Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

AIME LA VIE   !

 

 

Par Naomie, le 24 Novembre 2008.

 

Il y a plusieurs mois, voir maintenant quelques années, le Saint Esprit m’insuffla des chants de louanges, des chants prophétiques.

Quelques uns ont été mis en musique par une bien aimée du Seigneur, « Chantre » de l’Eternel, les autres pas.

Il serait bien trop long et fastidieux de dire pourquoi, mais tout ceci est dans les mains du Seigneur qui prend soin de Sa parole et aucune des paroles qu’Il m’a donné ne sont tombées à terre.

 

Pourquoi ce préambule ? Tout simplement parce que je voudrais partager avec vous les paroles de ce texte dont le Seigneur m’a fait cadeau, sachant qu’il ne m’incombe pas de les enterrer mais de les donner, sous une forme ou une autre jusqu’au jour ou de nouveau l’ouvrage se fera et la gloire du Très-Haut resplendira dans le rayonnement de ces paroles.

 

Alors, ce texte à pour nom : Aime la vie. N’est-ce pas là un texte prophétique ? Vous en jugerez à la lumière de certains évènements qui sont mis en lumière pour devenir des lois. Mais toutes lois iniques doit être dénoncées, comme celle de la loi « Veil » ou la mise à mort d’enfants pas nés est acceptée par le plus grand nombre, sous divers prétextes dont le premier est que puisque ce n’est qu’un  foeutus, ce n’est pas vie. Et cette fille d’Israël porte en elle les gènes de la mort. Et elle vient d’être décorée…

 

 

Et ça, qu’est- ce donc si ce n’est pas une vie humaine mise à mort par décret des homme ?

Ceci est la résultante d’un avortement.

 

Savez-vous comment on s’y prend ?

 

 

Il y a plusieurs méthodes, aussi barbares les unes que les autres. C’est à en vomir. Ici, c'est une méthode cruelle, on s'en prend à la tête du foetus que l'on transperce à la base du cervelet pour la dégonfler, tel un ballon... Au nom du droit de la femme? Au nom de qui? Au dieu Molok? Non, au dieu de ce monde qui pour appaiser sa conscience, proclame que ceci n'est pas un enfant, que ce n'est rien!

Bien sur me direz-vous, il y a des fois ou… mais sommes-nous à même de juger Dieu parce qu’Il aurait commis une erreur ? Dans nos pensées tordues par le dieu de ce monde, nous en arrivons à acquiéser et nous sommes aussi coupables que celui qui a pratiqué cette interruption de vie, cette mise à mort de l'innocent. Parfois on me pose une question  relative à une IVG médicale obligatoire parce qu'un risque de malformation se présente, et on me demande mon avis. Comme moi, vous savez que les conseilleurs ne sont pas les payeurs, et que dire devant une âme affolée de savoir qu'elle porte en elle une vie "tronquée", et que ce qui était joie devient cauchemard. Alors il ne reste plus qu'une seule chose à faire, c'est de mettre sa foi en action et de laisser Christ Yéshua arbitrer ce qui est entre ses mains.

 

Je ne condamne pas parce qu’il m’aurait fallu être condamée. Je ne juge pas parce qu’il m’aurait fallu être jugée.

Je proclame simplement aujourd’hui la vérité : chacun de ces actes nous place dans la condition d’accusateurs publics et l’accusé est Dieu lui-même que nous réfutons dans l’acte de vie.

Mais Dieu n’est pas le coupable ; le coupable est celui qui premièrement fit entrer le péché dans le monde, et secondement, l’homme moderne qui entretien ce péché au nom d’une éthique que l’on veut sublimer, et que je dénoncerai simplement comme infanticide ou bien encore : sacrifices offerts au dieu Molok.

Essayez de savoir ce qu’il advient de ces enfançons assassinés et vous comprendrez l’étendue de l’horreur moderne.

Il en sera de même pour ceux qui veulent pratiquer l’euthanasie. C’est le même principe !

Après avoir moi-même avortée, il y a bien des années, je suis demeurée dans le souvenir de cette action sans excuse aucune, et inconscienement, chaque année, je pensais à une anniversaire qui ne se fêterait pas, à des bougies qui ne s'allumeraient pas sur un gâteau partagé dans la joie, enfin bref, le remord me poursuivit longtemps, il me fallut implorer le pardon de mon Seigneur, pardon qui me fut accordé. C'est pourquoi, je ne condamne pas, je ne peux pas jeter la pierre, j'aurai trop mauvaise conscience.

 

Psaumes 58:1  (58-1) Au chef des chantres. Ne détruis pas. Hymne de David. (58-2) Est-ce donc en vous taisant que vous rendez la justice? Est-ce ainsi que vous jugez avec droiture, fils de l'homme?

 

Et puis, il y a tous ceux-là qui ne veulent plus vivre dans leurs conditions d'infirmes qui réclament la mort, ou bien encore ces médecins qui donnent la mort de manière charitable, et nous acceptons, puisque cela va mettre fin à un supplice journalier. Et puis, s'il y avait un Dieu! .. . Si Dieu existait! .... Pourquoi cette chose arrivée?... Et le prince de ce monde de se réjouir de ce que nous nous débattons avec nos propres sentiments sans même laisser à notre Seigneur la possibilité d'agir! Lorsque cette femme, Simone Veil, fit promulguer cette loi inique, avec certes de bons motifs (enfin...) s'est-elle souvenue de ce que faisaient ces médecins que l'on a surnomé "maudits" des camps de la mort ou se pratiquait ce genre d'actions? N'est-elle pas elle-même un exemple de la grâce divine qui la fit sortir des griffes de l'oppresseur?

Voyez-vous, il nous appartient de ne pas accepter comme une évidence ce qui nous est proposé comme une finalité "humaine" parce que justement elle est par trop humaine. Dieu est Dieu! Un survivant en Haïti après 29 jours passé sous les décombres, tandis qu'à la surface s'activaient pelleteuses et autres engins pour déblayer les gravas sans tenir compte des possibilités de retrouver des vivants!

Si par sa grâce absolue le Seigneur redonna une jambe à l'identique de la deuxième à une personne exerçant sa foi (il manquait 9 cms à cette jambe extropiée et une chaussure médicale de 0cms était au pied de cette femme) que ne peut-il faire? N'a-t-il pas dit si je peux? Mais je le veux!....

Je ne me fais pas l'avocate de Yéshua, il est le mien auprès du Père lorsque Satan se permet le luxe de venir m'accuser sur mon passé, ou sur mon présent imparfait.

Alors, avant que l'irrémédiable soit accomplit, pour ceux qui sont dans la souffrance, ayez confiance en celui qui, sur un mot, fit que cette jambe redevint normale (il n'y eu besoin d'aucun certificat médical, nos yeux à tous voyaient le miracle accomplit) Certes, il y a parfois des temps ou nous ne savons que faire parce que nous n'entendons pas la voix du Seigneur répondre à nos prières, mais ce que je veux vous dire, c'est que, même dans le silence le plus absolu, Christ est présent dans nos vies et il ne nous quitte pas.

Shalom à vous tous.

Naomie

AIME LA VIE

(ce texte est protégé contre la piraterie)

 

Moi, ton Dieu ton Père, j’ai dis : respecte la vie !

Moi, ton Dieu, ton Père, j’ai dis : tu ne tueras pas !

Moi, ton Dieu, ton Père, j’ai dis : respecte tes aînés !

Mais toi, enfant d’homme, où t’es-tu caché ?

 

Aux hommes j’ai donné mes lois éternelles,

Venant de mon cœur, de mon amour divin.

« Ne te prosterne pas devant d’autres que Moi,

Espère en Moi, détourne-toi de tes mauvaises voies ».

 

Toi, fils d’Adam, fils d’homme, qu’en penses-tu 

Quand tu te tais devant l’ignominie des hommes ?

Pourquoi ton silence ? Est-ce une approbation ?

Pourquoi tes peurs et pourquoi ta résignation ?

 

Moi, ton Dieu ton Père, je te dis : ressaisis-toi !

Moi, ton Dieu ton Père, je te dis : crois en Moi !

Moi, ton Dieu ton père, je t’ai donné la vie !

Moi , ton Dieu ton Père ! Rejette l’euthanasie !

 

 Dans mon Royaume règnent l’amour et la paix ;

Sur cette terre la vie que je veux protéger.

Respecte la vie, aime l’homme, béni ton frère,

Qui donc es-tu pour vouloir me supplanter ?

 

Homme ! Fais silence, moi ton Dieu je t’ai parlé !

Perds ton arrogance, un jour tes œuvres seront jugées !

Le bien, le mal, il te faudra te décider !

Devant la mort où la vie, il te faudra choisir !

 

Moi, ton Dieu ton Père, je dis : ne tarde plus !

Reviens à Moi et accepte ma délivrance !

A ton secours, je viens, non, je ne tarde plus,

Mais c’est à votre tour, sortez de votre silence.

 

Naomie

 

 

 

Psaumes 127/3 -  Voici, des fils sont un héritage de l'Eternel, Le fruit des entrailles est une récompense.(4) - Comme les flèches dans la main d'un guerrier, Ainsi sont les fils de la jeunesse.

 

Jean 5/24 -  En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m'a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.

 

Lévitique 19/32 - Tu te lèveras devant les cheveux blancs, et tu honoreras la personne du vieillard. Tu craindras ton Dieu. Je suis l'Eternel.

 

Proverbes 16/31-  Les cheveux blancs sont une couronne d'honneur; C'est dans le chemin de la justice qu'on la trouve.

 

Proverbes 20/29 - La force est la gloire des jeunes gens, Et les cheveux blancs sont l'ornement des vieillards.

 

Jean 14/6 - Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité , et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.