Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

title

NOUS AVONS RECLAME BARABBAS !

 

Matthieu 27/16 et 17 - Ils avaient alors un prisonnier fameux, nommé Barabbas.

Comme ils étaient assemblés, Pilate leur dit : Lequel voulez-vous que je vous relâche, Barabbas, ou Jésus, qu’on appelle Christ ?

Matthieu 27/20 et 21 - Les principaux sacrificateurs et les anciens persuadèrent à la foule de demander Barabbas, et de faire périr Jésus.

Le gouverneur prenant la parole, leur dit : Lequel des deux voulez-vous que je vous relâche ? Ils répondirent : Barabbas.


Matthieu 27/26 - Alors Pilate leur relâcha Barabbas ; et, après avoir fait battre de verges Jésus, il le livra pour être crucifié.


SHALOM

Oui, shalom à vous tous les bien aimés du Seigneur !

Il y a quelques jours à peine, je pensais à notre Seigneur et à ce qui a été sa peine et sa souffrance déjà exprimée à Gethsémané, tandis que Satan le tentait afin que Christ renonce à ce pourquoi il était entré dans ce monde en chair, comme un homme, et consommée à Golgotha, dès que les premiers cris s'élevèrent contre lui : « crucifie... crucifie... crucifie ! »

J'avoue que lorsque remontent en moi ce scénario inhumain, mon âme frémit en dedans de moi et coulent les larmes sur mes joues. Oui, c'est ainsi et je n'y peux rien, et je n'y veux rien changer !

Christ ! Ma souffrance ! Mon remord, mon regret...

Actuellement, il est beaucoup de films documentaires relatifs à la deuxième guerre mondiale, tout comme nous fêtons, actuellement, la fin de la première guerre mondiale de 14/18. Mais est-ce donc une fête que de danser sur des cadavres et des tombeaux alignés les uns à la suite des autres ?

Je ne le pense pas ! Aime ton prochain comme toi même ?...

Lorsque le dictateur Hitler franchit toutes les limites du supportable pour faire sombrer le monde dans l'insupportable, déniant jusqu'à la folie le droit de vie au peuple juif, et déjà, avec ses ministres démoniaques, dès le 14 Janvier 1939, mettait la touche finale à ce que nous connaissons sous l'appellation « solution finale » en y incluant les pays non encore envahis tels La Suisse et Le Portugal.

Que faisait le monde pendant ce temps ? Il faisait ce qu'il a toujours fait depuis le premier jour du monde : il mangeait, buvait, commerçait et mariait ses enfants - Matthieu 24/38 - Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ;

Luc 17/27 et 28 - Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; le déluge vint, et les fit tous périr. Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient …

N'est-ce pas ce qui est advenu au Rwanda ? Au Kosovo ? Et ailleurs !

Les hommes, de tout temps, refusèrent d'endosser leur part de culpabilité dans cette infamie, et cela même lorsque, sous l'influence des religieux de l'époque du Seigneur, ils criaient : crucifie...

Ils n'acceptèrent pas de se reconnaître coupable ! Oui, coupable, comme nous le sommes tous !

Nous avons, nous aussi, hurlé : crucifie... et nous avons, nous aussi ajouté : que son sang retombe sur nous et nos enfants...Matthieu 27/25 - Et tout le peuple répondit : Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants

Nous avons pactisé avec Satan, tout comme le fonds ceux et celles qui s'engagent par des pactes démoniaques (les Francs-Maçons, les Illuminatis, et tout ceux-là qui leur sont semblables, sans omettre les ultra-religieux d'aujourd'hui qui, au nom d'une illusoire unité spirituelle, amènent les pierres qui servent à bâtir la nouvelle tour de Babel et, par la conception et l'édification de l'Eglise unique, amène œcuménisme apostat qui s'appelle LA GRANDE PROSTITUEE. Ainsi est le nom de cette soi-disant église de Dieu. Mais quel dieu ?...

S'il n'en était pas ainsi, s'il en était autrement, Israël aurait reconnu et accepté Christ Yéshua comme l'Agneau de Dieu, comme le Prince de la Paix, comme Le Shalom divin, bref, il aurait accepté Christ comme Le Messie annoncé dans les saintes Ecritures. Ils ne l'attendraient plus, ils le connaîtrait !

Lorsque l'Esprit saint m'a conduite dans cette pensée dirigée sur la foule hurlante, j'ai compris une chose essentielle que nous ne prenions pas le temps d'examiner en profondeur. En réalité, deux personnages principaux : Christ Yéshua, le juste de Dieu et le « malfaiteur » Barabbas, « gibier de potence (?) » qui au regard de la loi romaine, méritait grandement son sort ! Nous avons pour habitude de parler de ces deux-là qui étaient suppliciés en même temps que notre Seigneur, nous ne « savons » pas faire autrement. Mais il y a ce qui s'est fait et dit loin de la foule curieuse et furieuse. C'est l'époque de la Pâques juive, Pessah ! Et il nous est rapporté qu'en ce jour-là, le Gouverneur de la Judée avait le droit, dans le cadre de l'autorité de César, de remettre la vie à un coupable condamné à mort, et de le relâcher, quoi qu'il ait accomplit.

Cela, nous le savons, nous connaissons, nous avons entendu encore et encore ; Mais avons-nous compris l'essentiel du message ? Acceptons-nous notre culpabilité et notre condamnation à mort à cause de ce que nous sommes meurtriers dès le commencement ?Jean 8/44 - Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge.


L'Allemagne Hitlérienne se basait sur un simple fait de déni : nous ne sommes pas coupables, les juifs sont coupables ! Ce sont eux qui ont crucifié le Christ ! Voilà le fondement sur lequel ils se sont enracinés pour agir de façon scélérate et assassine, sans pour autant permettre au monde de bouger en faveur d'Israël.

Les SS et autres assassins, ceux qui commirent des atrocités dans les villes et villages occupés, et les autres qui agirent dans les camps de la mort, tous unis dans la même pensée : Dieu avec nous, et punissons les coupables !

Une inscription sur les dagues des assassins : Dieu avec nous ! Mais n'est-ce pas au peuple juif qu'il a été fait, premièrement, le cadeau du don de Dieu : il nous est né un fils, et son nom est Emmanuel, Dieu avec nous !

Oui, premièrement, le peuple juif connu le don de Dieu Mathieu 15/24... Ma mission se limite aux brebis perdues du peuple d'Israël.... 28/O femme ! Ta foi est grande, qu'il soit fait comme tu le veux !


Voilà comment la vérité a été détournée au profit de la malfaisance, et comment Pharaon prit le pouvoir en s'inclinant devant les puissances du Mal.


Nous disons que nous sommes innocents, que nous n'étions pas nés, etc... Mais mes frères et sœurs, cette vilenie accomplie couvrait et couvre tous les siècles passés présents et futures, et nous sommes les artisans de ce qui a été accomplit un jour à Golgotha !

Pourtant, ce n'est pas Christ qui aurait du être présent ce jour-là, du moins c'est ce que nous sommes toujours tentés de penser. Mais non, toutes choses ont été accomplies comme il se devait d'être, et c'est bel et bien Christ qui devait mourir ce jour-là, pas Barabbas, malgré sa conduite et son péché !

Barabbas ! Barrabas !... Crucifie... Crucifie !... Entendez les cris des pauvres fous que nous sommes qui réclamons la mort du Juste et désignons le coupable innocent - Jérémie 4/22 Certainement mon peuple est fou, il ne me connaît pas ; Ce sont des enfants insensés, dépourvus d’intelligence ; Ils sont habiles pour faire le mal, mais ils ne savent pas faire le bien. — 

Ils ne sauront pas faire la différence entre le bien et le mal dit la parole ! Ce n'est pas spécialement pour nous en ce jour, ni pour demain; Non c'est pour toujours ! Car ce jour-là, nous n'avons pas su faire la différence en le Bien de Dieu et le Mal du Malin, et nous avons réclamé la libération de l'assassin.

Mais est-ce que l'assassin, mourant sur une croix, avait l'autorité nécessaire et le pouvoir de Dieu en lui, pour sauver les âmes perdues, pour vaincre Satan et lui reprendre le Chilo afin de le redonner à qui de droit ? Je ne le pense pas !

QUI ETAIT BARABBAS ?

Nous connaissons Barabbas dès l'Evangile de Mathieu (chap.27) de Marc (chap.15) et Luc (chap.23)

Barabbas est accusé de sédition. C'est un crime contre Rome et contre César, mais il y eut bien d'autres foyers de résistances, tel celui de Massada ou les résistants préférèrent se donner la mort mutuellement plutôt que se rendre. C'est la période ou Rome a envahit la Judée, et les insurgés sont nombreux, très nombreux. C'est un « Zélote » un rebelle à l'autorité romaine. Il est connu par un grand nombre qui le soutient dans son combat contre les envahisseurs. Donc, il est regardé comme « un héros populaire »

Il est défini comme « brigand »

Arrêté et jugé par Ponce Pilate alors que déferlent nombreuses insurrections, la sévérité de Rome s'affiche ouvertement et librement. C'est également une époque répressive ou de très nombreuses crucifixions sont exécutées, punitions infligées aux insoumis.

Barabbas mérite la mort en tant que « leader » d'un groupement de Samaritains rassemblés sur le mont Garizim contre la volonté du Gouverneur romain.


C'est pendant son procès que Christ est arrêté et jugé par le même Ponce Pilate, sous la même accusation : faiseur de troubles, meneur de troupes... Le climat conflictuel est tel que Pilate n'est pas enclin à l'indulgence, et de plus, il est harcelé par les religieux qui se servent de la loi des juifs pour ne pas se salir les mains et laisser faire le travail par d'autres moins scrupuleux. Pour le « bien » de tous !

C'est la formulation employée par Caiphe et relatée par Jean 18/14 - Et Caïphe était celui qui avait donné ce conseil aux Juifs : Il est avantageux qu’un seul homme meure pour le peuple.

Barabbas est condamné, il reste a régler le sort de Christ Yéshua ! Pilate se frotte les mains (avant de se les laver) et César sera content !

Les religieux vont pousser le vice jusqu'au bout et sous l'inculpation de blasphème (Christ s'est autoproclamé « roi des juifs ») seul César peut s'autoproclamer de ce titre, et quiconque outrepassera cette possibilité sera coupable et mis à mort.

Les religieux vont gagner le gros lot – Christ est condamné à mort, tout comme l'est Barabbas.


Cependant, Pilate est perturbé parce qu'il sait que Christ ne peux pas être coupable, le fils d'un charpentier, sans savoir que déjà son sort à lui aussi est désormais lié à cette mort ignominieuse ! Lave tes mains, Pilate ! Jamais le sang du Juste ne disparaîtra, il tâchera tes mains, ta vie jusqu'au bout d tes jours.


C'est la Pâques de l'Alliance nouvelle ! C'est le renouvellement de la promesse de Dieu pour nous les hommes pécheurs, qui sommes pareils à Barabbas l'insoumis, le Zélote, le Sicaire !

Crucifie crie la foule sourde aux appels de clémence ! C'est fini ? Non, ça vient juste de commencer ! L'accès à la Grâce est ouvert et l'Alliance est renouvelée dans le sang de l'Agneau divin.

Ici, après cela, Satan constatera sa défaite éternelle, parce qu'à la montagne de Dieu, il a été pourvu.


Barabbas ! Tu as croisé sur ton chemin un homme dont le seul soucis était de te conduire au salut éternel par son sacrifice glorieux, mais l'as-tu su ?


Peut-être que tu as compris, que tu as reçu le pardon de tes péchés et qu'à ce jour tu te tiens auprès du Trône de la Grâce dans cette attente de la concrétisation de la promesse éternelle pour l'humanité.

Barabbas, si cela est, j'aimerai te rencontrer ! Ensemble nous contemplerons celui qui t'a laissé vivre afin que tu ne meures pas !

.Seigneur ! C'est le temps de La Pâques, de cette Pâques qui ouvre la voie aux pécheurs que nous sommes et qui nous conduit à notre terre promise !

Seigneur ! Que ce sang versé à Golgotha couvre tes enfants, unis d'un même cœur et d'une seule âme en cet instant ou tu t’écrias : Père ! Tout est accomplit !

Que s'est-il passé pour Barabbas après sa libération ? Qui va nous le dire ? Nous ne savons rien de plus du personnage. La responsabilité axée sur le peuple juif permis aux peuples déicides de s'attaquer directement au peuple de Dieu, lui faisant porter à lui seul toute la responsabilité de la mort de Christ ; Ce fut pur prétexte pour commettre des crimes non pas contre l'humanité, mais spécifiquement antisémites.

Ce fut à l'époque du Concile de Trente (1566) que fut dénoncé cette hérésie et engloba tous les hommes dans la même notion de péché de l'humanité, depuis l'origine jusqu'à la fin des temps.

Aujourd'hui, dans ce monde ivre du sang des « Justes » couvrant toutes les parties de la terre, le même dilemme perdure : Christ ou Barabbas ?

Lorsque nous accusons le peuple juif de cette forfaiture, nous omettons alors d'adjoindre, dans les débats, que derrière cette mort, aussi hideuse fut-elle, que la gloire de Dieu fut au rendez-vous au travers de la résurrection de ce Christ Yéshua mis au rang des malfaiteurs par les hommes, et glorifié de la gloire du Père Eternel : celui-ci est mon fils...2 Pierre 1/17 - Car il a reçu de Dieu le Père honneur et gloire, quand la gloire magnifique lui fit entendre une voix qui disait : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection.

De qui d'autre fut-il rendu pareil témoignage de la part du Dieu Tout-Puissant ?

De quel autre personnage, aussi grand fut-il parmi les hommes Dieu parla-t-il de la sorte ? Même Moïse, ni Josué, pas plus qu'aucun prophète vivants ou morts de ce monde ne reçu semblable apologie ni reconnaissance.

Dieu dit : celui-ci est mon Fils et nous avons réclamé Barabbas !

Nous avons dit : que son sang retombe sur nous et notre descendance.... et nous levons le poing vers le ciel devenant accusateurs de Dieu devant la multiplication des malheurs qui nous enrobent.

Barabbas, dont la qualité était de refuser la dictature de Rome et qui fit tout ce qui était en son pouvoir pour permettre l'obtention d'une libération territoriale, quitte à tuer, d'où le terme de brigand, où Christ, Agneau de Dieu, immoler pour notre péché, mis au rang des malfaiteurs, crucifié après avoir reçu 40 coups de fouet moins un pour respecter la loi ?

Celui qui nous donne, par l'effusion de son sang, accès au salut éternel par le pardon de nos péché où celui-là dont le souvenir, à nos jours, provient de son « chassé-croisé » avec le Seigneur ?

Celui-là dont le nom est « Emmanuel » Dieu avec nous pauvres hommes perdus, où celui-là dont le nom ne signifie rien d'autre que « bar/fils de et Abba's issu de son père »

Nous avons encore aujourd'hui le choix de dire crucifie ou encore libère... Mais quoi que nous disions, nous devons savoir que le peuple juif n'est pas plus coupable que les Nations du monde, et que nous sommes aussi coupables que lui.

Nous devons admettre notre culpabilité et savoir que seul Christ peut nous conduire dans la juste voie qui conduit au salut éternel.

Nous devons savoir que rien ni personne dans ce monde pouvait changer le cours de l'Histoire ni influencer Dieu afin que Christ ne passe pas par cet épisode sanglant, cela devait être ainsi pour notre salut et pour la gloire de Dieu.


Celui qui, tel Pierre, voudrait prendre une épée afin d'empêcher cela serait tout comme le fut Pierre, repris à Christ lui disant : il faut qu'il en soit ainsi... Mon Père pouvait déléguer des millions d'anges pour me sauver.

Lorsque nous doutons, que nous réfutons la vérité, nous sommes comme Pierre devant Christ.

Frères et sœurs, bien aimés de Dieu ! N'oubliez jamais la vérité, et lorsque ce monde vous dit : Christ ou Barabbas, répondez par la vérité : je sais en qui j'ai cru !

Christ est le Sauveur (c'est son nom) le Rédempteur (c'est son Nom) Emmanuel (c'est son nom).... Barabbas porte un nom à ce jour : esprit luciférien, esprit du monde !

Ne vous laissez pas séduire! Christ est seul Agneau de Dieu immolé pour chacun d'entre nous.

Amen.