Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

 

 BARAK HUSSEIN OBAMA!

 

 

 remis sur le site Mardi 21 Septembre 2010.

 d'un texte médiatique du 17 Janvier 2009 et pour lequel j'ai reçu des paroles du Seigneur.

 

Barack Obama est arrivé à Washington au terme d'un voyage triomphal

 

© 2009 AFP (John Moore)
Joe et Jill Biden, Barack et Michelle Obama le 17 janvier 2009 au départ de Baltimore
Barack Obama est arrivé samedi soir à la gare de Washington, au terme d'un voyage triomphal en train entre Philadelphie (est) et la capitale, où il sera investi mardi 44e président des Etats-Unis.
Ce voyage de 225 km, qui a donné le coup d'envoi des festivités pour l'investiture mardi du premier président noir des Etats-Unis, s'inscrit dans les traces du modèle de M. Obama, Abraham Lincoln qui avait emprunté le même itinéraire avant son investiture en 1861.
Malgré un froid glacial, Barack Obama a été acclamé par des milliers d'admirateurs massés le long de la voie. Debout à l'arrière du train, sur la plate-forme d'un wagon bleu nuit des années 1930, le futur président saluait la foule. A l'étape de Baltimore, quelques 40.000 personnes ont assisté à son discours. "Il nous a envoyé un message stimulant", a dit Michael Williams, resté pendant six heures dans le froid avant qu'Obama ne prenne la parole.

 
"Les gens veulent un changement qui soit positif, a-t-il expliqué. Ces dernières années, nous n'en avons eu aucun. Nous avons bien besoin d'un remontant". "C'est magnifique. Ca me donne envie de faire plus de choses dans ma vie", a expliqué Will Moore, 22 ans, tandis que Nicole Harris, une hôtesse de l'air de 32 ans, a confié être "venue pour voir l'Histoire en marche". Le futur chef d'Etat a retrouvé devant les foules venues l'entendre les accents de sa campagne.
"Ensemble, nous savons qu'il y a du travail à faire", a-t-il déclaré lors d'une étape à Wilmington (Delaware, est). "Ensemble, nous savons que l'Amérique se trouve à la croisée des chemins: un pays en guerre et une économie en panne, un rêve américain qui semble s'évaporer". "Le temps est venu de nous relever une fois encore", a-t-il lancé.
A la gare, Barack Obama a été rejoint par le futur vice-président Joe Biden, qui a représenté l'Etat du Delaware à Washington pendant 36 ans.

Le convoi d'une dizaine de wagons, remplis de journalistes et d'agents de sécurité, est parti symboliquement de Philadelphie (Pennsylvanie, est), berceau de la déclaration d'indépendance de 1776 et de la Constitution américaine. M. Obama était accompagné de son épouse Michelle, qui fêtait samedi son 45e anniversaire, et de ses filles Sasha et Malia.
 Avant de prendre place à bord du train, M. Obama s'est dit conscient de l'arrivée de "jours difficiles", en référence à la récession et aux deux guerres livrées par l'Amérique en Irak et en Afghanistan. "Rarement dans notre histoire, une génération aura été confrontée à d'aussi importants défis, a-t-il déclaré. Les difficultés peuvent être surmontées "si nous faisons appel à l'esprit qui a renforcé notre démocratie depuis que George Washington a prêté serment", a-t-il dit, évoquant le premier président investi en 1789.
Il a invité ses compatriotes à adopter une "nouvelle déclaration d'indépendance". "Pas simplement dans notre pays, mais dans nos propres vies, (une indépendance vis-à-vis) de l'idéologie et de l'étroitesse d'esprit, des préjugés et du sectarisme", a-t-il dit.

Après Abraham Lincoln, Barack Obama marchera dimanche dans les pas d'un autre de ses modèles: il prendra la parole sur les marches du Lincoln Memorial, où Martin Luther King, le leader noir assassiné, a prononcé en 1963 son fameux discours "I have a dream" sur l'égalité entre noirs et blancs. Son discours doit être suivi d'un concert où seront présentes de nombreuses stars.
                                 
               

Pourquoi ce texte ?
 
Simplement pour faire la balance entre ce qui est de l’homme et ce qui est de Dieu.


Hier Samedi 17 Janvier de l’an de grâce 2009 nous indique le calendrier, je me tenais devant le Seigneur. Effectivement, la terre ne fonctionne plus, actuellement, qu’au rythme de SON Messie Obama.
J’aime cet homme, parce que nous sommes appelé à aimer, n’est-ce pas ? Mais il y a en lui un charisme assez rare qui l’auréole tout entier d’une marque spécifique.
Son élection est à l’image de celle de Hitler en Allemagne, de Gaulle en France, par la fièvre et l’enthousiasme soulevés.
Cela n’en fait pas un Hitler bis ni même un de Gaulle bis. Non, c’est B.Obama. Et croyez-moi, je ne veux pas de sa place, pas même pour un empire.

Alors, après cette entrée en matière, quoi me direz-vous ?

Et bien, souvenez-vous, il y a peu de temps, alors que cet homme n’était pas dans les faveurs électorales de l’Amérique, pour bien des raisons que nous savons tous, le Seigneur l’annonçait Président, mais lui donnait un « code de la route » a respecter sous peine de « sanctions ».
Lorsque j’ai reçu bien avant le 14 Juillet 2008 que la France et l’Amérique toucheraient au fondamentalisme sur lequel repose leur credo, nous avons vu que la France avait déjà agit dans le remaniement de ses bases en touchant justement à ces fondements et ce avant le 14 Juillet. Quant aux USA, lisez le texte ci-dessus et vous comprendrez que Monsieur Obama va être celui qui « touchera » à celui de l’Amérique.


Souvenez-vous également que sa vie est et sera constamment menacée. Ce ne sont pas les deux « tueurs » appréhendés qui sont à craindre, ils ne le sont plus. Ceux qui sont à craindre sont les mêmes qui ont agit, prenant leur temps certes, contre des personnes comme JFK, son frère Robert, le pasteur M.L.King.
Ils se veulent « Maîtres du monde, et Maîtres du temps » mais l’un et l’autre sont dans les mains du Seigneur éternellement. Tout est à Lui.


Donc, voici ce que j’ai reçu de la part du Seigneur :

 

L’investiture de Monsieur B. OBAMA est UN COURONNEMENT SPIRITUEL.

Toutefois, la couronne qui repose sur lui est une couronne BLESSANTE, et le manteau qui repose sur ses épaule est un manteau de couleur POURPRE (le sang).

Son « règne » va être pour lui personnellement un temps douloureux.
Les hommes l’ont élu, et, plus que d’autres, il portera la culpabilité de sa nation.

Il sera « hué » autant qu’il a été acclamé, et comme Yéshua, il pleurera sur Jérusalem.

Alors que je demandais au Seigneur une confirmation de cela, comme à chaque fois d’ailleurs, j’ai reçu
Jean 19, Christ devant Pilate, la crucifixion après les applaudissements et le désir de faire de Christ un roi terrestre.

Et la certitude qui m’est venue en pensée et dans mon cœur, c’est que cet homme VA SOUFFRIR POUR "LE PLUS GRAND NOMBRE."

Ne vous y trompez pas, et ne me faites-pas dire ce que je ne dis pas. Souvent le Saint Esprit me montre des images, des clichés, me révèle la volonté du Très-Haut par Sa parole, ou bien encore par paraboles.

Monsieur Obama n’est sûrement pas le Messie notre Dieu.

 

Non ! Il est lui aussi l’objet de l’amour de Dieu pour l’humanité toute entière, mais il fait partie intégrale du plan de Dieu pour l’avenir qui consiste à voir le Christ venir chercher son épouse, et voir l’échec cuisant de Satan enfin concrétisé.

Shalom.
Fait le 18 Janvier 2009, par Naomie.

 

Le temps est passé et à ce jour, nous pouvons constater le bilan qui est celui de M.Obama : certes, il a pu faire voter l'assurance maladie pour ses concitoyens, mais voyez à ce jour le malheur qui frappe l'Amérique de plein fouet : des chômeurs comme jamais, plus que lors de la "crise" de 1929, avec, à la clé, des malheureux qui ont perdu leurs maisons, et les "traders" qui s'enrichissent de nouveau, avec le triomphalisme des sociétés financières.

Ou est la leçon tirée des évènements qui viennent de se produire? Et puis, de plus, l'engagement militaire américain sur des territoires étrangers, pour lequel il aimerait l'engagement des pays membres de l'OTAN - voyez pourquoi De Gaulle nous avait dégagé de cette dernière et de son asservissement envers les Etats Unis d'Amérique d'alors. Nous y sommes retournés, pauvres fous que nous sommes.

D'autres évènements annoncés vont arriver, parce que c'est déjà en route, parce que c'est déjà là, présentement.

Monsieur Obama, lors de son investiture, à clairement prété serment devant son drapeau, en tant que Barak Hussein Obama.
Sa hargne (cachée mais existante) de voir Israël fléchir devant la volonté américaine en ce qui concerne les Philistins,

Oh, ne nous y trompons pas, nous ne retournerons pas en arrière, et vient le temps des larmes pour ceux qui voudront danser plutôt que de se frapper le sein et gémir sur son péché.

Ecclésiaste  7/4 - Le cœur des sages est dans la maison de deuil, et le cœur des insensés dans la maison de joie.

 

Shalom. Naomie