus. De mon amour, de ma grâce. Je vous ai couverts de Mon sang, afin que le monde sache ce que vous devenez en Moi. Lorsque vous étiez silencieux, Je vous ai accordé le chant afin  que vous puissiez chanter la louange de Mon Père. Vous vous adressez à Moi, mais sachez toutes choses concernant le Père, que Je suis venu révéler. Qu’est-ce que vos cœurs désirent ? A quoi vous arrêtez-vous ? Sachez une chose : a quoi servirait à un homme de gagner le monde, si pour gagner le monde, il devait perdre son âme ? Veillez, veillez sur votre âme. Je ne vous dis pas de veiller sur vos esprits. Je vous dis : Veillez sur vos âmes. Car l’ennemi rode, vous le savez.  Vous l’avez reconnu dans vos vies. Vous savez comment il agit. Perfide, en silence. Et un jour comme une hyène il bondit, cherchant comment il va pouvoir vous détruire. Mais n’oubliez pas ceci : Je suis devant le Père et J’intercède pour vous. Mes enfants, est-ce que cela fait partie des choses que votre cœur désire ? Est-ce que cela vous comble de bonheur de savoir que Je suis devant le Père et que J’intercède pour vos vies ? quel est le désir de votre cœur ? A quoi aspirez-vous ? Que cherchez-vous ? Que voulez-vous ? N’ai-Je point dit : que celui qui se sanctifie se sanctifie encore. Alors Je vous le dis : sanctifiez-vous encore, car Je vous accorde cela. Aussi ce matin Mes enfants, dites Moi. N’est-il pas bon de vous souvenir de la base de Mon enseignement et de Ma parole ? Et quelle est cette base ? C’est que Je suis présent avec ceux qui sont présents en Moi. Je suis présent dans vos vies à chaque instant et Je ne vous délaisse pas. Vous n’êtes point des orphelins. Je me tiens devant Mon Père et J’intercède pour vous. N’est-ce point cela la base de Mon enseignement ? N’est-il pas bon quelques fois de vous en souvenir ? Oui, le soleil est bon et vous aimez parfois vous prélasser sous le soleil, marcher dans le soleil. Mais parfois, si on est négligeant et que l’on oublie de prendre de l’eau, le soleil devient votre ennemi. Et il vous brûle. Il en est de même avec Ma parole. Vous avancez et c’est bien. Vous évoluez et vous grandissez, c’est ce qu’il faut. Amis n’oubliez pas la base initiale de Mon enseignement. Vous n’êtes pas des orphelins. Je marche avec vous et lorsque vous marchez avec Moi, Je suis avec vous. Et lorsque l’ennemi, le voleur, le ravisseur, celui qui veut vous voler votre salon, votre paix, votre repos en Moi agit, Je suis Moi devant le Père, et par Mon intercession efficace, J’empêche votre ennemi d’aller au delà de ce qu’il lui est permis de faire. Sinon Mes enfants, à ce jour, n’aurait-il pas été plus loin ?  Si, il aurait été plus loin. Car son rêve est de détruire les œuvres que J’ai faites, celles qui ont été concrétisées sur la croix. Rappelez-vous cela : Je suis avec vous, Je marche avec vous si vous êtes avec Moi. Je me tiens prés de vous chaque instant de votre vie. Jamais vous n’êtes seuls. Et lorsque l’ennemi se fait audacieux, lorsqu’il devient l’accusateur, lorsque dans sa folie il aimerait vous voir rejetés loin de la face de Mon Père, sachez que Je me tiens devant le trône éternel et que Je vous présente devant le Père, simplement revêtus de Mon sang. Votre nudité est cachée parce-que Mon sang est ce qui vous couvre. Et qui me permet d’intervenir devant Mon Père. C’est ainsi que vous vous tenez loin de la condamnation. Et Je peux dire efficacement, en vérité, à l’ennemi de vos âmes, qu’alors ainsi il ne peut rien contre vous. Et Mon Père acquiesce à Ma demande, à Ma supplique. Comme Il l’a toujours fait, lorsque J’ai toujours demandé en Son nom dit le Seigneur. Sachez que Mon Père acquiesce à Ma demande. Est-cela le désir de votre cœur ? Mes enfants Je vous bénis de la bénédiction que coule du trône de la grâce. Oui vous êtes les enfants du Père et en cela vous êtes entrés dans la bénédiction du Père.    ( Ps 37/ 4-7)


Message du 12 décembre 2005

 

 Parole du Seigneur

Mes enfants, la rumeur gronde. Et la voix du monde, grondante et menaçante veut couvrir la voix de ceux qui doivent parler. Mes enfants ils se sont servi de Ma parole pour en faire une arme contre ceux de Ma maison. Et aujourd’hui leur audace, plus grande que jamais, s’accentue et pèse sur les décisions de ce monde. Et Moi en quoi suis-Je présent dans tout cela ? Ma parole est véritable et Je ne la laisserai plus bafouer. Je suis jaloux de Ma parole dit le Seigneur. Et Je ne permettrai plus aux hommes de bafouer Ma parole. Mes enfants, écoutez le cri de la terre qui monte. Ecoutez les bruits de la terre, de plus en plus grands, de plus en plus forts. Tous ces bruits qui veulent couvrir la parole de Mes enfants. Ils ont pris des chemins selon leur cœur et non pas selon Ma vérité. Et ils se sont  éloignés et s’éloignent davantage jour après jour. Au moment où ils disent et proclament paix sur la terre, Je permets que des armes soient forgées. Afin que les bruits de guerre couvrent les bruits de la paix car sans Moi il n’y aura pas de paix. La paix ne peut se faire qu’en Moi ! Regardez, regardez autour de vous et voyez ceux que vous appelez les casques bleus. Les gens de l’ONU cet organisme de nations unies. Mais unies pour qui, pour quoi ? Contre qui et contre quoi ? Où se trouve la paix argumentée puissamment ? Où est-elle ? Pas même au milieu d’eux. Ils ont voulu se faire garant de la paix à travers le monde mais leur bouche, leur parole, n’est qu’un venin d’aspic. Et ce venin gronde, gronde au milieu d’eux. De plus en plus fort, jusqu’au moment où le monde va se rendre compte de l’inutilité et de l’incapacité de ces humains à maintenir la paix dans le monde. Car il n’y aura pas de paix dit le Seigneur. Sur quoi voulez-vous bâtir la paix ? Quels sont vos critères de paix dit le Seigneur ? Regardez-vous, examinez-vous et voyez ce qu’il en est. Pas de paix dit le Seigneur. Vous avez lésé la veuve et l’orphelin, vous avez bafoué l’innocent. Et sous de dehors de paix, vous avez entretenu des foyers de guerre. Comment pouvez-vous parler de paix dit le Seigneur ? Alors que dans vos cœurs gronde la méchanceté et que sur vos langues se trouve le venin de l’aspic. De quel droit parlez-vous de paix ? Lorsque vous brimez dans son droit élémentaire Mon peuple ? Lorsque vous brimez dans son droit élémentaire Mes enfants. N’est-il pas écrit : lorsque vous parlerez de paix, lorsque vous ferez confiance à votre paix, établie sur des préceptes d’homme, Je poserai Ma main et subitement, et Je le dis, subitement, une grande terreur surgira au milieu de vous et vos préceptes basés sur les principes de l’humanisme tomberont. Car vous vous rendrez compte vous même qu’il n’y a aucune racine en tout cela. Lorsque vous invoquez Mon nom vous le faites de votre bouche, mais sur votre bouche, sur votre langue, le venin de l’aspic. Et vos cœurs sont stériles dit le Seigneur. Continuez à agir sans Moi. Continuez à vous réunir dit le Seigneur. Continuez ! Et bientôt vous vous rendrez compte de Mon absence dans toutes vos réunions, dans toutes vos organisations. J’ai dit il n’y aura pas de paix. Et toi Mon peuple, cesse de te laisser manipuler par les faux prophètes de ce monde qui ne te disent pas la vérité. Ils te disent paix et ils te disent réveil. Où est ta paix, où est ton réveil ? dans quel endroit se trouve ta paix et dans quel lieu est ton réveil ? Non, dans ton cœur il n’y a pas de paix. S’il y avait de la paix en toi Je le connaîtrai dit le Seigneur. Mais il n’y a pas de paix en toi. Alors, vous qui vous dites de Ma maison et qui vous laissez séduire par tous les vents de doctrine qui soufflent et vous entraînent loin des rivages sur lesquels Je me tiens, continuez à marcher ainsi dit le Seigneur. Et bientôt vous verrez Ma main s’appesantir sur ces faux bergers, sur ces faux pasteurs, sur ces docteurs de la parole qui disent : Dieu a dit ! alors que Moi Je n’ai rien dit. Je n’ai pas parlé. Pendant combien de temps encore oseront-ils se servir de Mon nom pour couvrir leur turpitude ? Alors qu’ils entraînent Mes enfants dans un désert où Je ne me tiens pas. Je vous le dis à vous qui marchez dans Mes voies, gardez votre espérance intacte. Je suis avec vous et Je marche avec vous. Ouvrez vos yeux et regardez. Bientôt, les cieux passeront et la terre s’embrasera. Gardez votre espérance, gardez votre espérance. Dans le monde, dans l’église apostate ils disent paix et sécurité, et Moi Je dis : il n’y aura pas de paix ! Sauf le shalom qui se fera en Moi, avec Moi et à travers Moi.  Souvenez-vous, gravez ces paroles dans votre cœur. Ne laissez pas le monde vous ravir Mes paroles car elles sont paroles véritables. Bientôt dit le Seigneur, la différence se fera entre celui qui marche avec Moi et celui qui croit marcher avec Moi. Il y aura une distinction, comme une ligne de démarcation. N’ai-Je point dit que Je commençais dans Ma maison le nettoyage ? Et que Je faisais la séparation des brebis et des boucs. Je l’ai dit vous le savez. Je l’ai dit. Alors parce-que Je l’ai dit Je le ferai. Et rien , rien ici bas ne peut arrêter Mon bras et Ma décision. Car Ma parole est vivante, et parce-qu’elle est vivante, elle doit trouver son accomplissement. Gardez votre espérance intacte. Mais regardez autour de vous et voyez aujourd’hui, Ma parole est pour ceux qui se disent les garants, les gardiens de la paix dans ce monde. Qui disent paix, qui obligent des paix incestueuses. Il n’y aura pas de paix dit le Seigneur. Il n’y aura pas de paix car au travers de vos termes de paix vous travaillez pour l’esprit de l’anti-Christ et vous l’amenez à son apogée. Vous vous faites serviteurs et servantes du malin dans ces paix qui ne sont pas. Ouvrez les yeux, gardez votre espérance mais sachez que Ma parole est vivante. Elle est véritable dit le Seigneur et Je dis que Ma main s’appesantira sur celui, celle, qui osera dire Dieu a dit alors que Je n’aurai pas dit.   

Message du 18 décembre 2005

 

 
…Aujourd’hui, comment pourrais-Je qualifier cette époque ? Quel qualificatif pourrais-Je déposer sur cette époque si ce n’est le siècle de la permissivité. Si vous ouvrez les yeux et si vous regardez attentivement autour de vous, et parfois même en vous, il y a cette permissivité qui fait que l’on s’éloigne de Moi. Si vous regardez ce qu’on appelle encore l’église, la permissivité y règne puissamment. Il y a eu des époques, dans les siècles passés, qui ont été des détonateurs. Qui ont marqué les époques, successivement. Et aujourd’hui, ce dont l’on se souviendra certainement, c’est cette permissivité qui a éloigné Mes enfants de Ma maison et de Mon cœur. Non pas que Je les ai rejetés mais ils se sont éloignés de Moi. Aujourd’hui, l’église est le reflet de la société, mais l’inverse n’est pas vrai. Lorsque Je dis que maintenant l’apostasie est entrée au cœur de Mon église, il faut être aveugle pour dire que cela n’est pas. Aujourd’hui on a proclamé, comme si c’était une révélation, que vous étiez sous le temps de la grâce. Et qu’ainsi la loi n’était plus, qu’elle était abolie. Et pourtant ne suis- Je point venu dire que la loi était accomplie en Moi ? Pleinement accomplie en Moi. Si vous regardez dans la société, les parents ont abandonné l’éducation qu’ils se donnaient de donner à leurs enfants. Mais regardez dans l’église, il en va de même. Et ceux qui se doivent d’apporter cet enseignement, cette éducation, au cœur de Mon peuple, ont abandonné aussi. Et c’est pourquoi cette permissivité est entrée dans Mon église. Et ainsi elle va à la dérive. Oublieuse de Mes préceptes et de Mes commandements. En vous parlant ainsi, Je ne vous dis pas qu’il vous faut entrer dans le légalisme, loin s’en faut. J’ai condamné Moi-même ceux qui étaient des légalistes. Je veux simplement que vous ouvriez les yeux sur ce qui se passe autour de vous. Et que vous le condamniez. Souvenez-vous du serviteur Paul. De dire qu’il tenait son corps en bride. Je vous demande la même chose. Je ne peux pas accepter que Mes enfants s’égarent dans cette fausse liberté qui ne conduit qu’à la dérive et qui emmène Mon peuple loin de Moi. Je ne vous parle pas de règles établies. Je ne vous parle pas de loi. Est-ce que Mes préceptes et Mes commandements seraient inefficaces en ce jour ? Puis-Je tolérer que Mes enfants marchent selon les voies de ce monde ? Où est la différence dit le Seigneur. Regardez autour de vous et voyez comment on peut très bien vivre sans Moi. Regardez et voyez. Est-ce cela la sagesse que J’ai préconisée ? Non ! Ce qui est aujourd’hui ne ressemble absolument pas à ce que Moi Je désirais dit le Seigneur. Et aujourd’hui l’église ressemble fortement à la société. Mais la société n’a rien de commun avec l’Eglise. C’est pourquoi Je vous dis : fuyez le légalisme mais fuyez aussi cette façon de faire qui n’est pas Ma vérité. Lorsque Je dis dans Ma parole que celui qui est affranchi par Moi est libre, cela ne lui permet pas de faire sa propre volonté. Simplement cela lui donne la possibilité d’entrer dans Ma pensée, dans Mon amour, dans Ma volonté et d’accomplir ce que Je désire et ce que Je souhaite. Oui ! ne laissez pas cette espèce de libéralisation agir au milieu de vous comme elle agit au cœur de la société. Souvenez-vous les grands empires qui sont tombés les uns derrière les autres. Parce que des temps de libéralisation se sont succédés les uns aux autres. Et on appelait cela le progrès. Le progrès est fait pour apporter quelque choses de plus et non quelque chose de moins. Si J’ai permis à l’humain d’avancer dans la science et dans la connaissance, c’est pour apporter du bien aux hommes de la terre. Et voyez comment cela s’est passé à chaque fois. Certes, un vaccin de temps en temps, mais combien d’armement, combien de haine et de férocité ? Ce n’est pas cela que J’ai préconisé. Alors Je vous dis : regardez ce qui est dans le monde mais n’imitez pas le monde. Je ne vous ai pas demandé d’imiter le monde. Je vous ai dit : vous êtes dans le monde et Je ne vous retirerai pas du monde. Vous devez apprendre à vivre dans le monde mais vous n’êtes pas faits pour vivre à l’image du monde. Vous avez été rendus libres, alors agissez dans Ma liberté. J’ai établi des parents spirituels qui ne doivent pas vivre comme vivent les parents de ce monde. Car Je leur demanderai qu’ils me parlent des enfants que Je leur ai confiés. A ceux là Je leur demanderai pourquoi et comment. Oui Je leur demanderai. C’est pourquoi Mes enfants, regardez avec vos yeux mais ne soyez pas semblables à ceux que vous voyez. Je peux vous paraître parfois sévères mais vous remarquez que Ma sévérité n’est jamais une condamnation. Mais c’est pour vous la possibilité d’aller de l’avant. Alors Je vous dis : Ne vivez pas la permissivité du monde. Car c’est ainsi que l’on se souviendra de l’époque dans laquelle vous vivez. Au nom de cette permissivité qu’a t’on fait ? Jusqu’à donner des seringues pour que les drogués puissent s’empoisonner d’avantage. Avec cette permissivité on acclame et on proclame ce que Je réprouve. Dans cette permissivité on ferme les yeux à la vérité. Mes enfants, croyez-vous que cela va durer encore longtemps ? Croyez-vous que Je vais me contenter de vous avertir ? Croyez-vous que Je vais me taire encore longtemps ? Je vous ai annoncé maintes et maintes évènements. Mais Je vous ai dit que Ma main s’appesantirait sur le monde. Cela vous pouvez le regarder. Cela vous pouvez le voir. Parce-que cela est en train d’être. Je vous ai dit qu’il y aurait maintes évènements qui serviraient de signes annonciateurs de l’accomplissement de Ma parole. Regardez simplement autour de vous et constatez. Ayez l’intelligence renouvelée. Et la sagesse de votre cœur. Et c’est ainsi que vous connaîtrez ce qui est en marche, ce qui doit arriver. Voilà ce que Je veux vous dire. Il y a eu le siècle des lumières. Il y a eu ce temps où J’ai permis à l’homme d’évoluer rapidement dans la connaissance. Je lui ai donné le savoir, Je lui ai donné la science, Je lui ai donné de connaître le temps et de calculer les choses, qu’en a -  t’ il fait ? Qu’en a - t’ il fait ? Alors Je vous demande de vous éloigner de toutes ces permissivités qui sont en train d’accélérer la vérité de Ma parole. Car s’il est vrai que J’ai dit que la colère me montait aux narines, s’il est vrai que J’ai appesanti Ma main sur un lieu tel que ce monde, s’il est vrai que dans Ma colère des nations, des royaumes ont disparu, que pensez-vous qu’il puisse arriver maintenant ? Sinon la plénitude de ce qui est écrit et qui doit s’accomplir. Alors Je vous demande de regarder, mais n’imitez pas ceux de ce monde. Ne les imitez pas car leur temps est révolu dit le Seigneur. Leur temps est révolu. J’ai dit que bientôt les portes de la grâce se fermeront. J’ai dit et Je dis que bientôt les portes de la grâce se fermeront. Et alors il ne sera plus temps. Voilà pourquoi Je vous demande de vous éloigner de la façon de vivre du plus grand nombre. Car actuellement ce n’est pas le plus grand nombre qui a raison. Alors veillez, veillez ! Soyez attentifs et veillez afin de ne pas être surpris au jour de Mon retour dit le Seigneur.



Message du 25 décembre 2005

 

Le Seigneur dit : que celui qui a des oreilles entende.

J’ai dit : sachez reconnaître Ma voix, parce-que Je suis Celui qui parle tantôt d’une façon et tantôt d’une autre. J’ai dit : terre fais silence et écoute Moi car Je veux te parler, et te révéler ce qui va se produire. Tu t’es levée pour danser et pour te réjouir, mais n’ai-Je pas dit qu’il y avait un temps pour toutes choses ? Et tu n’es pas dans le bon temps, tu n’es pas dans la bonne période. Car c’est plus le temps de se mettre à genoux et de se repentir que de se lever et de danser. Vous dites qu’il y a plus de temps derrière vous que devant et que Mon temps arrive. Qui êtes-vous pour dire toutes ces choses sans tenir compte du passé. J’ai donné Ma parole. Elle a été donnée verbalement, elle a été écrite et vous en faites fi, vous ne l’écoutez pas. Eglise, il y a un temps pour toute chose. Les ténèbres vont couvrir la terre, cela est parole de vérité. Après viendra la lumière. Mais pour que le jour vienne, il y a d’abord la nuit. Oui, c’est ce temps là qui vient. Vous parlez de réveil, pourquoi ne parlez-vous pas de Ma parole ? Je vous ai donné des avertissements. Ils sont écrits et annoncés. Pourquoi ne les entendez-vous pas ? Lorsque le monde a été crée, il y a eu un soir, il y a eu un matin. Et bien il en est de même pour aujourd’hui. Vient le soir, après viendra le matin. Mon peuple, nourris-toi de Ma parole, parce-que vient le temps de la disette. Et de la famine spirituelle. J’avais donné à Mes enfants des conducteurs qui devaient les conduire dans toute la vérité. Mais au fil du temps, eux même ont oublié de se nourrir à la source . Et ils sont devenus eux-mêmes stériles, ne pouvant plus rien donner. Mes enfants, à ceux là Je dis : Méfiez-vous, car il y a un prix à payer à toutes choses. Et vous qui avez engendré la stérilité, Je vous traiterai comme un arbre qui n’a plus de sève et qui doit être abattu pour être jeté au feu. Mon peuple vient le temps où tu vas pleurer et gémir car tu n’auras pas engrangé en toi la vérité et parce-que Ma parole  n’aura pas été semée dans ton cœur, tu auras beaucoup de difficultés à vivre ces temps qui viennent. Des temps de stérilité. Mais pourtant Mes cours d’eau ne sont pas taris. Et pour ceux dont le cœur est vrai, J’arroserai et la semence qui aura été mise dans vos cœurs portera son fruit en son temps. Car tous ceux que J’ai envoyés pour porter Ma parole n’ont pas failli. Certains sont demeurés véritables et coûte que coûte ont annoncé la vérité. Beaucoup de paillettes et beaucoup de clinquant. Mais est-ce ainsi qu’est annoncée la vérité ?  Il est écrit que vous aurez faim et soif parce-que Ma parole ne pourra plus être annoncée. Vient le temps de la stérilité, vient le temps de la famine, vient le temps de la disette. Nourrissez-vous !  Plus que vous ne l’avez jamais fait, nourrissez-vous ! Nourrissez-vous de Ma parole. Engrangez. Engrangez ce qui n’est pas périssable. Engrangez dans vos vies. Engrangez ! Car un jour pour certains sera le temps des larmes et le temps du doute qui s’installera petit à petit. Parce-que la vérité n’aura pas été semée dans leur cœur et parce-qu’elle n’aura pas pris racine. Mes enfants, Je vous le dis, c’est le temps de la nuit qui arrive. Après viendra le jour. Tenez bon ! Soyez vigilants, mettez l’huile dans vos lampes. Ne soyez point ces vierges qui se sont appesanties dans le festoiement des noces, oublieuses de remplir les lampes dont elles avaient besoin. Que vos lampes soient toujours pleines, allumées, la flamme claire. Alimentez-vous, non pas de ces choses périssables, mais de ce qui est éternel. Là où est ton cœur, là sera ton trésor. Ma parole est ton trésor. Oui église, fais de ton Dieu tes délices et tu verras si Je n’ouvre pas pour toi Mon ciel, déversant Ma bénédiction. Celle qui te soutiendra à l’heure de l’épreuve. Aujourd’hui il y a celui qui te dit que l’épreuve est derrière toi. Et Moi Je te dis monde, Mes enfants, que l’épreuve est devant toi. Je te dis fortifie toi et Je te dis prends courage. Je te dis sois vigilante Mon Eglise. Ne te laisse pas endormir par tout ce qui brille. Mon enfant, Mon Eglise, souviens-toi de ce que Je te dis en cet instant : Nourris-toi ! Il est temps de te nourrir. Déjà tu commences à entrer dans la disette car tu n’as pas voulu entendre ceux qui t’annonçaient la vérité. Souviens-toi lorsque Je me trouvais devant ceux qui allaient être Mes bourreaux. Je me suis tu. Pourquoi ? Tout simplement parce-qu’ils voulaient entendre de Ma bouche ce qui leur aurait donné la permission de me condamner. Certes ils ont dévié toute chose, mais ne fallait-il pas que la parole s’accomplisse ? Et bien il en est de même aujourd’hui. Ma parole va s’accomplir envers et contre tout, Je te le dis. Alors cesse de croire aux mirages. Tout ce que l’on te présente n’est pas de Ma maison. Ce qui est de Ma maison est impérissable et demeure. Et Ma parole est éternelle. Et Je te dis aujourd’hui : regarde où tu en es. Regarde à ton cœur. Tu as préféré les fifres et les tambours plutôt que de te tenir à genoux, de t(humilier et de te repentir. Alors Je te le dis : si tu as des oreilles entends ce que l’Esprit dit à l’église. Repends-toi, nourris-toi, reviens à la source ! A la véritable valeur de ce qui devrait être ta vie. Reviens ! Dans tes égarements, stoppe-toi, arrête-toi, reviens ! Ecoute-Moi ! Ma parole n’est pas seulement une suite de mots. C’est le verbe de Dieu incarné. Je suis la parole vivante ! Aujourd’hui Mon église, en qui te confies-tu ? Quel est l’objet de tes désirs ? Où diriges-tu tes regards et où va ton cœur ? Tu te fourvoies Mon église, tu te fourvoies. La disette arrive. Viendra le temps où tu chercheras comme on cherche des miettes sous la table et tu ne trouveras plus. Tu ne trouveras plus. Je vous ai avertis et J’ai dit que Ma parole vous avait été donnée pour vous enseigner. Mais quelle leçon, quel enseignement avez-vous tiré ? Je suis Le vivant, La parole, le pain de vie donné par le Père et J’ai dit que celui qui prendrait de ce pain aurait la vie éternelle. Alors Mes enfants, Je vous avertis. Ceci est un avertissement. Déjà les ténèbres couvrent la terre. Mais plus que cela, il y a la disette, la famine spirituelle. Alors aujourd’hui Je vous dis : cherchez-Moi ! Cherchez Ma face. N’ayez aucun relâchement face à cela. Faites de cela votre priorité. Oui, vous allez vous donner l’accolade, vous allez présenter des vœux. Alors, terre, Mes vœux pour toi c’est que tu cherches Ma face car Je me laisse trouver même par celui qui ne me cherche pas. Nourris-toi, nourris-toi de Ma parole car aujourd’hui c’est ce dont tu as le plus besoin. Tu crois Me connaître. Tu Me connais si peu et si mal. Et tu laisses errer tes regards de droite et de gauche mais ton cœur ne va plus à l’essentiel. Quelle est Ma place dans ta vie ? Que suis-Je devenu pour toi ? Alors il est temps Je te le dis. Les ténèbres couvrent la terre. Mais Je te le dis : nourris-toi. Ecoute la voix véritable à travers ceux qui annoncent encore Ma parole en Esprit et en vérité. Cherche Ma face, car l’épreuve arrive Mon église. Et souviens-toi de ceux qui t’ont précédé dans la fournaise ou dans la fosse aux lions. Et ne dis pas en ton cœur : c’était dans le temps passé. Cela est aussi dans les temps qui viennent. Alors nourris-toi Mon peuple, nourris-toi ! Fortifie-toi et prends courage. Et que celui qui a des oreilles entende la voix de la vérité dit le Seigneur.

Message du 1er janvier 2006

 

 Parole du Seigneur

Faire connaître aux hommes Dieu le Père, celui-ci ayant été révélé par le Fils.

Alors dit le Seigneur, J’ai donné cette autorité à l’église. De faire connaître la sagesse de Dieu. Lorsque l’église s’est tenue dans cette position de révélateur, l’homme a vu. Il a vu et il a connu ce qu’était Dieu. Et c’est alors que des miracles de la conversion s’accomplissaient. Parce-que l’homme avait reçu l’essentiel. A savoir qu’il lui fallait abandonner ses mauvaises voies. Qu’il lui fallait se repentir, qu’il lui fallait revenir à la source. En acceptant cela, l’homme se mettait alors en position de connaître la révélation divine et d’entrer dans le plan que Dieu avait pour l’humanité. Et puis au bout d’un certain temps, l’homme n’a plus révélé la véritable facette divine. Alors l’homme perdu, l’homme pécheur a perdu sa lumière en ce monde écrasé par les ténèbres. Et la lumière révélée par Dieu le Père, dans les cœurs, peu à peu s’est obscurcie. Et les hommes ne virent plus cette lumière qui leur montrait le chemin. Pourquoi voulez-vous que les hommes, en cet instant présent, agissent autrement que ceux du temps passé ? Aujourd’hui il y a une église mais en quoi est-elle Mon église ? Comment reflète -t’ elle la sagesse de Dieu ? Comment proclame - t’ elle Dieu créateur, rédempteur et sauveur ? Dieu humilié et en même temps ressuscité, mort et vivant à la fois. Où est cette église, instituée dans les premiers temps, revêtue d’autorité, de force, revêtue d’humilité, d‘amour. Où se tient-elle en ce jour ? Où est-elle et comment s’y prend t’elle pour révéler la vérité à l’homme perdu ? Oui pour beaucoup Dieu est mort. Alors qui aura le courage de dire la vérité ? Annonçant que Je suis vivant, que le tombeau est vide et que celui qui vient à Moi ne périra pas. Lorsque J’ai dit qu’il n’y aura pas d’autre miracle pour cette génération perverse que celui de Jonas, ceci est toujours valable. A cause de cela, l’homme a trouvé de quoi apaiser ses craintes et ses peurs. Et plutôt que de se tourner vers Moi, il s’est tourné vers les idoles de ce monde. Où sont les voix à qui J’ai dit : parlez et ne vous taisez pas. Où sont ceux à qui J’ai dit : qu’ils écoutent ou qu’ils n’écoutent pas parler ! Où sont ceux que J’ai envoyés et qui ont oublié de mettre de l’huile dans leurs lampes ? Oui comment voulez-vous que le monde connaisse le miracle de l’amour de Dieu. Puisque cet amour n’est pas même annoncé. Comment voulez-vous que celui qui est aveugle puisse conduire un autre aveugle. Pensez-vous qu’ils s’en sortiront ? Non Mes enfants ! Il y a une grande différence entre celui qui est de Ma maison et celui qui croit être de Ma maison. Il y a un monde entre celui qui se dit chrétien et celui qui proclame être de Ma maison , vivant Ma vie en lui. Beaucoup se disent chrétiens. Mais est-ce parce-qu’ils sont dans des lieux appelés église qu’ils sont de Ma maison ? Non, cela n’est pas vous le savez. Mais alors où sont ceux de Ma maison ? Est-ce que leur lumière va pâlir ? Ecoutez ceci. J’ai dit que la lumière est faite pour être mise sur le chandelier et pour être au cœur de la pièce d’habitation, afin que le plus grand nombre, attiré par cette flamme, puisse venir s’y réchauffer et recevoir Ma vie. A quoi sert il de mettre des bougies sur un chandelier si c’est pour cacher le candélabre sous une table ? Comment celui qui a froid, celui qui se perd, sans espérance verra t’il cette lumière qui l’appelle ? lorsque les hommes ont mis des phares sur les côtes, dans la mer, c’était pour que la lumière qui se dégage puise conduire, diriger ceux qui risquent de s’échouer. Alors Mon église est-ce que tu n’as plus d’huile dans ta lampe ? Je t’ai dit prépare toi Mon épouse, prépare toi dans ton lieu secret, mais tu dois briller afin que le monde sache pourquoi l’Epoux vient à ta rencontre. Oui, le monde ne me connaît plus et alors le monde ne m’attend plus et son espérance est placée dans des statues faites de main d’hommes. Dans ce qu’ils appellent idoles. Tous ceux qui peuvent les rassurer. Car aujourd’hui plus que jamais, la terre a peur et l’homme tremble. Ceci Je l’avais annoncé, ceci Je l’ai dit. L’homme tremblera de frayeur et cherchera à s’éloigner de Mon regard. Mais église, Mon église, il est temps de dire toute la vérité. De dire que l’homme est perdu sans Moi. Qu’il n’y a plus d’espérance pour le monde sans Moi. Parce-que Je reviens bientôt et que toute parole que J’ai donnée pour enseignement est dans sa phase d’accomplissement. Je vous ai dit qu’elle ne tarderait pas à s’accomplir. Certes la dimension de Mon temps n’est pas la dimension du temps humain. Lorsque Je dis que le temps approche c’est que le temps est proche. Ne cherchez pas à calculer. Soyez simplement ces vierges porteuses de lampes. Celles qui doivent éclairer le chemin de ceux qui doivent arriver à la maison. Qu’elles aient bien de l’huile et qu’elles ne se laissent pas surprendre. Je vous ai dit que l’épreuve était proche parce-que J’ai dit : ce qu’il en a été du temps de Noé sera de nouveau. Et parce-que Je vous ai aussi dit que l’homme était oublieux de tout enseignement. Voyez en ce jour les docteurs qu’il se donne, les enseignements qu’il écoute. Les chansons qui viennent jusqu’à lui, voyez et regardez. Pensez-vous que cela vienne de Moi ? Ma parole est édulcorée. Le pain de vie n’est plus que……..Qu’offrez-vous à l’humanité ? Il est temps Mon église que tu te souviennes que Je marche avec toi mais que tu as ta part à accomplir en ce monde. Souviens-toi Je n’ai pas dit à Mon Père de te retirer du monde, J’ai prié Mon Père pour qu’Il te garde loin du péché de ce monde. Et toi Mon église que fais-tu ? Tes yeux, la convoitise entre dans tes yeux. Et tes mains se tendent pour t’accaparer des choses auxquelles Je ne prends pas plaisir. O Mon église, repens-toi ! Repens-toi ! Souviens-toi d’où tu es tombée. Et reviens à ton premier amour. Mon église, la salle des noces est prête et Mon Père a apprêté les bêtes grasses. Mais souviens-toi ce qu’Il ta dit. Si tu ne viens pas à Ma rencontre, alors nous enverrons les serviteurs de Ma maison chercher loin des villes, loin. Je les enverrai sur les chemins et alors ils les pousseront à entrer, à se revêtir de l’habit de fête et à rassasier à Ma table. Le festin est prêt, le repas des noces est prêt. Les habits de fête sont prêts. Alors maintenant précipitez-vous afin de faire entrer ceux et celles qui sont attendus. Eglise tu n’as pas à te cacher. Vis selon la vie de Mon esprit en toi. Annonce, proclame, montre à cette humanité perdue qui n’a d’autre refuge que les faux dieux de ce monde, que Je suis vivant, et que toutes choses créées par Moi, toutes choses auront un jour leur aboutissement. Je te le dis, crie à plein poumons. Ne te retiens pas et n’ai point honte de ce que tu es. Le méchant sera également jugé. Un jour tu ne le trouveras plus, il ne sera plus sur ton chemin. Mais n’ai-Je point dit que Je vous envoyais pour toutes les brebis perdues. Mais si toi même tu te perds. As-tu  oublié que Je t’ai dit : si le sel perd de sa saveur, qu’en est-il ? Juste bon à être foulé au pied par d’autres hommes. Oui, il y a eu une semence de jetée sur ce pays. Ma parole a été semée pleine de richesses et de promesses. Et avec le temps elle n’a pas porté le fruit espéré et attendu. Mais, ne pleurez pas car il y aura une récolte, et Moi dit le Seigneur Je ramasserai les gerbes et Je les engrangerai. Ne vous inquiétez pas. Parmi les blés il y a de l’ivraie mais au jour dernier Je ferai moi même la séparation et J’engrangerai ce qui est pour Ma maison. Mais dites, dites à tous ceux qui vous parlent, qui vous écoutent la vérité. Que Je suis vivant mais que Je suis Dieu. Et que dans Mon amour infini pour les hommes J’appliquerai la sévérité de Mon amour. Car l’amour est aussi sévère dans son amour. Et alors il y aura ceux qui seront engrangés dans Ma maison et il y aura les autres jetés dans les flammes de Ma colère. Dites leur la vérité avant qu’il ne soit trop tard. L’ennemi gagne du terrain. Ouvrez les yeux et voyez autour de vous. Il est subtile et il est grossier tout à la fois. Ne le laissez plus gagner du terrain, barrez lui le chemin. Eglise, souviens toi de pourquoi tu as été créée sur cette terre. C’est afin que le monde perdu connaisse la sagesse infinie de Dieu et tout ce qui va avec. Alors église, avant qu’il ne soit trop tard il t’appartient de te repentir toi même, de te souvenir de ton amour premier et de revenir dans Mes plans et dans Mes voies. Afin que Je puisse exercer le plan de Mon Père pour chacune de la vie des hommes de ce monde. Eglise Je marche avec toi, Je suis avec toi mais Je te conseille d’acheter du collyre, de oindre tes yeux et de revenir à ton premier amour dit le Seigneur.

Message du 05 janvier 2006.

 

 Parole du Seigneur

 

Lorsque les hommes m’ont dit : quel miracle fais-tu afin que nous puissions croire ? J’ai dit : il n’y aura pas d’autre miracle que celui de la croix. Combien de fois les hommes m’ont posé cette question : quel miracle fais-tu afin que nous puissions croire ? Croyez-vous que Ma réponse a été autre que celle-ci ? J’ai simplement dit : pour cette génération méchante et perverse, il n’y aura pas d’autre miracle que celui de la croix. Difficile à contourner n’est-ce pas ? Comment escamoter cette parole ? Et comment produire des miracles sans parler de l’œuvre primitive et essentielle de la croix ? De tous temps les hommes ont essayé. Ils ont cherché par quels moyens ils pouvaient édulcorer Ma parole. Par quels moyens ils pouvaient se passer de la croix. Regardez ! Alors que J’ai dit : vous ne ferez pas d’image taillée, regardez comment elles sont poussées tout autour de vous. Il y en a partout. Et n’ai-Je point dit : vous ne vous prosternerez pas devant l’ouvrage de vos mains ! Que ce passe t’il ? Les hommes plient le genou devant du plâtre et du bois, devant des clous rouillés et ils attendent, ils attendent béatement de recevoir une parole, un signe, un prodige, un miracle. Mais Je suis Celui qui a dit : pour cette génération perverse et méchante, il n’y aura pas d’autre miracle que celui de Jonas. J’ai donné ………..de Ma mort et de Ma résurrection. Quelques hommes ont entendu cette parole. Et bien d’autres n’ont pas voulu l’entendre. Aujourd’hui, des hommes , des femmes parlant en Mon nom se sont levés et entraînent à leur suite une multitude, les égarant et les conduisant dans des voies détournées. Ceux là n’ont pas voulu entendre cette parole initiale de l’œuvre de la croix et ils ont édulcoré Ma parole. Ils ont amené le clinquant, le bruit. Pourquoi ? Parce-que eux même ne savent pas rester dans le silence à Me rechercher. Ils entrent dans leurs maisons et allument leurs téléviseurs. Ils écoutent leurs musiques et leurs oreilles sont pleines de décibels. Comment peuvent-ils m’entendre et donner ainsi Ma parole à celui qui a faim ou soif d’entendre la vérité. Ils promettent des prodiges. Ils parlent de miracles comme s’ils étaient les dispensateurs de ces actes. Ils sont oublieux de la véritable nature d’un miracle, d’un prodige venant de Ma maison. Certes parfois, comme du temps de la piscine de Bethsaïda, un ange passe et un miracle a lieu pace-que Je veux quand même honorer celui qui me cherche véritablement,  d’un cœur sincère. Alors oui, parfois Je remue l’eau de la piscine d’une vie et J’agis. Et on dit qu’il y a des miracles. Mais où sont les miracles de Ma maison primitive ? Où sont les prodiges Me précédant ? Cherchez, regardez ! Certes dans certains endroits, dans certains lieux il y a de l’agitation. Quelques paillettes, un peu de poudre. Mes enfants, pourquoi J’agirais avec parcimonie alors qu’il y a là des âmes qui me cherchent ? Non, Je ne suis pas ainsi. Si Je donne Je donne et Je donne à profusion. Dans certains endroits on dit que Je suis présent mais le suis-Je en vérité ? Et s’il y a des prodiges et des miracles, s’il y a des signes, sont-ils de Ma maison ? Pourquoi faudrait-il que Je me tienne à la disposition de celui qui demande alors que lui même ne sait pas fléchir les genoux. Pourquoi faudrait-il ? Parce-que J’ai dit : Je suis le serviteur de tous ? Certes J’ai dit que Je suis venu en serviteur comme Je suis né comme un petit enfant. Mais dites-Moi. L’œuvre de la puissance de Dieu sur la croix mes enfants, sur la croix, et celui qui revient, le connaissez-vous véritablement ? Je suis Celui qui est, qui a été de tous temps et qui revient afin que Ma parole s’accomplisse pleinement. Mais tout en revenant, Je suis Celui qui a dit : Il n’y aura pas d’autre miracle que celui de Jonas pour cette génération perverse et méchante.  L’œuvre de la croix demeure et elle demeurera jusqu’à Mon retour. C’est ainsi qu’il en est de toutes choses et il n’en sera pas autrement. Celui qui voudra édulcorer Ma parole, celui qui voudra contourner l’œuvre de la croix se heurtera sur la pierre angulaire et celle-ci le broiera. Car telle est Ma parole. Oui, J’ai dit qu’il y aurait des signes, des prodiges et des miracles mais ces choses accompagnent Ma parole. Si ma parole n’est pas annoncée, si l’œuvre de la croix n’est pas proclamée, croyez-vous que Je vais tendre la main afin d’honorer ceux qui se disent de Ma maison mais qui en réalité servent un autre maître que Moi ? Ils se tiennent debout dans la lumière des spots et Me demandent d’agir. Mais ce qu’ils souhaitent c’est que Je reste dans l’ombre. Cela ne se peut pas parce-que Je suis Le Dieu des armées. Je suis vainqueur, toutes choses accomplies, et Satan dans ses œuvres sous Mes pieds. Homme qui es-tu pour croire que Je me tiens à ta disposition ? Qui es-tu pour parler en Mon nom et agir à Ma place ? De quel droit te prosternes-tu en disant : Dieu m’a parlé, alors que Je me tiens éloigné de toi car toi même tu te tiens éloigné de Moi. Je le dis, pour cette génération perverse et méchante, l’œuvre initiale de la croix demeure. Et vous ne pourrez pas la contourner ni l’édulcorer. J’ai dit que l’ombre de la croix se profilerait sur la surface de la terre. Vous pouvez faire et dire, proclamer ce que vous croyez vérité, Je vous dis que la seule vérité est celle que Je proclame. Car Je suis la vérité. Et en dehors de Moi il n’y en a pas d’autre. Je parle et Je parlerai encore. Jusqu’au moment où Je ne parlerai plus. Mais sachez que lorsque Vous n’entendrez plus Ma voix, levez les yeux. Parce-que Je suis bientôt là dit le Seigneur. Voilà ce que Je veux vous dire. Des signes, des prodiges et des miracles suivront Ma parole, suivront l’annonce de la croix, suivront la repentance. En dehors de cela, Je n’agirai que comme l’exemple de la piscine de Bethsaïda. Un petit peu par ici, un petit peu par là. Ceci est véritable

Message du 12 février 2006

 

 Parole du Seigneur.

L’ennemi singe ce qui vient de Ma maison. Et parfois vous Me dites : Comment pouvons-nous savoir ce qui vient de ta maison ? Alors écoutez ce que Je vous dis. Je vous ai dit qu’en Mon nom vous marcheriez sur les serpents et sur les scorpions. Je ne vous ai pas dit que vous deviez être des charmeurs de serpents. Je vous ai dit qu’en Mon nom vous pourriez boire des breuvages empoisonnés ils ne vous feraient rien. Je ne vous ai pas dit que vous deviez prendre des filtres. Je vous ai dit aussi que vos n’aviez pas lutté jusqu’au sang encore. Et Je vous dis encore, aujourd’hui comme hier, celui qui donne sa vie pour Moi est en réalité plus libre que vous. Car celui là a accepté de Me faire le don de sa vie plutôt que de renier Mon nom. Ce que je veux que vous sachiez, c’est que celui qui singe si bien ce qui vient de Ma maison peut vous amener à ce servir lui même de ce que Je vous donne. C’est pourquoi il vous faut faire la différence entre ce qui vient de Ma maison et ce qui n’en vient pas. Sachez ceci : ceux qui servent le mal ont  des pouvoirs qui ressemblent à ceux de Ma maison. Mais si vous êtes attentifs vous saurez faire la différence, par l’assurance que Je vous donne, de ce qui vient de Ma maison et ce qui n’en vient pas. Et ainsi vous saurez, vous ne pourrez pas vous tromper. En effet, si Je vous dis que vous pouvez marcher sur un serpent, il y a une différence entre celui qui écrase un serpent et celui qui veut dompter un serpent. Si Je vous dis : en Mon nom vous pouvez boire des breuvages empoisonnés ils ne vous feront rien, c’est parce-que cela sera en Mon nom. Je dis : sans Moi vous ne pouvez rien faire et Je dis : Je vous donne le pouvoir de le faire. Celui qui n’agit pas en Mon nom agit dans l’autorité d’un autre nom. Et sachez que ce qu’il donne un jour ou l’autre il vous demande de payer ce don. Moi Je vous dis : donnez ce que Je vous donne et donnez gratuitement parce-que vous avez reçu gratuitement. Vous voyez la différence ? pour qu’il y ait un positif, il faut qu’il y ait un négatif. Mon positif vous fera toujours agir dans Ma lumière. Le négatif vous fera agir, peut-être de la même façon mais vous n’obtiendrez pas le même résultat car il n’y aura pas Mon approbation, et puisque c’est en Mon nom que vous êtes sensés faire les choses. Elles ne portent du fruit que si elles sont réellement faites en Moi. Alors sachez faire la différence. Oui, Je peux vous rendre invisibles face aux yeux des hommes. L’ennemi aussi sait se rendre invisible. Mais la différence c’est que Je vous ouvre les yeux afin que vous puissiez le connaître lui et ses œuvres. Ce sera toujours la différence, parce-que Je vous accompagne, parce-que Je crée en vous le pouvoir et le faire. Sans pouvoir vous ne pouvez rien faire et Mon pouvoir à Moi, dit le Seigneur, ne se monnaye pas. Je vous donne gratuitement afin que vous puissiez détruire les œuvres de l’ennemi. Je vous ai dit : en Mon nom vous ferez des choses encore plus grandes que Moi Je n’ai faites. Cela ne veut pas dire que vous ferez des choses spectaculaires. Cela veut simplement dire qu’en Mon nom  vous aurez la possibilité de repousser votre ennemi au delà des limites qu’il s’est donné dans vos vies. Vous le repousserez jusqu’au bout du ciel, jusqu’au bout de la terre. Vous lui direz que sa place est sous Mes pieds. Cela vient du fait que Je vous donne le pouvoir avec le vouloir. Par contre le pouvoir de l’ennemi se paye. Et aujourd’hui vous commencez à lutter contre les pouvoirs de l’ennemi. Jusqu’à présent vous n’avez lutté que contre les esprits méchants. Aujourd’hui, l’ennemi a adopté une autre stratégie, Je vous en donne à vous aussi une nouvelle. Et vous irez encore plus loin dans ce que Je vous donne d’accomplir en Moi. Voilà ce que Je veux vous dire. Si vous avez l’assurance que cela vient de Ma maison, alors allez-y, n’hésitez pas. S’il subsiste un doute en vous, voyez pourquoi il y a un doute, et très probablement que vous découvrirez que l’ennemi est celui qui sème de l’ivraie même dans un beau champ. Et que c’est cette ivraie qui pointe son nez. Et celui là il vous faudra le combattre et le faire crever dit le Seigneur comme de la mauvaise herbe. Ne pas le laisser envahir vos champs. Oui, sachez faire la différence et si vous avez l’assurance dans vos cœurs que cela vient de Ma maison, alors n’hésitez pas. Parce-que c’est Moi dit le Seigneur qui vous ai donné le pouvoir et le faire. Ceux qui donnent leur vie pour Moi, dit le Seigneur, le font parce-que Je les accompagne jusqu’à l’instant ultime, parce-que Je leur ai donné le pouvoir de faire. Et c’est ainsi qu’ils vont jusqu’au bout du chemin tracé pour leurs vies. Vous, vous n’avez pas lutté encore jusqu’au sang dit le Seigneur. Et dans leur abandon ils sont plus libres que vous même. C’est pourquoi ne vous laissez pas museler, ne vous laissez pas ficeler. Rompez les chaînes et les jougs. Avancez en pleine eau. Entrez dans Ma liberté et accomplissez en Mon Esprit les œuvres que J’ai préparées pour vous. Je vous donne le pouvoir et le faire. Et celui-ci n’est pas monnayable. Je vous ai dit : Je donne gratuitement, alors à votre tour donnez gratuitement. Et c’est en agissant ainsi que d’autres reconnaîtront que vous agissez de façons différentes et que vous êtes les porteurs de Ma lumière car vous vous servez de Mon nom. Parce-que Je vous ai dit : faites toutes choses en Mon nom et combattez l’ennemi en Mon nom. Je suis avec vous dit le Seigneur, Je marche au milieu de vous, et Je vous donne, et le pouvoir, et la volonté de faire. La différence entre votre ennemi et Moi dit le Seigneur, c’est que Je donne gratuitement et que Je ne réclame rien. Tout a été accompli. Je suis Le positif de votre vie. Il vous appartient de vous dégager du négatif. Voilà aujourd’hui ce que Je veux. Je veux que vous sachiez faire la différence entre ce qui vient de Ma maison et ce qui n’en vient pas. Je veux que vous sachiez faire connaître que vous agissez en Mon nom. Et qu’en Mon nom vous avez l’autorité, le pouvoir et le faire. Et que c’est cela qui doit prévaloir dans votre vie.


Message du 26 février 2006

 

 
Mes enfants, avez-vous oublié que l’ennemi vous réclame pour vous cribler ? C’est bien ce qu’il fait n’est-ce pas ? Jour après jour il vous crible. Cette parole Je l’ai donnée à Pierre Mon disciple, et Je lui ai dit : Pierre, Satan te réclame car il veut te cribler. Mes enfants croyez-vous que votre ennemi s’ingénie à cribler le monde ? Non ! Le monde est déjà sous sa coupe et ce qu’il déverse sur  le monde ne correspond pas à ce qu’il fait pour vous. Il vous a réclamés pour vous cribler. Mais lorsque J’ai pu dire cette parole à Pierre Je lui ai dit : Je me tiens devant le Père et J’intercède pour toi. Alors Je vous dis Mes enfants : Votre ennemi cherche à vous cribler au maximum de ses capacités mais sachez ceci, Je suis devant le Père et J’intercède pour vous, pour chacun d’entre vous. Sachez cela, ne l’oubliez pas. Si Je le laisse agir, il ne peut aller au delà de ce qui lui est permis et Moi, dit le Seigneur, Je me tiens devant votre Père céleste. Et J’intercède pour chacun de vous. Croyez-vous que J’intercède pour ceux qui se vautrent dans les péchés de ce monde. Croyez-vous que J’intercède pour celui qui ne marche pas avec Moi ? Croyez-vous que J’intercède pour celui qui dit : Seigneur, Seigneur ! et qui m’oublie constamment ? Non Mes enfants ! Parfois J’honore la prière de celui qui Me prie même s’il m’a mis soigneusement de côté. Souvenez-vous la piscine de Béthsaïda. Souvenez-vous, de temps en temps passait un ange qui remuait l’eau. Le premier dans l’eau était guéri. Souvenez-vous de cet homme incapable de se jeter dans l’eau. Alors Moi même Je l’ai pris mais je ne l’ai pas jeté dans l’eau. Je l’ai convaincu que s’il se levait, prenait son lit et quittait les lieux il serait guéri. Il n’avait pas besoin de Moi pour aller dans l’eau, il avait simplement besoin de Moi pour croire à l’incroyable. De me faire confiance et se lever à Ma parole. Qu’il en soit de même pour chacun de vous. Lorsque Je vous parle, vous n’avez besoin que d’une seule chose, c’est d’être convaincus que Je suis Celui qui vous parle et qu’à Ma parole vous vous leviez, que vous preniez votre lit qui vous immobilise et que vous alliez à Mon ordre et à Ma voix. Et alors d’autres pourront voir et croiront. Mes enfants, ne craignez pas celui qui veut vous cribler car il ne le fera jamais qu’à Ma mesure à Moi, qu’à ce que Je lui permets pour vous. Mais en voyant vos soucis, en voyant ce qui parfois est épreuve, voyez en même temps Celui qui devant le Père intercède nuit et jour pour vous. Et de ce fait contre votre ennemi. Je suis votre avocat, Celui qui vous défend. Et celui qui est en face de Moi n’est que votre accusateur. Mais si Je vous défends, cela revient à dire à votre ennemi, où est l’acte d’accusation dont tu te sers ? N’est-il pas détruit ? Il est détruit et leur péché a été lavé par le sang qui a coulé. Alors ne craignez pas celui  qui vous crible journellement. En même temps voyez Moi devant le Père, et sachez qu’en intercédant pour vous le combat a été gagné. La victoire a été remportée. Et Je n’ai qu’à dire au Père : Père, souviens-toi qu’ils ont accepté l’œuvre de la croix. Voilà Mes enfants. Gardez courage. Gardez courage car Je marche avec vous et ne craignez pas celui qui vous crible. Sa fin est déjà programmée et il le sait. Ne le craignez pas. Ne le craignez pas ! Et soyez bénis dans l’amour que Je vous porte.



Message du 05 mars 2006
L'EGLISE APOSTATE.
 
Parole du Seigneur

Mes enfants, savez-vous pourquoi l’église est apostate ? C’est que premièrement elle ne s’est pas enracinée sur Ma parole. Et que deuxièmement, c’est en voulant suivre les courants de ce monde qu’elle s’est perdue. L’apostasie c’est peu de chose. C’est une pensée détournée, une parole prononcée mal à propos. Une parole sortie de son contexte et prise pour se faire du bien au cœur et à l’âme sans tenir compte de l’essentiel, c’est à dire Moi. Depuis longtemps déjà, en marchant dans ces chemins, dans ces voies, l’église m’a perdu. Entendez-vous ? Moi son Seigneur J’ai été oublié quelque part. et elle a continué à avancer, à marcher dans des sentiers qui la conduisaient de plus en plus loin de Moi, de plus en plus éloignée de l’œuvre initiale annoncée dans Ma parole. Aujourd’hui encore elle parle de Mon retour, elle parle d’un puissant réveil. Est-elle à ce point insensé pour pouvoir penser que Je m’en vais revenir dans un monde idolâtre et pécheur ? Au sein d’une église apostate ? Quelqu’un de sensé saura comprendre que cela n’est pas possible. Mes enfants, dans sa modernité, pour gagner des âmes, l’église apostate a permis que des hommes et des femmes entrent en son sein, mais elle n’a fait que des adeptes d’une idée nouvelle. Que des prosélytes suivant une idée mais ne suivant pas Celui qui est le verbe incarné. Aujourd’hui le monde s’affole, l’église s’affole. Et dans son affolement elle veut remplir des stades, de très grandes salles, réunir autour d’un podium, x…x…x personnes. Mais combien de fois ne vous ai-Je pas dit qu’une fois les lumières éteintes, où sont les disciples ? Qu’en est-il fait de ceux qui réellement se sont attachés à Moi, recevant Ma vie en leur sein, et Me remettant le poids de leur péché ? Mes enfants, s’il y en avait autant que cela, cela se saurait Je crois. Je crois que Je le saurais. Mais justement cela n’est pas. L’église s’est lancée dans des œuvres humanitaires pour calmer sa conscience. Mais était-ce cela la priorité des priorités ? Que fait-elle cette église qui dort face aux âmes qui se perdent et qui ne se retrouveront pas ? O Mes enfants, quelle tristesse et quelle désolation ! Comment peuvent-ils chanter et danser à s’en étourdir et oublier que par leur attitude et leur silence ils ont omis de proclamer la vérité. Mes enfants J’ai honte à dire ceci. Ceux qui s’appellent Mes disciples et qui honorent Mamon, ne sachant plus rien faire gratuitement, alors que J’ai dit vous avez reçu gratuitement donnez gratuitement. Et eux, en prenant Mon nom :pour en faire une publicité, appauvrissant le pauvre, en lui soutirant le prix d’un CD, le prix d’un livre. Mais vont-ils trouver en cela l’essentiel, c’est à dire l’Esprit saint qui va agréer les choses véritables de Ma maison ? Mes enfants, Je ne vous ai pas laissé entrer dans le système d’aujourd’hui et Je ne vous y laisserai pas entrer. Vous serez obligés de louvoyer, de vous frayer un chemin, mais n’oubliez jamais ceci, Je marche avec vous et Je suis sur ce chemin car Je suis votre chemin. Mon église a eu tords, tords de croire qu’elle pouvait se passer de Moi. Tords de croire que ces argumentations humaines pouvaient remplacer la parole de l’Esprit. Mon église ne s’est même pas reposée sur ses pères. Elle en a fait selon sa volonté. Et au lieu de Me suivre Moi, elle a suivi le charisme de certains. Je vous l’ai déjà dit, le clinquant et la paillette n’appellent pas l’Esprit saint. L’homme pieux sera persécuté et si vous avez accepté de vivre pieusement, très vite vous verrez le monde vous persécuter dans toutes les dimensions, quelles qu’elles soient. Pourquoi tant de fois Je vous ai laissé entrer dans des combats difficiles pour vous ? A cause de cette parole : celui qui voudra vivre pieusement sera persécuté. Le père contre le fils, la mère contre la fille. Et la belle-mère contre la belle-fille. Ceci est Ma parole. Beaucoup se gargarisent avec Ma parole. Beaucoup la citent à tords et à travers sans savoir ce qu’elle représente. Alors Mes enfants, souvenez-vous de ce que je vous dis. Pensez à ce que Je vous dis. Mémorisez ce que Je vous dis. Car viendra bientôt le temps où ils vous retireront même le livre saint , Ma parole. Mes enfants, Mes enfants sont entrés dans une course, dans une farandole, dans une danse effrénée qui les conduit toujours plus loin de Moi. Souvenez-vous, celui qui, les bras au ciel, Me bénit de ne pas ressembler à celui qui humble, pleurant sur son état, se tient prosterné devant Moi. Aujourd’hui voilà l’image de l’église. Celle qui lève les mains bien haut et qui Me remercie de ne pas ressembler à celle qui petite et humble, se prosterne devant Moi. Mes enfants à votre avis quelle est celle que J’encourage à marcher dans la direction adoptée ? Ce n’est sûrement pas celui qui s’imagine être sans péchés, mais celui qui devant Moi se prosterne et pleure devant sa condition de pécheur.  Mes enfants, ceci est un conseil, une parole véritable  et sachez que si Je ne vous ai pas laissés entrer dans le système, c’est que Mon Eglise véritable devra apprendre à vivre hors du système de ce monde. Et entrer pleinement dans la confiance qu’elle me doit. Mes enfants Je ne détourne pas Mes yeux. Je me tourne fidèlement chaque jour, veillant, intercédant le Père. Oui devant le Père. Souvenez-vous de tout cela. Vous n’êtes pas abandonnés. Peut-être rejetés, peut-être méprisés, mais dites Moi, comment ai-Je été accueilli ? J’ai été rejeté et J’ai été méprisé. Si vous voulez vivre pieusement dans la foi véritable, attendez-vous à la persécution dit le Seigneur. Alors Je vous dis : prenez courage et fortifiez-vous. Mais souvenez-vous : Je marche avec ceux qui marchent avec Moi dit le Seigneur.


Message du 22 mars 2007

 

 


Seigneur, RÉVEILLE NOTRE ESPRIT

 

 

 

 

Ce message qui suit n'est pas comme les autres, parce que c'est un message tiré de la Bible, et non pas révélé comme les autres ci-dessus. C'est guidée par l'Esprit saint que j'ai été chercher le fil conducteur de ce qui me paraissait être la volonté de Yéshua; aussi, vous avez toute possibilité, vous aussi, de faire le même itinéraire que moi-même, et, appuyés sur l'Ecriture sacrée de Dieu, vous rendre à l'évidence :  Il est Vivant et Il revient bientôt.

Que cela nous réjouisse dans ces temps qui viennent, porteurs de très gros nuages. Shalom.

Je vais en ce jour, vous parler de quelqu'un qui justement à pour nom "Joyeux" - Par les temps qui courent, Seigneur, puissions nous, malgré tout être "des joyeux" à Ton service.

Ce "Joyeux" est plus connu sous le nom de Aggée.  En relisant son aventure spirituelle, il y a de quoi réfléchir. Il parait, selon ce qui est visible, que le  peuple du Seigneur ressemble plus à du papier absorbant qu'à des adultes conscients de la vérité biblique, laissant à d'autres le soin de leur traduire la réalité spirituelle, infantilisé qu'il est devenu par un traitement prescrit par son ennemi le diable, et donné régulièrement par des docteurs séniles. 

Non! Cela doit cessez dès maintenant! Stop!

Ce que je te dis, peuple de Dieu, c'est qu'il te faut, en urgence, te rendre à la source divine, ouverte pour toi afin que tu puisses te désaltérer, t'abreuver de manière régulière; seule source dont il n'y a pas de pollution. Le peuple de Dieu est endormi, bercé par des litanies,  comme un bébé après sa tétée et son change!

Par la grâce de Yéshua, une parole cette semaine m'a claqué comme une bannière dans le vent - et ce fut la clé offerte pour que nous partagions ce qui vient après : Seigneur, RÉVEILLE NOTRE ESPRIT "Aggée 3/14". Salomon ne réclama ni or, ni puissance pour lui, mais il réclama a son Dieu de la sagesse et de l'intelligence. Il fut béni dans sa démarche sincère. Aujourd'hui, Seigneur, je te demande pour moi et pour Ton épouse, ta fiancée ce qui est écrit dans ces écrits de Aggée ; Seigneur! Réveille notre esprit!
 
En lisant puis en écrivant ces lignes, une pensée profonde vint en moi et m'amena à réfléchir encore plus qu'auparavant : la maison du Seigneur, celle ou nous vivons, 
Ma maison est pleine d'immondices.  C' est pourquoi le Seigneur nous exhorte, à travers les paroles données à Aggée afin qu'elles nous soient profitables si nous les connaissons, et surtout si nous les mettons en application. Aggée est un contemporain de Zacharie, Esdras, Néhémie, ou encore Josué le souverain sacrificateur, Zorobabel. Son rôle est déterminant dans la reconstruction du temple détruit.
 
Seigneur, avant d'écrire, je prends Ta parole pour appuie et je dis : c'est devant Dieu en Yéshua que je parle et tout cela, biens-aimés, je le dis pour notre édification à tous. (2 Corinthiens 2/12 - 19)

 
Ce message, est tiré de la Bible, seule source a laquelle je m'abreuve.
C'est dans l'humilité, en esprit et en vérité, honnêtement, que je fléchis les genoux devant le Père, baissant la tête et comme Samuel, je peux alors dire :"parle Seigneur, Ta servante écoute"

 
En tout et pour tout, Aggée "parla" le message du Seigneur 5 fois. Ceci représentent 5 messages venant du coeur de l'Éternel Dieu à ses enfants par l'intermédiaire d'un prophète (véritable celui-là). Ces messages sont pourtant reliés les uns aux autres par la texture de ces paroles fortes et puissantes dans l'Esprit parce que justement, elles parlent le langage de Dieu. Elles rappellent à l'ordre et en même temps, elles sont porteuses de bénédictions. Elles sont soumises les unes aux autres. Elles sont!


Alors Seigneur je t'ai adressé ma prière afin que tu ouvres notre intelligence et de nous aider à assimiler pleinement ce "menu" qui va nous nourrir et nous faire grandir,  a seule fin de ne plus être des enfants ballottés à tous vents de doctrines, des coquilles de noix dansant   sur les flots. Nous devons être des adultes (le temps est pressant) susceptibles de recevoir de la nourriture solide et non plus de ce breuvage que parfois on ne sait pas définir tant il est édulcoré pour ne blesser personne. Avons-nous déjà oublié les paroles sévères du Seigneur :
"race de vipère, vous avez pour père le mensonge, ou encore dehors les chiens et les voleurs"... Assez de lait dilué, et assez de couches culottes! Nous marchons debout alors assez!
 
Dans cette lecture, ce qui est déterminant, ce sont les premières paroles du prophète : "Parce que vous dîtes : le temps n'est pas venu, le temps de rebâtir la maison de l'Éternel, Moi, dit l'Éternel, je vous pose la question suivante : est-ce le temps pour vous de laisser Ma maison détruite? (Aggée 1/2-3)
 

Lorsque le Père nous interpelle, il nous faut prendre la peine, et le temps de bien réfléchir et bien répondre. Qu'en dîtes-vous? Voilà qui est directe n'est-ce pas?

Le Père, avec sa sollicitude, son amour pour ses enfants, pose à Son peuple juifs et non juifs confondus une question qui demande réponse. Vous que j'aime, pourquoi vous souciez-vous de "vous" en toutes choses au lieu de faire passer Mon service en premier? Il faut se souvenir pourtant que notre Seigneur à déclaré par Lui-même qu'Il n'habiterait pas dans une maison faite de mains d'homme. Alors quoi Seigneur, pourquoi Ton intervention qui n'est pas très agréable pour nous qui ...

"Ce que Je veux, dit le Seigneur, dans Ma volonté, c'est que vous Me bâtissiez une maison spirituelle. Dans cette maison seront ceux et celles qui ont cette vision spirituelle, Ma vision. Dans cette maison, tout ce qui est charnel ne peut pas y résider"
(Mathieu 21/13 : Ma maison sera appelée Maison de prières 1Pierre  2/5 : comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d'offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Yéshua). Amen!

Aujourd'hui, nous sommes dans un autre siècle, un autre temps!

Pourtant nous pouvons comprendre ces paroles, et  parce qu'elles ont la senteur de ce qui est vérité, nous les accepterions si elles nous étaient annoncées,  du haut d'une chaire, d'une estrade ou encore sur le net. Elles sont paroles vivantes, éternelles, à l'image de La seule Parole véridique donnée aux hommes pour leur salut.
Aggée 1/5 : Le Seigneur nous pointe son  doigt pour nous dire : "Considérez attentivement avec sérieux, vos vies". Vous semez beaucoup, vous comptiez sur beaucoup et pourtant vous ne recueillez rien! Parole ô combien véritable, épousant parfaitement nos vies dans notre siècle comme d'autres avant nous!

Qu'est devenue cette Église glorieuse qui marchait sur cette terre avec Son Époux - pieusement, avec puissance? Qu'est devenue "la fiancée" ornée d'or pur et de fin lin? Que sommes-nous devenus face à la promesse qui avait été faite pour chacun d'entre nous? Et ne me dîtes pas vous êtes mieux que le voisin, parce que je ne vous croirai pas!
Nous sommes englués dans un "politiquement correcte" entretenu dans l'Église qui se devrait d' être vivante, impétueuse, provocante, et à l'image des premiers martyrs, ou encore de ceux, qui, a ce jour, ne regarde pas à leur vie mise en balance contre le reniement de leur foi.

Le Seigneur ne désire pas que nous soyons les moutons de Panurge, il souhaite et veux que nous soyons les brebis de son pâturage,  mais non de celles que le monde veut se mettre sous la dent. Nous avons, en lui, la possibilité de résister à toute charge, à tout assaut de l'ennemi, et même de le défaire dans ses oeuvres. Mais pour celà, il nous faudrait, de temps à autre, nous souvenir de quelle maison nous sommes : 1 Corinthiens 4/20 -  Car le royaume de Dieu ne consiste pas en paroles, mais en puissance.

Qu'avons-nous fait de La parole de Dieu dans nos vies si bien rangées, si bien organisée? Un objet pour chaque place;  mais dans nos maison, y a-t-il encore un endroit pour que notre âme vive au rythme de Yéshua?
Nous acceptons tout, nous tolérons tout, nous marchons un pied sur le trottoir et l'autre dans le caniveau, et c'est pourquoi l'Islam arrive au galop avec à sa suite toutes les perversions des autres dénominations acceptées. Nous ne combattons plus rien et nous avalons toutes les pilules présentées. Vive l'église apostate et le restant! Youpi! soyons tolérant!.. Un homosexuel  dans l'église n'est plus gênant (ni gêné), un adultère la semaine et si pieu le dimanche, un jeune qui se drogue, et toi église tu te tais! Honte à toi je te le dis, tu recevras ta récompense! Ce n'est pas parce que tu auras laissé entré le péché dans ton sein que le Seigneur te demandera des comptes, c'est parce que tu te sera voilée la face, que tu aura fait comme si tout allait bien et qu'en sommes, puisque nous sommes fait à l'image de Dieu, nous pouvons cohabiter sans dénoncer le péché qui déjà répand le gout des cendres, le gout de la mort dans tes murs. 

Nous disons : Satan est l'auteur de ce débordement et de cette léthargie. Je t'en concède un peu, mais regardons-nous et voyons enfin ce que nous ne voyons plus, et repentons-nous avant de parler réveil! Seigneur, je crie vers Toi : RÉVEILLE NOTRE ESPRIT ! Regarde Seigneur, ce que nous sommes devenus! Nous pleurons (certains)  sur notre misère, alors je te le dis :
Seigneur! Réveille notre esprit abattu et sans force (Aggée 1/14)
 

Remarquez avec quelle insistance il est écris ces mêmes paroles répétitives :  Ainsi parle l'Éternel des armées : considérez attentivement vos voies (Aggée 1/7-8)

Que crois-tu, infidèle? Penses-tu véritablement obtenir les faveurs de notre Seigneur lorsqu'Il contemple ta veulerie et ta façon d'agir? Tu t'es rebellée!  Il est temps de comprendre ce que notre Dieu nous dit.
 
En faisant la constatation ci-dessus, je me mets a penser et me dire : Seigneur! si Tu revenais en ce jour, qu'en serait-il de nous? Nous savons maintenant que notre Seigneur a commencé le ménage dans Sa maison premièrement. Il a son van à la main et Il sépare le bon grain de l'ivraie.
S'il commence ainsi par Sa propre maison, qu'en sera-t-il de ceux qui batifolent encore loin de Lui?


Nous n'avons plus le droit, ni le temps de Jouer à l'Église! Fini!
Si nous n'acceptons pas ce qu'Il nous enseigne alors s'en est fini pour nous. Que dit-Il en réalité? des paroles fortes et solides comme le Rocher des siècles qu'Il est. Si tu veux Me suivre, prends ta croix et suis-Moi! Abandonne ta vie et viens avec Moi! Es-tu prêts à cela? C'est le prix! Il est temps de comprendre l'essentiel, lorsque Paul nous dit : vous n'êtes encore qu'au lait.. Lorsque j'étais un enfant, je parlais comme un enfant, aujourd'hui que je suis un homme, je parle comme un homme, faisant disparaître ce qui est de l'enfant - 1 Corinthiens 13/11. 

Église, sort de ton babillage et parle le langage des adultes.

Notre monde est agonisant, Les yeux nous ont été donné afin que nous puissions voir, et si nous sommes mal voyants (puisqu'il ne faut plus dire aveugles) Dieu nous l'a dit et Il lle répète encore et toujours, jusqu'au jour ou viendra le silence. . Ses paroles étaient déjà présente avant que nous fussions dans ce monde.

Regardez! Constatez ce que la terre est devenue! Ceci est le fruit de nos semences . N'y aura-t-il pas de très grandes détresses, des grandes famines ou mourrons bien des hommes et des animaux! Lisez Aggée 1/11 et vous comprendrez que Dieu, qui garde le regard sur nous,ne nous a pas laissé à l'abandon, nous parlant encore et encore, mais nous sommes devenus sourds.   Des spectacles a ce jour nous montrent de plus en plus l'état de l'humanité : violence, sexe, méchanceté, mensonge et surtout le fin des fins : le profit pour lequel des individus préfèrent se donner la mort plutôt que de continuer à subir le poids des profits industriels et autres. Assez Seigneur! Nous en avons assez! Que faut-il faire pour ne plus vivre cela? Mon appel Seigneur pour l'humanité entière : RÉVEILLE L'ESPRIT DE TES ENFANTS qui peuvent, en rétablissant Ta maison spirituelle, faire que le mal soit repoussé au-dehors de ses limites! Assez Seigneur, nous en avons assez!
 
Seigneur! Comme Tu l'as fait du temps de Josué, de Zorobabel, de Esdras, Néhémie, Aggée, Réveille notre Esprit qu'afin nous nous levions, et nous agissons comme Toi Tu le souhaite.
Seigneur, exerce Ta miséricorde sur nous Tes enfants.
Nous voulons marcher avec Toi et puisque tu as intimé à Aggée l'ordre de parler au peuple entier, fais de même avec nous et Réveille notre Esprit.

 
- Aggée 2 - L'Éternel de dire : comment voyez-vous cette maison? Comment la voyez-vous telle qu'elle est aujourd'hui?

Seigneur! Je  suis  consternée de voir comment est Ta maison spirituelle. Cela est horrifiant parce que, sans y prendre attention, nous avons oeuvré pour qu'il en soit ainsi.
 
Seigneur! Que devons-nous faire pour voir Ton Église, celle que Tu t'es bâtie, prendre  enfin vie devant tous?
" Mon Église, fortifie-toi, dans tes larmes! Petits et grands, Ton Dieu arrive sur les nuées, dans Sa gloire. Fortifiez-vous parce que vous n'avez plus de temps devant vous!
Malheur à la terre en ces jours parce que le diable est descendu vers nous tous, animé d'une grande colère, sachant le peu de temps qui lui reste (Apocalypse .12/12).

Fortifie-toi, peuple entier, car Je suis avec vous dit l'Éternel des armées.
Je reste fidèle à l'alliance que J'ai faite avec vous (Aggée 2/4-5) et Je dis : la gloire de cette deuxième maison sera plus grande que la première. Dieu ne méprise pas les petits commencements, et si tu es tombé, reviens, dit le Seigneur, dans Ma maison!.

 
Aujourd'hui, si tu reviens sur tes pas, le Seigneur dit
"Dès ce jour, Je répandrai Ma bénédiction (Aggée 2/19), mais FORTIFIE-TOI et TRAVAILLEZ (Aggée 2/4).
Alors que nous voyons la futilité de ceux qui sont à la tête des nations, nous
avons été oublieux d'avertir quand il était temps. Lorsque le Seigneur nous mandate pour avertir, faisons-le.Notre Seigneur agit avec force : J'ébranlerai, Je renverserai... Seigneur! RÉVEILLE NOTRE ESPRIT avant que n'arrive Ta colère sur nous! Mon serviteur, Ma servante, Je te garderai comme un sceau car Je t'ai choisi (Aggée 2/23).

 
Je souhaite fortement en ce jour : qu'ensemble, là ou nous nous tenons (village, ville, pays)... nous nous positionnons devant le Seigneur Yéshua, connaissant ce que nous sommes devant Lui, et que d'une seule âme, nous criions à Lui :
SEIGNEUR! RÉVEILLE NOTRE ESPRIT!
Et l'Esprit dit Vient!



Message du 02 avril 2007


Oh Dieu, Dieu éternel, je sais que Ta main n'est pas trop courte pour agir, ni ton oreille trop loin pour entendre. Le cri des malheureux est monté jusqu'à Toi!et

 Parole du Seigneur

 

J'ai cherché des hommes, des femmes, et je ne les ait pas trouvés.
Qu'en sera-t-il dans les prochains temps, lorsque la terre croyant devoir se réjouir comprendra mais trop tard que le jour de Ma venue est un jour de ténèbres et de deuil, un jour ou la terre tremblera et passera par le feu de Ma colère, le jour ou la lune perdra de son éclat pour se voir auréolée de sang, ou les étoiles tomberont sur la terre -
Ne vous réjouissez pas encore, mes biens-aimés dit le Seigneur, ne vous réjouissez pas car vous ne savez pas ce que vous demandez.

Qu'en sera-t-il de vos espérances, qu'en sera-t-il de vos fêtes et de vos rires? N'avez-vous pas appris que je préférai la maison du deuil,  les "Déborah" et les "Jérémie" et toi Chantre, ou es-tu ? pourquoi avoir déserté ma maison ? Pourquoi laisser une musique se propager sur la terre qui  endort  l'Esprit Saint donné aux hommes?
Mon Eglise, Ma colère est "patience" encore en ce jour mais bientôt, oui, très prochainement, viendra que tes yeux contemplerons Ma colère. Elle me devancera, elle marchera devant Moi et Moi alors, j'exécuterai Ma parole sans plus tarder, parce que tu n'as pas crû, parce que tu n'as pas crû, parce que tu ne M'as pas crû dis le Seigneur !
 
Terre, écoute moi maintenant ;  Je te dis : fais silence devant Moi.
Tiens ta bouche en bride, ne regarde plus à toi mais détourne tes regards de ce qui fait aujourd'hui ta joie.
Retourne d'où tu es tombée, reviens à Moi dit le Seigneur et alors tu goûteras aux joies ineffables de Mes promesses qui demeurent éternellement le oui et l'amen du Père !

 
N'ai-je pas dis : Je ris de mes ennemis?
N'ai-Je pas dis : Je suis lent à la colère, riche en bonté, mais aurai-tu oublié que Je dis aussi : Je ne tiendrais pas le coupable pour innocent.

 
Terre, le sang des innocents versé par tes "prêtres" en Mon Nom est maintenant à découvert parce que la terre doit maintenant mettre à nu ce sang versé pour la seule gloire de ceux qui paradent pour eux.
 
Je suis Celui qui annonce la vérité et toi tu es celle qui n'entends plus tant le bruit monte et couvre ta face- mais sache que Ma parole est vivante et que rien de tes actions ne pourrai me faire changer d'avis.
Je reviens! Telle est la seule vérité et Je te dis en ce jour : au lieu de tes danses, au lieu de tes chants, prends le deuil car chacun répondra pour lui-même et toi, qui te ris de ce que je peux exprimer, qui te dis qu'il y a encore du temps... JE TE DIS : MENSONGE ÉHONTÉ !

 
Mon Doigt pointe la terre, et chaque parcelle de celle-ci ne saurait se cacher devant Moi qui juge la terre déjà !
Je suis le premier et le dernier, et à part cela il n'est rien !

Rois !
Présidents !
Roitelets de ce monde : vôtre temps s'achèvent et rien ne pourra compenser ce que vous avez perdu -

Une seule promesse de Ma part à ce jour : REPENTEZ-VOUS DES MAINTENANT et alors tu entrera dans ton repos !
 
Je dis : Satan, sache une fois pour toute que tu as perdu l'autorité que tu avais dérobé à l'homme Adam lors de sa chute, et qu'a ce jour Je te l'ai reprise -
Je vais Moi, dit le Seigneur, faire connaître à Ma maison, celle qui a ce jour courbe le dos sous tes menaces, mais qui demeure glorieuse à Mes yeux, que Je lui redonne cette autorité nommée "CHILO".

Le "Chilo" est plus que tu ne le crois; c'est l'autorité de Mon Père donné au Fils Bien-Aimé afin que celui-ci la donne à Ses serviteurs et Ses servantes, à ceux dont Il veut se servir pour que la Gloire du Père devienne maintenant évidente pour le monde entier.
 
Mon Église, as-tu oubliée que J'ai dis que l'homme, fait de peu inférieur aux anges, serait amené à les juger?
Vous qui gouvernez le monde, avez-vous oubliez que c'est d'abord Moi que vous deviez honorer et servir,  et en servant les petits de ce monde, c'est Moi que vous serviez?
Pourquoi ces cris et ces appels qui montent de la terre jusqu'à Mon trône comme mon peuple qui lui-même cria à Moi jusqu'à sa délivrance?

 
J'avertis encore : c'est le temps ou celui qui comprendra ces paroles, et qui se mettra devant Moi , dans l'élan des cris et des larmes , rejoignant ainsi ceux qui déjà abreuvent Mon coeur de ces appels, entrera dans mon salut.
 
Que celui qui a des oreilles comprennent la volonté du Père Céleste donné par la voix du Fils afin que le plus grand nombre soit sauvé. Telle est Sa volonté dit le Seigneur.

 
Shalom et amen!
Naomie.
 

 Jeudi 12 avril 07  
 
Parole du Seigneur.

Dans une maison, lorsqu'il y a le deuil, on arrête la pendule et on abaisse le drapeau - (ce n'est pas une maison, c'est l'image de la terre) -
En ce jour, terre, tu es dans le deuil; alors arrête la pendule du temps et abaisse le drapeau de la victoire parce que tu es sous le joug de la corruption. Toute entière, tu es corrompue. C'est pourquoi le spectacle que tu m'offres est sordide.
Tu as fait comme Caîn et tu t'es vendue au plus offrant.
Aujourd'hui, ta nudité est offerte à tous ceux qui te regarde et te convoite.
Terre, tu as oublié Mes commandements et comme une truie, tu t'es vautrée dans ta vomissure.
Comment est Ma maison?
Moi Je te le dis : Je détruirai, sur un mot, la pourpre et l'hermine, la dorure et Je te rendrai méprisable jusqu'à ce que tu comprennes où tes pas te conduisent. Tu marches dans la désolation et dans le mépris. Mais Moi aussi Je méprise ton attitude et bientôt, très bientôt, Je t'arracherai ce qui fait ton orgueil et ta joie.
Nue tu seras, et c'est alors qu'en te voyant ainsi, tu imploreras Mon pardon et Ma miséricorde. C'est alors que Je reviendrai vers toi et j'oublierai Ma volonté de te détruire, si ton repentir est véritable et sincère.
Terre! Tu as exploité les plus petits, et tu as tourné tes regards vers celui qui t'achetai à prix d'argent, c'est ton âme que tu as vendu.
Terre, de tous temps, tu as procédé ainsi, mais aujourd'hui Je te dis ceci :

- Si tu ne veux pas revenir vers Moi, si tu ne veux pas déposer à Mes pieds le poids de ta forfaiture, Moi, le Seigneur, ton Seigneur, Je t'obligerai, à cause de Mes enfants, oui, Je t'obligerai à baisser la tête devant Moi. Je t'obligerai à venir en Ma présence pour que Je puisse circoncire ton coeur.

 
Une nation contre une nation,

Un royaume contre un royaume -

voilà ce qui est maintenant. Malgré ton vouloir de paix, tu n'auras pas la paix sur l'étendue de tes continents, parce que, chaque fois que tu as prononcé ces mots : paix et sécurité! Moi dis le Seigneur, J'ai posé Ma main sur toi et tu as perdu le fruit de ton espérance.

Si tu reviens à Moi dis le Seigneur, J'ôterai le poids de tes transgressions.
Mais pour cela, il va te falloir détruire l'autel de ton orgueil et que tu te repentes maintenant, alors, comme autrefois, Je te garderai dans Mes voies dit le Seigneur de toute la terre.
shalom et amen!

 

Naomie